mardi 28 octobre 2014

Un WE productif...


Samedi 25 octobre, Alain D
Montée seul à la crête de Souey qui rejoint plein Est le Soum de Grandquet. 
Au virage noté "Estères" sur la route du Col des Pandèles" (et non pas des Spandèles), prendre un petit chemin bien marqué qui au début s’enfonce sous les buis et qui débouche sur une épaule couverte de fougères. En continuant sur cette épaule, le chemin est moins bien marqué, ce n'est plus qu'une sente de chevreuil !
Elle est aussi raide que le coup de cul lors du départ du chemin de l'Aulhet... Mais il grimpe sur 300m de dénivelée. A la monté comme à la descente il ne faut surtout pas louper la bifurcation qui oblique plein Est pour les 100 derniers mètres avant de sortir de la forêt et déboucher sur une prairie en pente où le pastoralisme fut autrefois très intense... Prospection en remontant vers le Grandquet jusqu'à 1650 m au confluent du chemin qui mène à l'Estibete.
Je relève 10 ruines de cabanes mais pas de cavités sur cette épaule...
Qu'à cela ne tienne, demain je vais prospecter ailleurs...

Dimanche 26 octobre, Brigitte et Alain D
Avec Brigitte nous partons vers le Grandquet  / Soum de las Escures pour prospecter le second cirque sous le sommet Ouest de las Escures. Le premier cirque étant celui du Grandquet...
La descente est assez laborieuse dans les rhododendrons et lapiaz calcaire déchiqueté. En fait ici les strates sont redressées...
Le Berger M. Sanchou rencontré la semaine dernière m’a indiqué cette zone pastorale nommée « Coste Taillade » car si en début de saison l’herbe est mangée par le bétail elle ne repousse plus… Sur la Carte IGN « Costetaillade » est placé dans le Cirque de Grandquet. Coste taillade peut aussi se traduire comme : les crêtes effilées rappelant  les dents d’un couteau… En effet dans chacun des cirques les contreforts sont découpés et verticaux…

On y débusque 2 superbes Isards et au fond de ce lieu sauvage très isolé, on trouve aussi la trace des bergers avec 2 anciennes cabanes. Profitant de la vue sur le synclinal du Yerse on fait une pause casse-croute ; au fond dans l’Arriu Sec les chasseurs balancent quelques balles, les chiens aboient, le sanglier n’a qu’à bien se tenir !
On reprend l'ascension, Brigitte trouve une passe sur le flanc Ouest pour rejoindre le sommet Ouest des Escures par une épaule débonnaire.
Je prospecte ce flanc et y découvre un gouffre ventilé à désober vers 1710m, manifestement rebouché pour que le bétail n'y tombe pas.


Puis dans la paroi sous les Escures (face Nord), vers 1785m, j'avise une lucarne en trou de serrure.

A la jumelle, sur la paroi, près de l’entrée, je détecte des gros placards de peinture rouge, très ancienne. Je noterai ces gros points de peinture patinée par le temps, qui partent de la cavité et balisent  une vire aérienne menant au Col de las Escures.


L’entrée fait 2x0,8. Dès le départ, un ressaut mène à -3m sur un bouchon de blocs avec courant d'air qu’il faudrait désober… Mais au-dessus, le méandre se poursuit et débouche rapidement sur une salle rotonde de 4m de diamètre. Des corneilles y ont élu domicile…. Il y a un ressaut de 2,5m escaladable menant à une galerie vue sur 5m, que je ne pourrais pas explorer faute de lumignon plus que faiblard !

  A noter un nid de choucas et surtout à la sortie la roche recouverte de mousse est lustrée... Est ce un abri à berger ou une ancienne tute d'ours ? En tout cas c’est un superbe abri  en cas de mauvais temps.

Est-ce la fameuse grotte que la famille des Montamat de St Pé à la recherche de l’Or de la légende ? D’après la légende ce ne serait plus pas aux Artigous…
La peinture a-t-elle été placardée par les copains du GRAS des années 92/95 ?
Il faudra y revenir pour en avoir le cœur net et en faire la topo…
La descente se fait par le talweg Sud percé de dolines afin de repointer la série des GE 09 et 10, mais rien de nouveau...
Retour au Col d’Ansa en délogeant une vipère qui profite des derniers rayons du soleil automnal…

Alain D

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire