mercredi 29 juillet 2015

Promotion de la spéléologie

Ce mardi 21 juillet, Jean luc et Jean Claude étaient en spéléo avec un journaliste pour faire la promotion de notre sport.
L'article est paru ce jour dans la Dépéche: cliquez ici





Bravo à tout les deux.





lundi 27 juillet 2015

Un nouveau mineur ?

Dimanche 26 juillet, Véro D, Jean Marc, Louis et Alain M.

Je suis libre ce dimanche et avant de partir faire le lézard sur les plages de l'Atlantique, une petite sortie souterraine serait la bienvenue.
Jean Marc vient de proposer une sortie dans une mine, du coté d'Estaing et ne connaissant pas ce monde souterrain, je décide d'y participer, on verra bien.
Rendez vous est fixé à 10 heures au départ d'un hypothétique sentier, je covoiture avec Louis, guidé par le GPS qui nous amènera sans faille à notre "destin".
Préparation, équipement pour certain et c'est parti pour la montée. Que 442 mètres de dénivelé, c'est certainement peu mais avec la pente, la chaleur et surtout les attaques de taons, cela parait beaucoup, avec en plus un rythme soutenu des habitués de la zone.

Nous arrivons enfin en terrain découvert et plus calme, avec pour récompense quelques bonnes poignées de framboises à savourer.
Un casse croute réparateur, l'équipement perso et c'est parti pour une virée qui se révélera fructueuse à tout point de vue.
L'entrée de la mine exhale un courant d'air qui n'a rien à envier par exemple au tunnel de la Verna, en plus petit bien sur.
Nous débouchons de suite dans une petite galerie, un peu d'eau au fond, 25-30 cm et nous progressons de 250 mètres.
Nous croisons des restes de l'exploitation, des wagonnets, des rails, des planches, des pierres empilées etc..
Au fond de cette galerie, c'est le skip, système qui servait à remonter le minerai de deux niveaux (la mine en compte 5) et l'envoyer vers l'extérieur.
Une corde permet une remontée en toute sécurité mais ce qui frappe avant tout ce sont les échafaudages, l'entrelacement des rails, d'échelles de bois, de supports, le tout légèrement concrétionné et aussi l'eau qui ruisselle un peu partout dans un vacarme assourdissant et nous oblige à communiquer avec des sifflets.
Nous remontons sur une soixantaine de mètres pour arriver 2 niveaux plus hauts.
C'est ensuite une escalade sur de la roche saine, certainement du calcaire, qui a été vidé de son minerait et ressemble comme deux gouttes d'eau à une cavité naturelle. Ça et là quelques troncs d'arbres ayant servis d'étayage nous rappellent que nous sommes en milieu artificiel. On l'oublierait presque.
Encore 20 mètres de remontée sur un éboulis et Véro réalise une escalade qui permet d'accéder certainement au niveau 2 de la mine. Les galeries partent dans tout les sens, véritable labyrinthe souterrain. Comme en spéléo, nous progressons doucement tout d'abord dans les parties horizontales. Le sol n'a pas été foulé depuis plus d'un siècle et de nombreux dépôts soit d'argile, soit de calcite, donnent un aspect extraordinaire aux galeries. C'est le bonheur, comme dans du vrai vierge!

Après avoir vu les galeries horizontales et de très nombreux départs en profondeur, de taille très respectable, nous continuons la recherche vers les hauteurs, objet de notre quête.
Plusieurs galeries sont atteintes mais que des niveaux d'exploitation, pas de galeries remontantes pouvant donner accès à un vrai niveau supérieur.
Un joli départ est cependant repéré mais nécessitera de l'escalade et de l'assurage, les échelles de bois y menant n'offrant aucune sécurité digne de ce nom.

Il est déjà 17 heures, nous quittons les lieux et entamons la descente. Le trajet retour sera vite fait et à 18 heures nous retrouvons la douce chaleur estivale de l'extérieure.

Ce fut une très belle sortie, tout un monde à découvrir.

Alain M

 

Photo JM P et AM

vendredi 24 juillet 2015

Initiation estivale..


