lundi 22 août 2016

Balade au Hayau

Samedi 20 Aout, nous nous retrouvons à Saint Pé avec Jean pour amener sa femme ainsi que deux amis faire la traversée Hayau-Bouhadère. 

L'habillage et la marche d'approche se font au sec malgré le ciel menaçant. Arrivé à l'entrée du gouffre, l'émerveillement est bien là pour nos trois compagnons. Jean équipe le premier puis et je descends le premier. Alors qu'il gère la descente du reste de la troupe, je me charge d'équiper le second puis. Une fois en bas du deuxième puis, nous nous engageons dans la partie « fermée ». Les rappels s'enchainent jusqu'à la salle Henry IV ou nous marquons une pause afin de profiter de sa belle ambiance. Nouvel arrêt dans la salle du Bourdon, nous en profitons pour descendre jusqu'au lac avant de s'accorder un petit gouté. Nous repartons par les vires pour le dernier rappel, puis accédons rapidement à la salle du Chaos. Le retour se fait par l'escalade équipée, puis par la traversée de la « faille ». Jean et Cindy sortiront par l'accès principal, alors que Nico et Arno sont bien motivés à l'idée de passer par le conduit qui sort au dessus. Je me dévoue donc pour leur montrer ce chemin plus étroit. Après un peu de lutte et quelques noms d'oiseaux nous voilà tous à l'extérieur.

L'expérience a plu à tout le monde, bien content d'avoir découvert de nouvelles choses et d'avoir  bien rigolé.


CR Antho.

lundi 15 août 2016

Au pays des elfes et des trolls

Du 1er au 12 aout 2016

Fabuleux trek pour Véro et moi en Islande et 9 autres compagnons de voyage plus notre guide Nathanaël.



Rien à voir avec la spéléo même si j'ai repéré quelques entrées intéressantes de tunnels de lave. Pas un pet de calcaire, rien que du volcanique !  Des paysages à couper le souffle! 
On a eu beaucoup de chance: rien que du beau temps (pour l'Islande!) avec seulement 2 jours de pluie et de vent et quelques averses passagères (et quelques rafales qui nous faisaient bouger sur les crêtes!).

Seul bémol, sur le groupe de 11 que nous étions, 6 sacs ont été perdus entre Paris et Reykjavík. Heureusement, 5 sacs ont été retrouvés et sont arrivés par bus 4x4 au camp le 2ème jour. Il n'en manquait qu'un, le mien, retrouvé le jour du départ à l'aéroport de Reykjavík!!!  Du coup, j'ai fait tout le séjour en mendiant à gauche à droite, un slip, une paire de chaussette, un Tshirt sec, une gourde, un sac à dos, un duvet, des bâtons, ..., un raton laveur !

Notre trek s'est déroulé en 3 étapes et des randonnées autour des refuges accessibles en 4x4:

Refuge de Langidalor: 
Mise en jambe le soir sur un pic dont j'ai oublié le nom (c'est compliqué l'Islandais!) pour voir le panorama sur le glacier de l'Eyjafjallajökull qui a fait parler de lui en 2010 en bloquant l'espace aérien. 
2ème jour, rando jusqu'au Pic des Lagopèdes (imprononçable en Islandais) mais abandon à 10mn du sommet à cause de la tempête.



3ème jour : Rando jusque sur les laves encore fumantes de l'Eyjafjöll. 8 heures de marche avec des images plein la tête dans un paysage d'un autre monde. Mars doit ressembler à ça !!!!



Refuge de  Skaftafell, au pied du  glacier Vatnajökull et du Pic  Hvannadalshnjúkur, point culminant de l'Islande
Mise en jambe à une demi heure du camp vers des habitations traditionnelles Islandaises
2ème jour: journée contemplation avec les séracs qui se détachent du glacier, tombent dans la rivière et sont emportés vers la mer servant de radeau aux phoques avant de s'échouer sur des plages de sable noir. Baignade dans une eau à 2 degrés ! Que du bonheur! Elle est pas belle la vie ?



3ème jour: Superbe rando jusqu'au sommet du pic Christina, en passant par les orgues basaltiques de la "cascade noire",  le jour de mon anniversaire. J'ai voulu prouver à tout le monde que j'étais encore capable de monter en courant le pierrier terminal mais j'ai pété une durite à quelques mètres du col et j'ai fini en marchant comme tout le monde ! Ca fait ch.....



