vendredi 10 octobre 2014

COMPTE-RENDU SEJOUR CANTABRIQUES

Nous sommes 4 à arriver sur place le 20 septembre au soir au squatte que Sandrine et Patrick nous ont indiqué entre Arredondo et Ason : Fanny, Simon, 20100 et moi.

JOUR 1
Dès le lendemain, nous ne décollons pas très tôt d’ailleurs pour faire la traversée Tonio-Canuela. Le soleil est au RDV, nous réalisons une superbe marche d’approche qui nous mène au « Collado ».
 La cavité s’ouvre près d’une grande à Tonio, aux abords d’une doline, où un courant d’air aspirant est plus que violent ! Nous pique-niquons dehors en prenant un petit bain de soleil puis s’est parti pour 280m de puits très sympa avec une arrivée pendulaire par un P18 dans la salle « Olivier Guillaume ».
 Les volumes sont au RDV, nous hallucinons sur des salles et des concrétions immenses. Comme j’ai oublié la topographie, nous nous égarons une bonne heure après avoir descendu un P15 ! Une fois notre chemin retrouvé, nous ne mettons pas longtemps à sortir par Canuela avec la tombée de la nuit. Comme nous n’avons qu’un véhicule, nous sommes obligés de faire la navette à pied, c’est notamment 20100 et Simon qui partent chercher le camion.

JOUR 2
Ce matin là, il pleut un peu sur notre campement… Sous les conseils de Patrick et Sandrine, nous décidons d’aller voir Guy, un ami à eux qui habite près d’Arredondo. Guy et Muriel nous accueillent très chaleureusement autour d’un petit café et ils nous donnent plein de renseignements sur la région.
 Nous décidons d’anticiper la traversée Cueto-Coventosa en allant poser nos 2 canots au départ du lac 1 dans la Coventosa pendant que Simon gère à Laredo ses histoires de départ de samedi prochain.
 Avec Fanny et 20100, nous rentrons sous terre assez tard… nous cherchons un peu notre chemin pour trouver ces fameux lacs qui ne sont pas tout près de l’entrée. Une fois dans le grand canyon, nous ne tardons pas à arriver au départ du lac 3. Allez au boulot, nous gonflons nos canots à l’aide de la pompe plus qu’efficace à Mr Duce et c’est parti… Avec 20100, nous traversons les lacs avec un bon portage entre le lac 2 et le 1. A cause des milliers de rudistes plus ou moins incrustés dans la roche, nous avons peur de crever nos canots ! Une fois les 3 lacs traversés, nous nous mettons en combinaisons étanches pour retraversée les lacs et retrouver Fanny sous sa couverture de survie qui nous attend patiemment.
 Au retour, nous retrouvons Simon qui n’a pas pu s’empêcher de rentrer sous terre… il est content de son coup, il faudra donc le déposer samedi prochain « grand matin » pour 4h20 à Laredo ! Nous ressortons encore de nuit… Alors, nous improvisons un repas chez Gloria à Ason, hum, nous nous régalons !
  
JOUR 3
Aujourd’hui, nous décidons de rentrer tôt au campement histoire de profiter de la soirée. Nous réalisons la superbe marche d’approche pour la traversée Sopladoras-Del Aguas. Fanny nous accompagne jusqu’à l’entrée et prévoie ensuite d’aller faire quelques courses. Nous mangeons près de cette entrée assez originale située à quelques mètres au-dessus du ruisseau.
 Les galeries sont de plus petites sections par rapport à ce que nous avions vu jusque là. Nous observons un lapiaz de voûte avec des stries peux communes, une géode, un méandre magnifique… Nous arrivons à « paso con agua », un passage un peu humide ! Chacun y va de sa technique pour de toute façon se mouiller jusqu’aux genoux, il y en a même qui font un allez/retour histoire de se rafraîchir.
 
 La sortie est majeure car dès que nous avons la tête dehors, le sol descend en pente herbeuse très abrupte… Pour cette traversée, nous n’avons pas traîné, mais il y a le retour à pied car d’après Guy ce n’est pas simple ! Nous suivons ses instructions en tirant à gauche pour rejoindre l’épaule mais nous nous retrouvons rapidement dans de l’ajonc, puis des fougères avec des ronces et en plus une pente abrupte… nous sommes déguisés en sanglier !
 Une fois rendu à la route, nous allons chez Gloria pour s’abreuver en attendant Fanny…




JOUR 4
Les jours précédents nous avions rencontré des spéléos espagnoles qui nous ont parlé de système Mortero del Astrana. Situé du côté de la Gandara, nous décidons d’aller y faire un tour. Grâce à ces mêmes espagnoles, nous trouvons l’entrée de Cuivo et nous réalisons donc une jolie traversée en res-
sortant par Mortero. Le début est un peu étroit et « moulmicheux » mais  à la base des puits nous découvrons une superbe arche naturelle, nous suivons un actif qui nous permet de rejoindre le système de Mortero. Nous remontons vers la magnifique doline de sortie, plein de crottes de bique… Le soir, Duce et Olive nous rejoignent au campement, c’est les grandes retrouvailles !

JOUR 5
HA, la grande traversée… depuis le temps que nous en entendons parler ! Nous ne nous levons pas très tôt pour attaquer cette longue journée, l’approche en voiture se fait à l’aide du VW en mode 4x4… L’approche à pied est magnifique, nous observons un lapiaz avec des lames très acérées. En 1h, nous sommes au départ de l’entrée du Cueto (plutôt bien matérialisé !).

A peine chaud, nous nous retrouvons rapidement devant le P303 qui est magnifique… Tous concentrés, nous arrivons tranquillement en bas de ce majestueux puits. En suivant, les petits puits étroits sont partiellement équipés en fixe avec du matos un peu pourri. Les relais sont propres mais pas toujours bien placés pour éviter le frottement. Au bout d’un peu moins de 600m de puits, nous prenons pied dans les grandes salles…
 A coup de montées, descentes, nous progressons dans les blocs bien sûr avec un bon balisage. Nous arrivons au P18 « Pozo del Navidad » où en bas, de suite les sections des galeries son plus raisonnables. Les paysages deviennent féériques, il y a du gypse partout et sous toutes ces formes, les parois scintillent… nous nous régalons !
La progression est aussi très sympa et varié avec quelques passages étroits très succincts. La galerie se rétrécie, le courant d’air s’accélère, putain mais ça serait étroit le bordel… nous arrivons à la « turbino », un P10 assez étroit avec un courant d’air « à décorner les bœufs ».
 Sans trop tarder nous arrivons dans un chaos de blocs avec une corde qui ressemble fortement au P11 qui nous mène aux canots… gagné !!

Nous ne perdons pas de temps à gonfler le canot à Olive et à regonfler le mieux qui à apparemment des fuites. Nous traversons nos lacs avec nos 3 canots, tout en restant concentrés pour ne pas crever nos bateaux, il y a des lames partout !
Avec Simon, nous sommes les premiers à quai et nous voyons Olive arrivé à fond car il aurait crevé mais en faite il a juste ouvert une valve en montant dedans ! La scène est assez comique…
 Une fois tout le monde arrivé à bon port, nous plions nos canots et parcourront le grand canyon avec les jambes un peu lourdes. La remontée vers la sortie se fait tranquillement, nous sommes dehors à 4h du mat, nous avons donc mis 14h. Nous retrouvons Fanny qui dort dans le camion, un p’tit graillou et nous ne tardons pas à aller nous coucher !

JOUR 6
Ben, là c’est repos et bouffes… le soir, nous allons manger chez Gloria, à table, tout le monde est bien calmé ! Demain faut se lever sur tôt pour emmener Mr Bé à L
aredo…

JOUR 7
Réveil à 3h20, comment dire, ça pique grave !!! Mais bon c’est pour la bonne cause… Une fois les en revoir fait avec Simon, nous repartons avec Fanny se poser histoire de finir notre nuit. Ensuite, nous nous réveillons vers 10h pour aller prendre le p’tit déj sur la plage. Nous allons faire quelques courses et rejoignons la troupe sur la Cueva Fresca et comme son nom l’indique à l’entrée c’est frais ! L’équipe est bien fatiguée et apparemment le réseau est assez po matoir…

JOUR 8
Ce matin là il pleut, Olive et Duce quitte le campement pour remonter en Charente… nous nous retrouvons qu’à 3 ! L’idée est d’aller voir nos amis Patrick et Sandrine qui nous orientent sur le réseau
de la Gandara. Nous rentrons sous terre assez tard pour visiter quelques jolies galeries de ce réseau qui à l’air immense !
 Le soir nous mangeons chez Sandrine et Patrick avec Muriel et Guy. La vue est magnifique et nous continuons à profiter de cette belle région.


JOUR 9
 Nous partons faire de l’exploration sur le réseau de Carrera avec nos « autochtones français ». Sur la marche d’approche, la vue est superbe, le temps se lève et il y a une belle luminosité.
 L’entrée comme d’habitude très ventée à été désobstrué par Guy et Patrick. Petit ramping et nous voilà dans une belle galerie avec des dimensions tout à fait respectable : concrétions, bauge à ours, coulées avec des dégradées de couleurs… les paysages valent le coup d’œil !
Nous descendons quelques étages du réseau pour rejoindre de grandes galeries, pas très original pour les Cantabriques ! Nous arrivons au départ de la petite escalade d’environ 5m, Vincent s’y colle assuré

par Sandrine, pendant ce temps Guy désobstrue un passage juste au dessus et Patrick fait quelques photos. Le rocher est par endroit pourri et il fait bien de se protéger malgré une escalade qui à l’air facile ! Une fois la grimpette effectué, Vincent nous installe une corde d’accès royale.
 Nous mangeons un bout, ce qui est bien c’est qu’ici il ne fait pas très froid mais bon nous avons bien mérité un p’tit café quand même (merci Sandrine).
 Nous enquillons tous dans cette nouvelle galerie vierge de petite dimension (pour les Cantabriques bien sûr !). Une fois l’équipe calée sur l’organisation des points topo nous enchaînons un bon 300m de premières et bon, c’est plutôt « cochon » comme dirait l’autre ! Au cour de notre progression, il y a un puits d’environ 15m que j’équipe assisté par Guy. En
suite, nous ne tardons pas à retomber sur la galerie de la Pyramide, la boucle est bouclée !
 Nous remontons un peu dans le réseau pour explorer l’actif que l’on remonte dans un méandre qui devient de plus en plus étroit. Nous faisons demi-tour quand le passage n’est vraiment plus engageant du genre : il faut s’allonger dans l’eau !
Ensuite, nous remontons tranquillement mais surement vers la surface à 19h. Nous retournons Muriel et Fanny qui a fait pas mal de randonnée aujourd’hui.
Pour notre dernier jour dans les Cantabriques, nous passons une belle soirée avec un repas improvisé chez Patrick et Sandrine toujours accompagnés de Muriel et Guy…
En tout cas, ce pays est vraiment génial, les gens sont bien cool et nous quittons les Cantabriques en nous disant que l’on y reviendra…

1 commentaire:

  1. Veinards les jeune's qui pouvez enchainer pendant 8 jours des sorties de ce niveau.
    Ce paradis de la spéléo que sont les Cantabria, quel dommage de ne pas l'avoir connus plus tôt. Mais une vie, c'est bien trop court pour faire tout ce que l'on voudrait.
    C'est vraiment un coin où je prend plaisir à aller et à y retourner.
    Alain

    RépondreSupprimer