vendredi 23 octobre 2015

Autour des Moustayous

Vendredi 23 octobre.
Aujourd'hui direction le trou des 80 berges. C'est un trou trouvé par l'abbé Abadie, alors qu'il faisait une petite balade dans le coin. Il avait 80 ans!
Nous sommes 3: Jean Claude, Anthony et moi.
Jean Claude retrouve rapidement le trou grâce à son GPS intégré et de suite on dégage l'entrée qui n'est pas bien large. Une paille plus tard, c'est un boulevard. Je descends suivi d'Anthony.
C'est un puits faille d'une dizaine de mètres. Au fond, la faille se transforme en méandre au sol plat et il est difficile de dire si c'est un amont ou un aval. Seul problème, la largeur n'excède pas 5 à 10 centimètres sur 2 ou 3 mètres. Au delà, il semble que ça s'agrandisse et il y a de l'écho mais on n'a pas senti du tout de courant d'air.
Direction les Moustayous pour reprendre la position exacte, le Dol's à un problème dans ses bouclages. On se fait la balade jusqu'au puits pour montrer à Anthony ce superbe méandre d'entrée.



Descente ensuite jusqu'au trou de l'Arva pour reprendre aussi les coordonnées. Là, on laisse Anthony aller tout seul dans les étroitures liquides pendant qu'on allume le feu pour manger.
Puis direction le trou du Rascal qui souffle un courant d'air très net. Idéalement placé sur le trajet du réseau du Papy Boum des Moustayous.
Petite désob à l'entrée pour faire passer autre chose que des limandes et recherche du courant d'air dans cet étonnant joint inter-strate qui remonte d'une bonne quinzaine de mètres. 1 à 2 mètres de haut, 5 mètres de large...

On le retrouve au niveau de strates décollées du côté droit en montant. On commence le travail à l'aide de 2 pailles qui font un énorme travail mais ça ne passera pas aujourd'hui et on tombe en panne de batterie.



Retour aux voitures en se remplissant les poches de châtaignes
Superbe journée. La preuve en images ici
Bubu

mercredi 21 octobre 2015

La fin du Fou

Ici se termine l'aventure du Fou.... à moins que d'autres Fous prennent le relais....
Voici le croquis d'explo de la branche des Gueux reporté sur la topo.
Ça ne se voit pas sur le croquis mais la branche des Gueux est étroite, boueuse et ça parpine méchamment même quand on touche à rien.
Arrêt donc sur nouvelle énième désob...
La suite pour les générations futures quand auront été inventés les laser à découper la roche et la colle à trémie.....
Mais je le répète, il y a quelque chose d'autre que la grotte du Roy sous ce massif, il faut y retourner...







mardi 20 octobre 2015

Triste nouvelle

Michel Dallier vient de nous quitter à l’âge de 72 ans.

Membre très actif en compagnie de sa femme Micheline, investi aussi au niveau du CDS,

 il était devenu un spécialiste de la prospection et de la désob. 
C’est lui qui nous emmena pour la première fois dans la Coume de Pouts qui commence enfin à livrer ses secrets.
Joyeux compagnon des années 1983 à 1990 l’époque formidable de l’aventure des Toupiettes, incollable en toponymie de la région de St Pé, il n’était pas le dernier pour donner la réplique à Dédé ou rire du flegme de Domi.
Une page se tourne, son ombre va roder pour l’éternité dans les bois de Saint Pé qu’il arpentait si souvent en compagnie de son épagneul : Symphonie.


Toutes nos pensées vont à sa femme, Micheline et à sa fille, Valérie.

lundi 19 octobre 2015

Le GSHP et ses extraordinaires découvertes !


C'est une très belle soirée dans les profondeurs de la spéléologie qui a été offerte par le GSHP devant une salle comble ce lundi 12 octobre 2015.
Organisée à la demande de l'association les Amis du Vieux St Pé, la conférence-diaporama présentée par les spéléos du club a fait voyager le public dans les entrailles de la terre à la découverte d'un milieu particulièrement étonnant.
Bruno Nurisso a effectué le lever de rideau en présentant le GSHP : sa création, son parcours, ses objectifs et la passion qui unit les spéléos toujours en quête de profondeurs et de trouvailles fabuleuses.
L'aventure s'est poursuivie avec Patrick Degouve qui, pour mettre le public dans le bain, a donné un petit cours de géologie très explicite avec des photos à l'appui. C'est en indiquant que l'eau et l'air sont les fils conducteurs du spéléo, qu'il a entraîné toute l'assistance au fond de la terre vers des révélations fabuleuses et dignes d'un film d'aventure.
« Un grand vide sous la Pène de la Hèche » et voilà, nous sommes partis explorer le gouffre du Python : ses puits dont le plus spectaculaire de 52 mètres plein vide, la salle gigantesque du GSHP avec ses 200m x 60 m et son dénivelé de 100 mètres.
« Quand les petits ruisseaux font les grandes rivières », à peine avions-nous émergé du Python que nous voilà plongés dans la Perte de Yerse et sa grande salle inclinée tapissée de marnes, sa rivière qui continue à grossir et son collecteur atteint à moins 400 mètres.
« L'oublié du Larbastan », plus si oublié que cela maintenant qu'il fait partie des grandes découvertes du GSHP ! Perché à 1265 mètres, le gouffre du Quéou s'ouvre sur un puits du « Cœur » de 65 mètres et présente des niveaux de calcaire différents, des concrétions magnifiques, une galerie du Scrouitch à craquer et non pas à croquer ! Les choux-fleurs sont d'aragonite et les perles des cavernes jonchent le sol. Des rencontres plus insolites ont ensuite été exposées et c'est Alain Dole qui a pris la parole.
Petit détour vers la paléontologie avec un descriptif des traces de griffades d'ours et des ossements provenant de loups et de hyènes des cavernes recensés sur le massif. Du côté de la biospéléologie, nous apprenons que sur les 12 espèces de chauve-souris existantes en France, 6 ont été identifiées sur le massif. Plus insolite : les insectes qui se reproduisent dans des gouttes d'eau (sortes d'araignées)...comme s'il n'y en avait déjà pas assez dans les cavités!
Une diversité importante de coléoptères a été relevée et une truite est même apparue, remontant un collecteur. Des ossements calcifiés d'ours et de cervidés sont à noter.
Une grande découverte archéologique a été dévoilée : celle de 2 cranes humains dans une cavité tenue secrète pour permettre les investigations futures, des fouilles sont prévues en 2017. Expertisés par des historiens, il s'agit d'une femme de 30 ans et d'un enfant de 4 ans environs datant de l'âge de bronze, 1500 ans av JC. Un monticule de pierre retrouvé sur place pourrait laisser penser qu'il s'agit d'un tombeau et une poterie datant du moyen-âge attise la curiosité puisque 2000 ans séparent les crânes de l'objet !
Il ne faut pas oublier le « Veau-secours » effectué par Jean-Claude Mengelle car, oui ! il y aussi de gros animaux vivants au fond des trous ! Le public a pu poser des questions en fin de conférence et le verre de l'amitié a clôturé cette soirée riche en explications et belle de par toutes les photos que nous avons pu admirer.
Merci à TOUS ! Aux spéléos qui ont démontré que l'Amitié et l'Aventure sont indissociables.

Sandrine L

Titouanouk Interclub

Miguel, topo dans Titouanouk

19 octobre 2015: participation de Véro à une sortie avec les Aquas et le SNEC dans la grotte de Titouanouk
Quelques dizaines de mètres de première dans cette magnifique cavité explorée par nos amis.

