samedi 31 mai 2014

Garganta, encore et toujours

Vendredi 30 Mai 2014.
Quelque part dans la Génie Longue. JC, William, Véro, Jean Luc, Bubu et le chien Iko.
Le temps est menaçant, il a beaucoup plu ces derniers jours mais l'appel  de la rivière de la Gargante, entendue si proche la semaine dernière est le plus fort.
L'eau de la Génie est haute, les affluents coulent abondamment et nous rincent au passage: de véritables "chevelure de Bérénice". C'est beau. C'est couillon, mais c'est beau !




Les traversées à gué de la rivière, si débonnaires d'habitude, se font avec de l'eau jusqu'aux genoux (comme pour la pêche au Mérou ....pas de grenouilles dans le coin, que des salamandres. (comprenne qui pourra !)).





Arrivés à la résurgence de la Gargante JC, W et Véro poursuivent jusqu'au porche de Coumo malo à 200m au dessus. Après une monté dans les buis, apparaît un porche de toute beauté. Nous avons pris du matériel d'escalade mais la paroi moldmicheuse et ruisselante ne nous permet pas de tenter un ascension en sécurité et nous n'avons pas le matériel pour la grimper en artif donc demi tour. En redescendant, non loin du porche, nous découvrons les restes d'un sanglier.




Pendant ce temps, avec Jean Luc on essaye d'abord d'allumer le feu ....peine perdue. Au bout d'une demie heure de journaux brûlés et de soufflette sur du bois trempé, on n'arrive que péniblement à faire un peu de fumée...fumée qui a du appeler Jean Claude qui lui arrive à le faire démarrer.
Le bruit du ruisseau est impressionnant dans le trou. Ça résonne, l'eau doit donc couler dans une galerie...c'est du moins ce qui nous motive. Jean Luc n'y croit pas mais s'attaque quand même vaillamment à la tâche. On burine pas mal, ce qui épuise rapidement les batteries. Mais la désob devient confortable. Vers 4 heures, une saucée d'une rare violence nous met un peu le moral en berne. On vide la dernière batterie pour 2 derniers paillages d'une efficacité proche de zéro...
Y'en a marre. On se casse.  On voit la fissure sur un bon mètre de plus et après ? On va laisser les crues se tasser ( pensée pour le Mass en Vendée!!!), se refaire une santé jusqu'à ce que ça nous démange à nouveau et il faudra y revenir....plus tard !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire