lundi 16 juillet 2018

La Pale en famille

Ce samedi 14 juillet, nous sommes allés à la Pale, en famille et avec des amis, afin de découvrir le monde souterrain. Nous sommes 8.

La chaleur est au rendez vous ainsi que la bonne humeur, à la veille de ce match qui devrait remonter le moral de toute la France.
Nous rencontrons un groupe qui part en traversée Hayau-Bouhadére, un autre qui revient de la Pale, une famille lors de notre visite et un autre groupe qui arrive lorsque nous repartons.
Ce lieu est vraiment très fréquenté.


Eric fait le guide, il retrouve des lieux qu'il a fait visiter de très nombreuses fois lorsqu'il était employé à HPSN, durant ses vacances estudiantines.
C'est l'émerveillement pour tous et surtout pour les adultes qui ne sont jamais allés sous terre.
Belle petite grotte de découverte, avec en point d'orgue la sortie par le petit passage et le retour à la surface avec la chaleur moite de l'été...


Pour terminer la venue dans les Hautes Pyrénées, nous irons passer la nuit au refuge de l'Aoulhet. 
Émerveillement des yeux, malgré un très gros orage qui viendra perturber le sommeil de beaucoup d'entre nous.
Le matin c'est la descente, une restauration au Mont Plaisir puis retour sur Toulouse, le match de 17 heures n'attendra pas.

Et oui, on est champions.


Alain M






lundi 2 juillet 2018

Du coté de chez jean...

Dimanche premier juillet, Patrick et Sandrine, Jean et Cindy, Alain M

Ce dimanche Jean nous a "invité" à venir voir un trou souffleur qu'il a repéré lors d'une balade du coté du Lhéris.
Il nous promet calme, fraîcheur sous la hêtraie, grillade traditionnelle et bien sur explo à la clef.
Le temps est magnifique et la journée sera chaude.
Nous nous entassons à 5 dans le 4x4, les sacs sur la galerie, comme au bon vieux temps où les véhicules étaient rares, et oui, cela a existé.
La montée est conviviale et malgré quelques secousses le trajet agréable.
Rapidement le terminus véhicule est atteint et nous nous chargeons pour un petit quart d'heure de marche sur des pistes ayant servi autrefois au débardage.
Nous trouvons une première cavité, petit puits dans la terre mais pas de courant d'air. Il est pointé au GPS afin d'alimenter la base Karsteau.
Une autre cavité un peu plus loin, puits d'environ 5 à 6 mètres, lui aussi non référencé. Les GPS crépitent.
Enfin, un peu plus loin, la cavité repérée par Jean.
Effectivement il y a un bon courant d'air. Nous remuons quelques pierres pour constater qu'elle a déjà été visitée.
Qu'à cela ne tienne, le bon courant d'air nous incite à persévérer. Massette, burin, barre à mine, perfo, nous avançons bien et seul le casse croûte viendra interrompre l'ouvrage.
 
La grillade promise tient toute ses promesses et nous nous régalons d'une délicieuse saucisse et d'un joli magret grillé. C'est bon.

L'heure serait plutôt au farniente mais l'appel de la cavité se fait sentir et surtout qu'à l'intérieur il y fait frais, très frais.
Le chantier reprend de plus belle, on avance, on avance. Hélas le perforateur montre des signes de fatigue et il faut se rendre à l'évidence, il n'ira pas beaucoup plus loin.

Le chantier est levé, nous faisons demi tour et profitons du temps qu'il nous reste pour pointer avec précisions quelques cavités déjà connues.

A suivre.

Alain M

Quand on partait de bon matin..... A bicyclette...

Samedi 30 juin 2018
Ce jour-là, il n'y avait ni Fernand, ni Firmin, encore moins Francis et Sébastien et pas de Paulette à l'horizon. Il y avait seulement Sandrine et Patrick qui se sentaient pousser des ailes sur les pentes du Jaout... Il faut dire que les 6 kilomètres de piste pour 600 m de dénivelé en plein soleil avaient de quoi nous dissuader d'y retourner à pieds. La solution, le VTT avec une petite assistance électrique (Ça aide....). 

 Au col du Jaout

En 1/2 heure, sans trop forcer, nous sommes au col. Nous abandonnons les bicyclettes dans une doline puis remontons en direction du cirque de la Bouche de Hours que nous dominions 10 jours plus tôt. Nous en faisons le tour, remontons sur les crêtes, fouillons les dolines du fond et finissons par trouver (ou retrouver) quelques belles entrées qu'il faudra revoir en automne car la neige y est encore trop abondante. 

A l'entrée du cirque de la Bouche de Hours,
on recoupe les strates calcaires redressées presqu'à la verticale.

C'est certain, il y a beaucoup de manques dans la base données Karsteau, notamment sur la bordure sud du massif et si certains parmi les lecteurs avaient des renseignements sur cette zone, bien sur, nous sommes preneurs. L'objectif est d'alimenter  Karsteau en essayant de retracer l'historique de tous les travaux antérieurs (travail de mémoire) mais également en complétant les données par des coordonnées actualisées, des topos etc.... De notre côté nous essayons de mettre au jour le jour et de façon systématique le résultat de nos recherches sur Karsteau. Allez-y, c'est un outil remarquable pour tous ceux qui s'intéressent à ces massifs.....

Un gouffre probablement connu mais qui ne semble pas
avoir été mentionné dans la littérature spéléo...

Il nous faudra moins d'une 1/2 heure pour regagner la voiture, à bicyclette....

Quand le soleil à l'horizon
Profilait sur tous les buissons
Nos silhouettes
On revenait fourbus content
...

Patrick