Vous pouvez suivre toute l'aventure de cette belle explo sur le blog des Aquas: Ici

Une sortie de Fou

Richard et Véro, 18 octobre 2015 
TPST 12h
Le puits faille sur lequel nous nous étions arrêtés la dernière fois fait une cinquantaine de mètres (40m + 7m). 
Il y a deux passages possibles mais les deux se rejoignent plus bas.
Au fond, la suite  nécessite une petite désobstruction pour arriver à un passage / ressaut estimé à 4/5m avec un bruit très net de ruissellements importants 
Aujourd'hui il y avait peu ou pas de courant d'air dans le trou mais vu la température extérieure, c'est normal.
La suite est dans le sens opposé du cheminement "normal" , c'est à dire qu'on se décale encore un peu plus d'une jonction éventuelle avec les grandes galeries du Roy, du côté du Puits du Lavabo.
La suite est en fait sous un remplissage imparfait de la grande faille avec parpinage  spontané important audible à plusieurs endroits de la cavité la rendant particulièrement dangereuse . Un gros bloc m'est tombé du ciel à 1 mètres de moi sans aucune raison. J'ai peut être parlé trop fort !
Le déséquipement a été réalisé sur le dernier tronçon.
La suite à désober....
Cette sortie semble être la dernière dans ce trou qui nous a tant fait rêver. Les étroitures, la boue et maintenant les blocs qui tombent tout seuls, semblent avoir eu raison des plus tenaces.
Il ne reste plus qu'à déséquiper et peut être chercher une autre entrée de ce qui semble se développer plus à l'Est, Sud-Est de la Grotte du Roy.
Il serait peut être intéressant de jeter un œil nouveau au Yanaman..





dimanche 18 octobre 2015

Super Mario 2015

Dimanche 11 octobre; Louis, Marc, Véronique, Jean-Marc:
C'est sur une invitation signée "El Coyote" que Véronique et moi-même avons rejoint Super Mario à l'entrée d'une vieille mine. 
Ce dimanche le but du jeux était une traversée semée d'obstacles de niveaux en niveaux. Vers moins 100, nous avons aperçu le ciel au-dessus de nous, avant de revenir pour déséquiper.

Photo: Louis de Pazzis, Vidéo: ici

mardi 13 octobre 2015

Il y a de la vie sous terre.....




Le GSHP les a rencontrés.....
Cliquez sur les APHAENOPS

Du côté de la Pierre

Dans le cadre de nos activités estivales à la Pierre avec Amalgame, il nous restait quelques "trucs" à faire et quelques points d'interrogation à lever.
Parmi les "trucs": déséquiper les 200 premiers mètres de la sima de la Niebla, revoir le C220, faire la topo du C215 avec ses 3 entrées et revoir le fond (névé), jeter un énième coup d’œil à la perte qui absorbe sans problème en crue des dizaines de litres/seconde et s'il restait un peu de temps voir une nouvelle zone à reprendre l'an prochain.
C'est donc à 3 Tachous que nous sommes partis à l'aube, pour rejoindre les copains au chalet de l'ARSIP (Véro, Richard, Bubu)
Et voici une dizaine d'amalgamés partis sur les chemins plats (Llanos Carreras). La marche d'approche sous un timide soleil d'automne est un régal.
Nous voici à la Grotte. Je ne peux m'empêcher de jeter un caillou dans un trou qui s'est ouvert récemment: le Gouffre de la Grotte! Nom de code: C225 ' (prime). Un caillou dégringole sur 30 à 40 mètres.... Il est situé juste à l'aplomb du seul affluent rive droite du Grand Canyon que j'avais remonté il y a .... longtemps, arrêt sur Puits remontant....
Et si on reprenait ce trou? Bon d'accord, ce ne sera qu'une entrée de plus au réseau de la PSM mais ce sera notre entrée !
Plus loin les équipes se séparent. Redj et Alain G vont déséquiper la Niebla; Véro Richard, Joel D, Serge P et Gilbert s'attaquent à la topo du 215. Quant à moi, je vais jeter un coup d’œil avec Alain B et Betty à la perte: désob d'un gros bloc qui empêche ma carrure de passer... et vu sur une faille remplie d'alluvions qui doit bien absorber mais le travail sera important! Pas impossible, mais ça ne se fera pas en une seule fois !
Quand Redj et Alain sortent, on les pousse dans le 220 avec les cordes qu'ils viennent de récupérer. Mickey arrive à la rescousse. La lucarne repérée par Serge il y a 2 ans vers - 10 souffle bien mais une fois passée la lucarne, le courant d'air restera introuvable... Tout le monde est dehors vers 16 heures. C'est la fin du 215. le névé a bien fondu mais il n'y a pas de suite dessous.
Il nous restera encore un peu de temps pour aller repérer une zone prometteuse plus à l'ouest avec la découverte ou re-découverte, d'une bauge à ours dans une petite grotte.
Direction le chalet où on arrivera vers 18h30. Sur le retour, suite à notre balade dans Utopie il y a 15 jours, Mickey nous montre l'entrée du gouffre de Zoé l’ânesse et l'AM 55, 2 gouffres idéalement placés sur Utopie et pas totalement finis....