Les vacances, le repos, la famille, les enfants et petits enfants, la chaleur... toutes les conditions réunies pour aller se mettre "au frais", sous terre, et en profiter pour faire de la découverte et de l'initiation spéléo.
Ce mercredi 22 juillet nous nous retrouvons donc à 5, Eric le fils, Axel le petit fils et deux copains du même âge, Gautier et Tristan, pour aller visiter les Grottes du Roy, encadrés bien sur par le Papy Alain.

Passage au local à St Pé pour récupérer un peu de matériel de l'ESB où notre ami Jean Claude nous attend et c'est parti pour la grande sortie.
Mise en place et réglage du matériel, casque, combinaison et baudrier et l'équipe s'avance dans les entrailles de la terre.
Un bon vent bien frais nous accueille et dans la première galerie, c'est à sec complètement. Nous n'aurons pas à nous mouiller.
Nous avançons tranquillement, les jeunes sont devant, heureux, découvrant de nouvelles choses à chaque pas.
Nous arrivons rapidement au ressaut de la vierge. Une corde équipe le passage et nous n'aurons pas à nous servir de celle apportée. La montée se fait calmement, assuré à l'aide de la poignée accrochée à la longe.
C'est ensuite la main courant et le passage un peu plus délicat du châssis de camion. Peu d'appréhension cependant et l'obstacle est vite avalé.
Nous nous retrouvons à l’hôtel pour la photo, une chauve souris sèche sur son fil, et c'est ensuite le programme aventure qui commence.
Rapidement nous terminons la galerie "artificielle" et le ramping commence. Mais qu'en on a que douze ans, que c'est facile de se faufiler à 4 pattes dans les petits passages qui, pour nous adultes, nécessitent des contorsions de toutes sortes. Le rythme est bon et nous passons les obstacles rapidement, guidés par ce courant d’air violent qui vient de l'amont, d'en haut, du Fou...
A la bifurcation, nous tournons à gauche, continuons le ramping, passons des vasques, arrivons dans des salles, découvrons ce merveilleux monde souterrain.
Il est temps de se restaurer, les ventres grondent et la collation sera la bienvenue.
Nous continuons quelques mètres et arrivons au puits.
Lui aussi est déjà équipé et la descente se passe sans encombre pour les trois "petits" qui se débrouillent comme des chefs.
C'est ensuite la grande galerie, le méandre, la descente dans cette partie aval qui a dû être bien active par le passé, la taille des galets restés sur place en étant la preuve.
Nous arriverons rapidement au terminus, faisons un petit break et reprenons le chemin à l'envers.
Au puits, ce sera le passage bas et non la remontée. Quelques vasques un peu plus profondes seront passées à qui mieux sans se mouiller ou alors s'en vouloir l'avouer.
Ah, qu'ils sont heureux les petits, qui en redemandent encore, du ramping, pas de la grande galerie...
Mais la sortie des boyaux sera atteinte et ce sera le retour en position verticale, de la marche "normale", la redescente de la salle de la Vierge et enfin le jour.
Que c'était bien Papy !!!

Alain
  Le nettoyage du matériel

mardi 21 juillet 2015

Une semaine bien remplie

Stage canyon SF1 du 12 au 17 juillet
Caroline et Anaïs, Jean Luc en encadrant


Caro et moi participons du 11 au 17 juillet à un stage FFS en canyon. Stage SFP1 : stage de formation personnel de niveau 1.. Mais c'est du chinois ! Traduction : stage proposé par Jean-Luc car nous cherchons à devenir autonome en équipement. Nous devenons à l'aise en progression donc en route pour l'étape suivante !!

J1 Arrivée au gite d'Isaby à 9h05 samedi matin. Dur dur de se lever si tôt pour entamer une semaine de vacances ! Ah mais c'est vrai ce ne sont pas des vacances ! Le groupe est déjà là, Jean-Luc a déjà entamé le briefing ! Et le quart d'heure bigourdan alors ? Ah ! Mais il y a des stagiaires d'un peu partout : Lyon, Aix, Savoie, Gironde.. Nous l'avions presque oublié. Ayant la chance d'avoir dans notre club Jean-Luc, nous ne le voyons pas toujours comme le Président du CDS et un Organisateur actif de stages (rassemblement canyon Midi-Pyr, initiateur spéléo, moniteur canyon..).