Refuge de Landmannlaugar au milieu des terres:
1er jour, le guide nous emmène sur un belvédère .... 500 mètres de dénivellé en 50 minutes! Pffff, fait pas froid en Islande, je vais devoir me faire prêter un Tshirt sec ce soir !
Le soir, baignade dans la rivière d'eau chaude qui traverse le camp. Moment de bonheur dans une eau de 35 à 55 degrés suivant l'endroit où on se trouve. Le corps n'accepte pas plus de 42 degrés, après cela devient douloureux.
2ème jour: longue rando autour de lacs, passage au sommet de pics sans nom, crêtes vertigineuses, pierrier de cendres, dédale de laves volcaniques pétrifiées, cratères, entrées de tunnels de lave......et rinçage en rentrant( dans la rivière d'eau chaude Fabuleux! manquait que le pastis! Pour les cacahuètes, c'est bon, il y avait ce qu'il fallait! 



3ème jour, on affronte la tempête et longue balade sur les plateaux désertiques jusqu'aux solfatares et leur bouillonnement impressionnant .
Le lendemain, il pleut toujours et le vent s'est levé,  certaines tentes flottent, des squatters ont dormi dans les toilettes, des trekeurs surpris dans leurs rando essayent de regagner la ville.... le guide nous motive et nous voilà repartis dans la tempête qui nous fait parfois décoller sur des crêtes dominant le camp.  Superbe rando quand même dans des paysages toujours plus surprenants et des couleurs incroyables. Descente en courant d'un éboulis de cendre pour arriver près d'un geyser qui nous a permis de faire cuire les patates pour le repas de midi. 



A 15 heures, le temps se dégrade toujours et il est temps de reprendre le bus 4x4 vers la capitale qui se trouve à 4 heures de là.
Les Photos sont d'Alex, sympathique compagnon de voyage. Mon appareil photo tout neuf étant resté bien sagement au fond de mon sac perdu à l'aéroport......
Bubu

D'autres photos d'IAlex pour ceux qui le veulent en suivant les liens:


Albums Alex :





jeudi 28 juillet 2016

Sortie ESB; Sandrine recherche Le Ley


Dimanche 17 juillet 2016, sortie ESB à la Grotte de Ley à Gourette.

Sandrine et Caro pour le GSHP, Encadrement Jonathan.


Retrouvez le sympathique compte rendu  sur le site du CDSC 65   ICI



mercredi 27 juillet 2016

Dahut ou Bouquetin ....

Sortie du Dimanche 24 juillet
Après une semaine en déplacement et quelques grammes supplémentaires sur la balance… Ce dimanche malgré les montagnes couvertes, je décide de me remuer un peu…
La veille sur les cartes cadastrales de 1825 à 28 de Salles / St Pé et d’Asson j’ai identifié la croix du Gerset (Yerse  sur la carte IGN). GERS = terrain gazonné, dans notre cas, la bande géologique des marnes de St Suzanne est une prairie…
Avec la croix des Artigous et de la Toue, celle du Gerset positionne la limite de ces 3 communes et des départements de Hautes Pyrénées et des Pyrénées Atlantiques…
Il n’en fallait pas plus pour me décider à tenter de la retrouver !
Grâce au GPS il me suffit de repérer la zone qui doit correspondre avec la limite départementale actuelle et les dalles calcaires qui ceinturent la bande herbeuse…
Histoire de souffler  un peu je pars depuis la barrière du Bergons et monte directement au Col de La Laco car au passage je ferai quelques clichées qu’il me manque pour illustrer mon catalogue de cabanes…

La flore est magnifique et certaines dressent fièrement leurs tiges constellées de fleurs jaunes !
J’atteins le col emmitouflé dans une écharpe cotonneuse et brumeuse. L’herbe (gispet) est gorgée d’eau, malgré mon pantalon long et des chaussures bien graissées, l’humidité pénètrera dans mes chaussettes… Après avoir dérangé un Isard, la descente vers le Gerset est simplifiée grâce aux rubalises encore en place positionnée par Mass et B Vigneau il y a 3 ans…

Sur zone c’est plus découvert, dans la pelouse il faut faire attention à ne pas piétiner les orchidées blanches… Puis je me mets à inspecter les bancs à la recherche d’un indice… Mon œil est attiré par un creux non naturel… L’humectant d’eau, il apparait soudain une date : 1826 !
Je regarde fébrilement mon GPS et enregistre la localisation : pile poil sur la limite administrative actuelle…
Tout proche, un carré (visible sur le côté de la photo)… Là c’est sûr c’est « la croix », du moins la borne et la date correspond à l’année du cadastre dit « Napoléonien » !
Grisé par cette découverte je prospecte et plus loin identifie une gravure à peine visible de 8cm de long… On dirait des cornes… Un bouquetin ?
Mais je laisserai la primeur de l’identification à un spécialiste…
J’en avais même oublié de manger… Donc pause casse-croute à la cabane

Il est 15h30 le temps de remonter par les Col d’Espades et d’Andorre (de LHEZ) pour retrouver la piste… 17h45 je retrouve mes nu-pieds et mes orteils reprennent leurs aises !
7h de crapahut et 2500 Calories cramées… Je vais pouvoir savourer un bon apéro, des pâtes au gratin et un bon steak sans avoir honte !

Alain Dole

lundi 18 juillet 2016

Du Grandquet au Monbula via les Artigous

Sortie du samedi 16 juillet par Alain D

Avec un copain du boulot (Eugène Reinberger) nous sommes partis du Col d’Ansa pour rejoindre la Hérère…

Après une bonne heure de monté nous dominons le cirque glaciaire du Grandquet puis nous prenons la crête des Escures, passons le premier cirque et le sommet de 1874 m, notre objectif est de descendre plein pot dans le second avant celui du Col de la Laco entre les sommets 1835 et 1847m…

De la crête à 1820 m nous observons à la jumelle 5 gros isards qui broutent l’herbe grasse 200m plus bas près d’une cabane que n’ai pas pointée…
Avec le GPS je retrouve le GE 05 vers l’Est du cirque et obliquons plein Ouest pour contourner une barre rocheuse. Nous retrouvons une grotte glacée avec un névé en place mais un ressaut glissant ne nous permet pas d’aller voir. Le trou fait environ 10/15 m de long et -8 maxi. Il correspond au SC420, comme il est mal placé nous le repointons…  Sous la seconde barre, un départ (nouveau trou) avec in isard en décomposition nous interdit d’aller plus loin… La descente est facile et nous arrivons à la cabane au pied d’un bloc.
Pendant que je « crobarde », Eugène observe les vautours et un aigle royal qui semblent se ruer sur une carcasse masquée par le mamelon du dessus…

Ensuite on plonge dans le talweg, passons pas loin de la désob du ES409 et atteignons la prairie ou trône une cabane (connue), comme il fait très chaud nous allons nous réfugier en bordure de forêt pour la pause déjeuner. Et bizarrement nous trouvons une autre cabane, certainement de charbonnier, car dans le bois il y a des traces de coupe et des anciens chemins muletiers…

Encore 100m de descente pour recroiser le chemin de la croix des Artigous… Chemin que nous reprenons en direction du plateau du Monbula. Montée au Monbula au passage nous localisons plusieurs cuves de charbonniers des foyes effondrées avec du charbon de bois en place… Qui certainement ont plus de 70 ans !

La descente est longue pour arriver après 8 h de marche à la voiture… et remonter au Col d’Ansa. En redescendant je croise un Pic Noir, une espèce peu courante dans le secteur….
Une journée riche et bien remplie !

Alain Dole

lundi 11 juillet 2016

Sortie "filles" à Capbis

Nous étions 5 pour la première sortie de la commission féminine en ce lundi (au soleil !!!) 4 juillet dont 4 filles du GSHP !!! Caro, Sandrine, Colette et moi !!
Superbe sortie, superbe nouvelle recrue, superbe grotte (Capbis) !! (cf. compte-rendu sur le site du CDSC 65  ICI ).

Et on enchaîne : soirée exercices en falaise.

L’équipe se renforce : Jonathan nous y attend et Jean-Luc nous y rejoint.
Malgré l’orage (qui nous dissuade dans un premier temps de monter ce qui fait que les exercices auront lieu près des arbres), chacune trouve un exercice selon son niveau : Caro équipe, Sandrine et moi apprenons à équiper, Colette à monter (et à descendre, on vous rassure !! ;-)
Le mari et les filles de Caro nous rejoignent pour un barbeuc bien mérité !!!
Verdict : superbe soirée !!

lundi 4 juillet 2016

Il est là l'soleil, il est là....

Dimanche 3 juillet, Bubu et Alain M.
Encore une semaine très chaotique au niveau météo, le soleil ayant décidé de jouer à cache-cache sur le devant des Pyrénées.
Mais à priori ça y est l'été arrive, l'été est là.
Ce dimanche nous décidons donc, vu le temps qui se lève et espérant éviter l'humidité de la semaine dernière d'aller un peu plus haut sur le massif.

Direction col de Spandelles et retour une nouvelles fois sur les crêtes. Nous sommes un peu dans la brume mais enfin le soleil arrive et il ne nous lâchera que très peu tout au long de la journée. De plus il chauffe le bougre et en fin de journée nous aurons attrapé de nombreux coups de soleil.
Balade sur les crêtes, nous allons jusqu'au Soum de Las Escure afin de voir le col de la lac. Malgré le mauvais temps, le lac est déjà à sec, au moins les moutons n'iront pas s'y baigner.
D'ailleurs, sur les crêtes nous croisons 2 troupeaux qui viennent nous faire la fête. Ils sont en bleu blanc rouge, un bon signe pour le match de ce soir. 
Le retour se fera en passant pas le Soum de Grandquet afin d'essayer de repérer une cavité qui nous a été indiquée le matin par Maurice de Ferrière (Serge tu dois le connaître)
Hélas un banc de brume s'approche de nous et d'un seul coup la visibilité tombe à quasi zéro.

