dimanche 26 avril 2015

Bubu, c'est pas dramatic ...



Samedi 25 avril, Bubu, Véro et Alain M

Vendredi soir, à 20 heures, Bubu m’annonce qu’il est libre pour faire un petit truc le lendemain. La météo étant correcte, je lui annonce que moi aussi et lui propose une balade au dessus de Bagnères, notre dernière sortie dans le coin ayant été couronnée de succès avec la découverte d’une jolie salle au Trou souffleur.
Rendez vous est fixé à 8h30 à la maison.
Véro le samedi matin, se trouve libérée d’une autre sortie annulée et se joint à nous.
Ce sera une balade prospection.
Les sentiers sont très bons, très fréquentés par les randonneurs et les coureurs. D’ailleurs un circuit est balisé, direct vers le haut du Tucou, pour une course le vendredi 1er mai.
Ici, nous n’aurons pas la chance de découvrir une nouvelle Carrera mais l’espoir est avec nous.
Le massif est beau, c’est vrai déjà prospecté d’innombrables fois et les chances de trouver du neuf sont bien faibles.
Nous parcourons plus de 12 km, en passant au Tucou, le Bois de la Héche, le Couret du Monné, le Monné, la plaine d’Esquiou et pour finir en beauté le sentier qui même via Péne Blanque à Cot de Gers. Ouf, beau périple se terminant, comme il se doit, par une petite remontée.

Et la spéléo la dedans ? Et bien nous rentrons avec la découverte d’une nouvelle cavité, avec arrêt au dessus d’un puits sondé à certainement 30 mètres, une nouvelle fois les cailloux roulent, roulent très loin. Et il y a du vent, aspiré.
Affaire à suivre.
Mais c’est quand la prochaine balade ?

Alain M


jeudi 23 avril 2015

Excursion dans les Basses...



Mercredi 22 avril :

 

Véro, Jean Claude, Bubu et Alain M

Lever aux aurores pour aller repérer les passages et prendre quelques photos d'une très jolie petite cavité oubliée des Pyrénées Atlantiques.
 
Après une mise en sécurité sommaire de la trémie d'entrée et une recherche laborieuse du passage dans un chaos de blocs indescriptible, on accède à une superbe petite rivière souterraine qui se tortille sur environ 200 mètres avant de disparaître dans un siphon.

Une jolie galerie en as de pique permet de pratiquement doubler le développement.

Sortie vers midi, y'en a qui travaillent (et d'autres qui ont faim!).

Le film de la sortie, par Jean Claude, cliquez ici.
 

dimanche 19 avril 2015

Petits instants de bonheurs.

Dimanche 19 avril 2015. Véro, Sandrine et William.
Véro avait prévu une sortie « observation et photos » dans la grotte du Roy à Lourdes. Cela paraissait sympa mais c'était sans compter sur le niveau de l'eau qui était monté à tel point que l'entrée s'était transformée en bain. Nous avons donc dû rebrousser chemin et de la forêt de Lourdes, nous passés à celle de St Pé.

« Verte mousse
Quand tu nous conduit
Le pas léger au cœur des jeunes pousses
Par delà les brindilles craquantes tel un biscuit
Et alors que la nature révèle son alchimie
La caverne des délices
Se dresse toute « mimi »
Nous ouvrant ses coulisses
En une grande bouche baîllante
Une invitation à la dégustation
De révélations palpitantes
Où jadis se posa la création
Sous les plafonds étoilés
L'espace primitif
D'un univers figé
Acquiesce d'un passé évocatif
Dans la chaleur de la terre
Les corps étendus
Enveloppés par la pierre
Ont apprécié l'inattendu »

Dans cette première cavité nous avons profité de petits instants de bonheur...avant de grignoter et de rassasier au moins 2 estomacs bavards qui ont eu la bonne idée de converser alors que nous tentions une micro sieste toutes lumières éteintes à l'intérieur de la grotte.

Un peu plus bas nous avons pénétré dans la grotte des Coumates. Cette cavité, riche en bêtes et en cailloux multicolores, a fait l'objet de toute notre attention. Je la découvrais pour le première fois, suivie de William et Véro et ce fut un peu comme dans la caverne d'Ali Baba. Les salamandres ont fait le bonheur de William, c'est vrai qu'elles étaient adorables. Nous avons pris notre temps, erré ici et là à contempler les roches, les papillons et à écouter le doux chant de l'eau qui ruisselle.

Merci à Véro et William pour ces moments de partage....et aussi pour la bière !

Sandrine.

samedi 18 avril 2015

Visite, initiation, bonheur....



Samedi 18 avril
Petites sorties d’initiation.
Emma, Véro, Caro, Jean Claude, Bubu, Didier, Flavien, Alain D et Alain M
Nous sommes 9 ce matin pour aller faire un peu de visite de cavité et un peu d’initiation.
Le temps des 2 derniers jours n’a pas été terrible et les pluviomètres Saint Péens ont recueilli 16 mm de précipitations.
Nous nous retrouvons tout d’abord à Cot de Bellocq dans le but d’aller à la perte de la Mousquère. Hélas, le ruisseau accuse un débit d’au moins 10 litres par seconde et la cascade du puits d’entrée nous oblige à un repli stratégique. Nous estimons que la remontée ne sera pas sécurit et à certains moments il vaut mieux savoir renoncer.
Direction la grotte des Castagnets.
A près un petit casse croute, c’est la marche d’approche cool et la descente. La doline d’entrée a été rééquipée, les cordes changées et cela est parfait. Nous mettons quand même notre corde par sécurité, elle nous mènera jusqu’au bas du toboggan d’entrée.
Ensuite ce n’est que silence, merveille et bonheur du monde souterrains. Les concrétions, même si elles ne sont pas légion, s’offrent à nos regards et à nos interprétations les plus débridées. D’ailleurs notre « guide » clame à son public des tirades dignes d’une visite à grand spectacle : « A droite, Mesdames et Messieurs, le temple chinois, à gauche, la rivières et ses étoiles, la vierges à l’enfant,  etc. .» Bravo Bubu pour ces tirades qui égayent la balade et font le charme de nos sorties.