J2 C'est parti !
Aujourd'hui, évaluation du groupe (niveau de chaque participant) en falaise. A Saint-Pé. Nous sommes en terre connue ! Mais pas conquise !

Première descente ; faire une clé sur un huit. Remonter. Révision (pour certains) des nœuds. Tout va trop vite... « Mais si, regarde, tu prends la corde, tu la passes là, puis là, tu tires, et voilà » !! Oh là là, alors... tu passes la corde là... puis... (devant, derrière ??)... STOP ! Caro, Sarah (une autre fille, et oui, sur 9 stagiaires, nous sommes 4 filles ! Pas mal!) et moi finissons la journée en mobilisant une heure de temps Jean-Luc afin de tout reprendre : alors tel nœud pour initier la main courante, puis on se sert du huit, on navigue jusqu'au relais, etc. Ah, c'est plus clair ! Demain : idem mais dans un canyon !! Impatience et stress se mélangent.

Retour au relais d'Isaby. Petit tour de table, apéro made in Caro !, quelques infos utiles (« ça veut dire quoi 32I??) et l'heure du dîner est déjà là. Concombres excellemment bien assaisonnés, rougail-saucisses, salade verte-fromage, yaourt de fruits rouges maison, hum, nous voici rassasiés, la tête bien pleine et motivés à l'idée de ce stage qui devient réalité !!

Étonnamment, j'ai oublié un peu de matériel et rentre donc exceptionnellement chez moi ce soir. J'en profite pour rédiger le compte-rendu de ce premier jour mais pour le reste du stage, suspense, nous ne captons pas bien au relais, il faudra donc attendre samedi prochain !!

J3
Coucou !
Caro et moi progressons.. Doucement mais sûrement !
Aujourd'hui départ de très bonne heure (à 8h30 nous avons chargé, petit déjeuner, sommes dans les voitures) direction la vallée d'Ossau !
Un troisième cadre, Edith, nous rejoint à Laruns. Cela nous permettra de faire trois groupes de trois stagiaires.
Amarrage sur un arbre pour la première main courante et nous voici dans le canyon de Gourzy !
Dans mon groupe, nous équipons à tour de rôle. La question d'équipement simple ou complexe est donc aléatoire.
Nous gagnons en assurance. Et en plaisir. Ce canyon est magnifique. Nous sommes trop concentrés pour admirer et profiter mais quand même !
Notre arrivée est milieu d'après-midi ne nous permet pas d'enchainer avec un canyon plus ludique (sauts et toboggans étaient garantis... Argh !!)
Pendant le pique-nique et même à notre retour au gîte, nous nous installons spontanément en petit atelier pour réviser des techniques, en apprendre de nouvelles. Nous apprenons à couper une corde avec un lacet (si si cela demande des muscles mais c'est possible !!!), nous révisons le demi-cab', le cab...Nous parlons spontanément nœuds ! Incroyable mais vrai. Du chinois de samedi, c’est aujourd'hui devenu notre langage courant !
Vivement demain !!


J 4
Réveil à 7h20 (comme tous les jours désormais !).  Premières paroles de Caro : "bon alors je ne me souviens plus, quelle est la technique pour le rappel guidé ?"
Et nous voici, en pyjama, guide à la main, en train de décomposer les étapes à réaliser ! Avant même le peut déjeuner !!!
Aujourd'hui Cassies !!
Canyon davantage engagé, avec un apprentissage très intéressant qui nous servira aussi en Speleo : la main courante multipoints !
Les mains courantes classiques et relais deviennent plus aisés, nous sommes satisfaites !
Dans le vide, nous voici en train d'équiper !
Chaque jour nous apprenons davantage, chaque jour notre corps nous fait découvrir de nouveaux points possibles de courbatures, chaque jour est un délice !!