Le compte rendu par Alain B sur le blog du GAS ICI

dimanche 11 octobre 2015

Du coté de l'Arva

Samedi 10 octobre, Jean Claude, Alain D et M
Sortie topo affin de réaliser le bouclage entre le trou de l'Arva et l'ancien terminus des Moustalhous.
Nous remontons jusqu'au bas du toboggan, cela représente une bonne centaine de mètres.
Afin de se rappeler de bons souvenirs, nous allons revisiter le réseau du Papy Boom. Toujours aussi joli..
Nous ressortons pour le casse-croute et avant de rentrer faisons un peu de prospection, dans ce coin il y a toujours à voir ou à revoir..

Alain M











samedi 10 octobre 2015

Du côté de Nistos

Jeudi 8 octobre:
Prospection vers la station de Nistos Cap Nesté avec Stoche, Kinou et José du SCM (Aude).
Commencement de désob d'un trou avec un léger courant d'air  que j'avais repéré il y a quelques temps, puis petite visite dans un trou marqué non terminé "SCB 89 - CN 20" et pour finir prospection infructueuse des nombreuses dolines.

Vendredi 9 octobre:
Retour à la carrière-mine de Bize qui serait peut être une petite grotte exploitée en carrière. Celle ci ne fait qu'un dizaine de mètres de développement.

Ensuite prospection pour essayer de retrouver une doline avec un trou souffleur repérée par José il y a une quinzaine d'années.

Jean E.


vendredi 9 octobre 2015

Conférence débat à St Pé de Bigorre

Lundi 12 octobre, le GSHP organise une conférence débat à St Pé de Bigorre, sur les dernières découvertes du club.
Elle aura lieu à partir de 20h30 à la salle des fêtes.
L'intendance en sera assurée par les amis du Vieux Saint Pé.


Nous comptons sur votre présence.
Saint Pé de Bigorre, des dessous qui font causer : cliquez ici

mardi 6 octobre 2015

Le CL 3, l'autre synclinal

Dimanche 4 octobre 2015
Après une tentative avortée le samedi en raison du mauvais temps, nous nous retrouvons à 4 (Etienne, Alain M., Sandrine et Patrick) pour retourner vers le col d'Espadres et le CL 3 que nous avions revu il y a quelques semaines. Des alpagistes venus de l'Héraut sont également là pour commencer à compter leurs bêtes avant de les redescendre dans les jours prochains.

 L'entrée du CL3

Nous réequipons le petit puits d'entrée (8 m) de ce gouffre qui s'ouvre, contrairement au Yerse, dans le jurassique, c'est à dire dans "l'étage inférieur" du synclinal. Il y a toujours de l'air et les cailloux tombent d'une dizaine de mètres dans un puits étroit mais qui semble pénétrable un peu plus loin. Nous y passons la journée, mais il faudra encore insister avant de pouvoir passer....

Vestige des travaux de nos prédécesseurs et de techniques
aujourd'hui obsolètes... Drôle d'appareil photo quand même.

CR Patrick

lundi 5 octobre 2015

Les JNS à Saint Pé

Weekend du 3 et 4 octobre 2015
Ce fut encore une belle réussite. Toutes les personnes qui étaient venues nous voir à Soues ont répondu présent pour ce weekend de découverte de la spéléologie. Bouhadère pour les plus grands, La Pale pour les plus petits, et des rotations des groupes très bien organisées.
Tout le monde est ressorti enchanté....des adhésions en perspective.
A noter la présence de 2 jeunes de l'ESB qui pour l'occasion sont devenus des cadres ... et ça, ça fait plaisir !
Pour le GSHP: Jean Luc, Sandrine, Caro, William, Jean Claude, Richard et Bubu.

vendredi 2 octobre 2015

Petite sortie du jeudi...


Jeudi 1er octobre, Jean Claude, Serge, Sandrine, Patrick et Alain M.
Rendez vous est pris sur les coups de 9 heures à Arthez avec pour objectif d'aller explorer quelques cavités repérées cet été par Jean Claude, sur les flancs du Merdanson.
Le temps est beau, l'été indien semble continuer.
Nous commençons la montée par un sentier qui a ce nom seulement parce que l'on y passe, sentier d'un jour…
A peine avons-nous parcouru une centaine de mètres que Patrick découvre un petit départ.
Quelques coups de massettes, la barre à mine et le passage est ouvert. Serge y descend en libre, mais il ne s'agit que d'une petite fracture, d'environ 4 mètres de profondeur, avec amont et aval, tous deux impraticables car trop étroits.
Nous repartons vers la première cavité vue par Jean Claude.
Cela passe sans rien faire, c'est au tour de Sandrine. 6 mètres de descente avec descendeur en bout de longe. Au fond, quelques blocs nécessitent des coups de massettes pour continuer. Mais là aussi, cela s’arrêtera rapidement sur trop étroit.
Nous continuons la montée. Le prochain trou sera pour Patrick. Petit puits de 7-8 mètres et arrêt sur .. terminé. Pas de chance.

Pendant qu'il explorait, nous commençons, à quelques mètres de là, une petite désob mais elle s'avère rapidement sans suite importante. Terminé aussi.
Il nous faut ensuite monter beaucoup plus, dans une pente bien marquée.
La pente est raide, de nombreux arbres abattus par les précédentes tempêtes entravent la progression.
Heureusement, le GPS aidant ainsi que le formidable sens d'orientation de J C, nous trouvons sans problème notre objectif suivant.
C'est un très joli puits. C'est Alain qui y descend, verticale directe de 10 mètres. Au fond, les restes d'une vache, le crane et tout les os importants. Un tout petit départ bas, mais bouché par la terre, les cailloux et les os. Terminé là aussi.
Il ne reste plus qu'à remonter et casser la croute, il est plus de 13 heures à la pendule.

Nous continuons ensuite notre prospection mais ne découvrons rien d'intéressant. La zone est belle mais encombrée de très nombreux éboulis, recouverts par une couche de mousse importante.
Nous récupérons un joli sentier et entamons la descente.

Il n'est pas très tard, nous en profitons pour aller voir le Lannardoune et recherchons aussi le Souffleur du Turounet. Hélas, malgré nos recherches nous ne le verrons pas.
Nous allons ensuite du coté de la "Colonie" revoir le grand porche. La aussi, ce sera choux blanc car dans l'étroiture il y a de l'eau interdisant toute pénétration. Ce sera pour une autre fois.

Belle journée passée au grand air, à monter, descendre, descendre monter...

Alain M

Blagounette

Nouvel endroit à prospecter mais attention à l'équipement !