Nous allons tout d’abord dans l’aval où une étroiture barre le passage pour certains participants mais un « shunt » rapidement trouvé par Véro permet à tous de se retrouver au terminus, à la base de la corde permettant la traversée, ce que nous ne réaliserons pas.
Demi-tour et route vers l’amont.
Qu’ils sont beaux ces « pieds d’éléphants, ce dauphin, toutes ces formes imaginaires mais bien réelles, ces talus d’argile etc.
Nous arrivons à la partie étroite, terminus pour certains.
Caro et Emma s’engagent dans le ramping et nous les entendrons bartasser pendant plusieurs minutes. Elles reviennent, heureuses d’avoir fait un peu de galerie à la taille de leur gabarit. Le bonheur.
Nous avons bouclé la visite, c’est ensuite le retour et la remontée, Didier pouvant tester le jumar avec bonheur.
Une belle journée.
Le film de la sortie par notre ami Jean Claude, cliquez ici
Alain M

Mine d'Estaing

Waouh!

C'est la conclusion de cette première sortie à la mine d'Estaing. Comme la semaine dernière nous avons partagé nos connaissance de ce secteur, visité le TB1480 et une petite descenderie. Bientôt nous reviendrons avec la suite du matériel pour rejoindre nous l'espérons d'autres niveaux.

Jean Marc (tout seul du club !!!)

mercredi 15 avril 2015

Les fous au Roy

Mercredi 15 avril 2015
Participants : Bubu, Romain (copain et collègue de Bubu), Jean Claude, Alain D, Brigitte et Caro
CR de Caro



Le trou du Fou devrait jonctionner quelque part  et ce quelque part, nous avons décidé d’aller le voir aujourd’hui.
Rendez vous est donné à 10 heure à Lourdes, à l’entrée de la grotte du Roy. 
Le site est près d’un champ de tir et c’est au rythme des détonations que nous nous préparons.
Pour info, la grotte du Roy était autrefois aménagée pour la visite touristique et a été fermée dans les années 50 à cause de la concurrence des grottes du Medous et de Bétharram. L’entrée «  des touristes »  étant grillagée pour la sauvegarde de nos amis rhinolophes et minioptéres, nous passons par l’entrée des artistes, qui au dire de tous les connaisseurs, est à sec.
Il est apparemment courant de prendre l’eau et d’y aller à quatre pattes, quitte à rester mouillé pendant toute la suite de la sortie. Donc la journée commence bien !!
La visite de la partie aménagée est bien triste. Il reste des bouts d’escaliers, des bouts de rambardes, des anciennes gaines électriques et des bouts de ferraille qui pendouillent un peu partout !!! Comme dirait Roumanof, «on ne nous dit pas tout !!». La grotte, pauvre en concrétions, était autrefois  remplie de fausses concrétions de plâtre, aujourd’hui désagrégées par l’eau.
Une arnaque à touristes ! Cf les cartes postale de promotions du site. Il n’en reste que les armatures métalliques.
Selon l'un d'entre nous qui pensait un jour les disquer et nettoyer cette pollution visuelle, il n’en a rien fait car les chauves souris s’agrippent dessus comme les hirondelles aux fils électriques !!! Un mal pour un bien.

Commence ensuite la vrai spéléo !! Des passages bas mettent à rude épreuve nos genoux. Nous arrivons sur une petite escalade argileuse, avec un petit passage aérien. On arrive ensuite dans du gros volume, on enquille un puits de 6 mètres. La corde en place est bien grosse et nous oblige à descendre en 0. On arrive ensuite dans un canyon, une partie vraiment magnifique. Il y a du volume, la roche est sculptée mais a y regarder de plus près, ce sont…des huîtres fossilisées. On appelle çà des «  rudistes », magnifique !!
Par principe, on ira toucher des yeux le siphon de sable terminal. Puis c’est le casse croûte, tant apprécié où tourne le bon vin (merci Alain), l’eau de …Vittel, le cake de Gwen. Le problème, c’est de repartir le ventre plein et les kits allégés..Bubu chantera une ode à la marmite  du méandre et nous revoilà en bas du puits, pas si facile à remonter quand la corde ne coulisse pas dans le croll, et quand les articulations sont raidies par l’eau de ..Vittel.
Alain et Brigitte  passeront donc par un passage contournant cet obstacle.. Nous finissons par une jolie glissade et arrivons à la lumière du jour. 
Alors Romain, notre Bubu, il est pas mieux plein de boue qu’en costumes deux pièces ?
Je sais.. ils sont bizarre ces spéléos… mais tu nous rejoins quand ?  
L'excellente vidéo de Jean Claude  ici