J5
Avant dernier jour de stage... Le réveil est de plus en plus dur.. Nos courbatures de plus en plus nombreuses mais on tient bon!! Aujourd’hui on part a la journée faire le canyon  de Tourette , face au cirque de Gavarnie. Après une marche d’approche de 45 min, nous voilà en train de sauter dans de l eau glacière. Le décor est rocheux, semblable par moment a la Sierra de Guara. Magnifique! Malgré de nombreuses techniques à nouveau revu (rappel, main courante multipoints), l ambiance est plus ludique avec de nombreux sauts et  toboggans. Nous terminons par une magnifique  cascade d une vingtaine de mètres ou nous avons monté un  rappel guide. La dernière leçon du jour... Ne pas faire de nœuds de pêcheur pour rabouter deux cordes lors de cet exercice!! La corde a été rappelée à quatre et le nœud a été une torture à défaire!!Une bonne heure de marche nous ramène à notre navette.  Nous finissons cette dernière soirée de stage par un fabuleux restaurant à Hautacam, une veillée aux étoiles et une bataille de polochons... Les filles ont gagnées bien sur!! 

J6
La nuit a été courte. Le dernier jour, c est toujours compliqué...
Nos organisateurs choisissent de nous ménager.. Ils ont peur que l’on ne finisse pas un autre canyon... Nous finissons à st Pé faire une journée eaux vives... Ça consiste a mettre des néoprènes... et à se mettre volontairement dans un bouillon d’eau pour nous apprendre à gérer le courant, les marmites, les sauvetages...
Nous nous mettons donc a tour de rôle dans le jus et nous faisons secourir par nos chers collègues de stage... Après plusieurs exercices dans le style.(Traversée de rivière), nous enlevons nos néoprènes et apprenons a planter des spits.
20 minutes environ seront nécessaires à coup de tamponnoir, soufflerie, marteau et patience. La leçon est apprise. Chacun aura droit à un bilan individuel avec nos moniteurs et chacun suivra sa route... Certains à l’autre bout de la France. D autres plus près mais tellement pressés de retrouver les siens.
Un grand merci pour tout cet apprentissage, pour cette semaine hors du commun, pour toutes ces rigolades, pour ces beaux paysages, pour l’envie de recommencer l’année prochaine.... 

 Caroline et Anaïs
Photos Cyril Leclerc

Pour plus de photos, cliquez ici.

jeudi 16 juillet 2015

Premières explorations estivales en Cantabria

Cela fait maintenant une dizaine de jours que nous sommes en Cantabria, profitant d'une météo exceptionnelle qui nous a notamment permis de retourner enfin dans la cueva de Carcabon. Le résultat a été à la hauteur de nos attentes puisqu'au cours d'une sortie mémorable nous avons pu parcourir et topographier deux kilomètres de galeries supplémentaires. Plus de précision sur le blog de Karstexplo.
La suite pour bientôt.....

 Les voûtes mouillantes à l'entrée de Carcabon donnent le ton. 
Ici, la météo doit être surveillée de prés car 90 % du réseau connu
peuvent être noyés comme cela a été le cas l'hiver dernier.
Patrick

mardi 14 juillet 2015

Dans l'intimité des aphaenops

Dimanche 12 juillet


Vive les vacances ! Les spéléos migrent vers les lieux de villégiature  !
Alain, Jean Claude et moi même, les derniers rescapés de cette migration annuelle décidons d'aller faire un petit coucou aux aphaenops histoire de prendre des nouvelles des "pondeuses" et de faire une sortie pas trop engagée. 
Jean Claude furette comme à son habitude et trouve un trou mais qui après un bref grattage fini par passer puis queuter rapidement ...dommage.

Alain de son côté gratte la partie opposée au "chemin des aphaenops" et gagnera 10 m de plus en profondeur. Quant a moi, je suis restée à regarder circuler la faune hypogée et prendre quelques photos /vidéo alentour. Cela donne une petite idée de l'ambiance qui sévit ici sous terre.. Tout un microcosme! 
Mais regardez en cliquant ici...

Véro