Nous hésitons et ne connaissant pas très bien la zone pour redescendre, entre les reliefs ruiniforme du kimméridgien, nous préférons passer un tout petit peu plus à gauche, pas loin des monolithes.
Au passage nous découvrons un petit départ avec un violent courant d'air aspiré. Hélas la désob en sera délicate (pente) et certainement asses longue.

Zigzagues au travers des pelouses et nous rejoignons le parking, bien content de cette jolie balade.

Alain M






lundi 27 juin 2016

Il est où l'soleil, il est où ?


Dimanche 26 juin
Patrick, Sandrine, Étienne Joël, Alain M puis Bubu et Véro.
Pas facile de prévoir des sorties avec une météo en dents de scie.
Pas beau, beau, très chaud puis frais, froid, humide, pluvieux et toujours décevant.
Samedi nous ne sortons donc pas, préférant attendre les éclaircies prévues du dimanche.
En objectif nous remonterons sur la Crête des Pernes, terminer la désobstruction du puits des "Deux Jeans" (voir CR des 21 et 26 mars).

A 9 heures nous attaquons donc la montée, à 5, le plafond est bas et les fougères sont hautes !
La pluie et les brumes des jours précédents ont chargé la végétation et après quelques centaines de mètres, nous sommes complétement trempés, chaussures et pantalon.
Le brouillard est présent et ne nous aidera pas pour la montée, heureusement nous sommes en terrain connu.
Lors de notre progression dans les fougères, nous aurons la surprise de découvrir le "chaudron" d'une laie (femelle du sanglier). Elle détalera sans demander son reste mais vu la taille de sa cachette, les petits y sont peut-être. A pas feutrés nous quittons rapidement le lieu.

Après une heure quinze de montée, nous arrivons à l'objectif, trempés complétement jusqu'à la ceinture.
Les travaux de désobstruction s'enchainent, interrompus seulement par la pose casse-croute et l'arrivée de  Bubu et Véro, qui, malgré un autre itinéraire arrivent aussi mouillés que nous.
Nous aurons aussi droits presque en live aux résultats du match de la France, ce qui ravira tout le monde.

18 heures, cela va passer et Sandrine commence l'équipement. Mise en place de la corde et franchissement de la première étroiture. Au passage, décrochage d'une grosse lame venant du plafond et fracas épouvantable au-dessous d'elle, entendu par tous. Il y bien un joli puits.
Hélas, l'équipement s'avère délicat et ce n'est surtout pas bien large. Il est décidé d'en rester là pour l'instant, le temps passe si vite.
Descente en directissime, les herbes et fougères sont un peu plus sèches. Au passage, pointage du vrai CO4 et c'est fini pour ce dimanche.
A suivre..
Alain M
Photo Sanglier source ONCF




jeudi 16 juin 2016

Spéléo à Cuba

Par Caro
Me voilà de retour de mon voyage à Cuba….Parmi toutes les merveilles de l’île, je suis allée visiter la grotte de saturne, à 20 klms de l’aéroport de Varadero. L’île est remplie de grottes, particulièrement les zones ouest et centre de Cuba. L’ensemble du réseau souterrain a été déclaré monument national cubain en 1989. J’étais en groupe donc j’ai pas pu faire tout ce que je voulais… J’ai pris avec moi une dizaine d’aventuriers… et nous voilà partis vers une vrai merveille..
Cette grotte possède un lac de 250 mètres de long et de 22 mètres de profond. J’ai appris après qu’elle est le départ de sortie spéléo plongée.
 Les eaux sont turquoises et entre 23 et 25°. De quoi vous faire tous baver !!!!
 Mais bon…me revoilà en France…et nos grottes ont d’autres charmes…A bientôt les amis

vendredi 10 juin 2016

Exercice secours dans le Gers

2 participants du GSHP (Anaïs et moi) pour ce sympathique exercice préfectoral dans le Gers auquel était convié le SSF65

L'accident fictif avait lieu au fond de la cavité du Pont du Diable à Lannepax.

le Directeur de Cabinet était présent sur place au PCO et au PCA.

Site magnifique qui donne envie d'y revenir pour une petite balade souterraine.
Retrouvez le compte rendu de la sortie sur le site du CDSC65   Ici