mardi 28 octobre 2014

Sima de los Cairns : le rêve brisé


Par Jean N.
Le weekend du 25 octobre une sortie Amalgame est prévue à La Pierre. Cela fait quelques mois que je souhaite participer à l'une de leur exploration.
Je saisis l'occasion. Nous nous retrouvons comme à l'accoutumée au refuge de l'Arsip le vendredi soir. Chacun arrive à sa guise et ce n'est que vers 22H que l'équipe est au complet.
Étant parmi les premiers arrivés, je profite du laps de temps pour un rattrapage dispensé par Alain et Joël sur les explorations en cours et les rêves de jonctions sur le massif poursuivis par Amalgame.
Les équipes et les missions pour le lendemain étant arrêtées nous allons nous coucher, certains plus tôt que d'autres...
Samedi avec Régis et Thibault, nous descendons dans la Niebla (Sima du Brouillard)  (C214) pour déséquiper la partie entre -312 et -410.
Ce n'est pas une mince affaire et durant toute la matinée nous ferons fonctionner la poulie micro traction pour remonter les lourds kits jusqu'à -312. Pendant ce temps, Joël et Serge s'occupent d'élargir le méandre de -312 qui doit permettre d'accéder à la suite de la cavité.
Certains avaient prédit que ce serait rapide. En fait, c'est plus long que prévus et les deux malheureux vident les deux batteries du Hilti dans un courant d'air glacial. Et le passage n'est toujours pas dégagé!
Pendant ce temps j'offre un café revigorant à mes deux acolytes qui ne refusent pas et qui apprécient par là même la générosité et la convivialité qui caractérisent notre club : le GSHP ! (J'attends Bubu me dire que c'est normal, que c'est la Spéléo ça !).
Joël et Serge laissent la place à Régis qui utilise la fin des batteries pour élargir un peu plus le méandre. Mais ça ne suffit pas et une soudaine envie pressante le contraint à quitter le méandre.
Je prends le relais et réussi à me laisser glisser le long de la corde et à franchir la dernière étroiture. Thibault me surveille et me guide, prêt à m'aider si besoin.
La suite est plus large mais la sensation est étrange après ce passage plus qu'étroit. Je descends d'une dizaine de mètre et j'arrive sur un palier qui débouche sur un joli puits d'une trentaine de mètres. Nous avons plein de matériel mais plus de batteries et partir en exploration seul après cette étroiture ne serait pas très sérieux...
Je remonte le long de la corde et m'emploie pour passer dans le sens de la montée cet étranglement. Thibault est là et m'encourage.
Le croll dans le ventre et la respiration coupée j'arrive à repasser ce mauvais passage. Il faudra encore un peu de travail pour que ça passe un peu mieux la prochaine fois. Nous commençons une lente remontée de ce qui m'a été présenté la veille comme le trou le plus sale de La Pierre !
Il est vrai que pour un trou du massif, il n'est parfois pas très large et pas très propre. Le matériel et le corps sont mis à rude épreuve... Ce ne sera que tard le soir que nous regagnerons le chalet pour partager un bon repas.
Le même jour, une autre équipe (Alain, Kiki et Le Beauf) se sont rendus dans La Sima de los Cairns pour entreprendre une escalade au fond qu'ils n'ont pu terminer faute de matériel.

Dimanche, nous ne sommes plus que deux pour descendre sous terre. Je motive sans trop de peine Thibault pour aller terminer l'escalade dans La Sima de los Cairns. Arrivés au fond, l'escalade est vite terminée et nous constatons qu'elle ne donnera rien. Nous en profitons pour revoir l'étroiture avec un bloc coincé problématique qui barre l'accès à ce qui pourrait être la suite de cette très belle cavité.
Après un essai de Thibault infructueux pour cause de matériel se coinçant à peu près partout, je passe sans matos en contournant le bloc qui menace de s'effondrer sur le passage par le haut et je constate que la suite entrevue n'en est pas une. Seulement une arrivée haute qui doit communiquer avec l'escalade achevée un peu plus tôt.
Après avoir cherché en vain la suite entre les blocs de la salle finale c'est avec regret que nous remontons ces belles verticales qui auraient pu être une bien meilleure option d'accès à la rivière que les étroitures du C214. A la sortie, les gardiens du temple (Alain et Joël) sont là et nous attendent pour une visite du domaine ! 
C'est sous l'agréable soleil de cet été indien que nous achevons ce weekend fort sympathique à La Pierre.

Photos Amalgame

1 commentaire:

  1. Ça y est, j'ai trouvé quelqu'un au club qui va pouvoir me remplacer pour passer les étroitures !!!!!

    RépondreSupprimer