lundi 19 mai 2014

Reprise des explorations au gouffre Pinara (64 - Asson)

Participants : Fanny RADOUX, Thomas BRACCINI, Sandrine et Patrick DEGOUVE, Jean-Luc LACRAMPE, Etienne BUNOZ.
Le gouffre Pinara s'ouvre sous le sommet du pic de Merdanson. L'exploration de ce gouffre par un club des Deux Sèvres en 1970 n'a pas laissé beaucoup de traces dans la littérature spéléologique. C'est donc sans trop de billes que nous retournons voir ce trou avec deux objectifs principaux : revoir le fond pour trouver une éventuelle continuation et faire la topographie.

Samedi 17 mai 2014 :
Nous nous rejoignons tous à 9 h pétante devant la mairie d'Arthez d’Asson et tout le monde est plutôt à l’heure. Motivés, nous partons vers 9h30 pour la marche d’approche avec environ 800 m de dénivelé à chopper ! Il fait beau et toute l’équipe est vraiment enchantée de prendre l’air. Tout d’abord, nous marchons en sous bois sur un sentier bien tranquille… au bout de 45 min, notre président de CDS décide (sous l’influence de Patrick), de prendre « droit dans le pentu » pour atteindre l’entrée de la cavité. Heu, Patrick combien de dénivelé nous avons à faire comme ça ? Patrick répond d’une petite voix : « environ 500 m ! »
Nous progressons toujours en sous bois, c’est plutôt agréable et au bout d’une heure, nous arrivons au joli puits d’entrée.
 L'entrée du gouffre

Un petit graillou s’impose… Patrick attaque l’équipement avec des multi montis, nous ne voyons aucun spit ! Un P20 de dimension moyenne, une petite étroiture, puis P26 et P12 avec de beaux volumes. Quasiment en bas du P12, un petit pendule permet à Patrick de trouver la suite… c’est classe ce trou !

Le court boyau au sommet du P.26

Le P.26 creusé le long d'une belle fracture.

Le P.12

Je reprends l’équipement sur un magnifique P56, les parois sont recouvertes d’une fine couche de mond-milch, au deux tiers du puits, il y a une belle arche. En m’approchant du fond, je remarque que le fond ne débouche pas, alors je pendule pour prendre pied sur une margelle confortable.

Le P56 au niveau du pendule de -110 m

Il y a une petite dalle instable juste devant une étroiture avec une concrétion au milieu et derrière ben ça continue au moins sur 20m en plan incliné, nous ne ressentons pas de courant d’air flagrant… L’étroiture n’a pas l’air d’avoir été franchie par les premiers explorateurs, 2 à 3 pailles et ça passe, c’est sûr ! Sandrine jette un caillou, il tombe d’au moins 30 m… mais j’ouvre un peu trop tôt ma bouche car le caillou n’a pas encore fini de tomber. Nous estimons la suite à une quarantaine de mètres ! Après s’être acharné à diminuer de dimension la dalle instable qui est prête à tomber sur le passage à désober, nous attaquons la remontée… Patrick et Sandrine lèvent la topographie. Dehors, le sentiment général est d’y retourner le week-end prochain car ça à l’air prometteur… En 1h15 nous sommes à la voiture et c’est l’appel de la bière...

Sous les pieds d’Étienne et juste après un rétrécissement ponctuel s'ouvre un puits de... mètres....



CR Thomas

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire