dimanche 29 mai 2016

Fin du gouffre de la Traversée (CL-03)

Vendredi 27 mai 2016
Comme la semaine dernière, avant de retourner au CL3 nous montons à Yerse la veille pour voir de plus près quelques trous nouveaux et plus anciens (Sandrine et Patrick). Le premier est une perte (SC319, rebaptisé TO522 en raison d'une erreur de zone) sous le col d'Espadres, direction Yerse. Elle est alimentée par un ruisseau issu des marnes de Ste Suzanne. Lorsque celui-ci atteint les calcaires (jurassique) il disparaît dans un joli méandre en partie bouché par les alluvions. Mais pour voir la suite, pas d'autre solution que de se mettre à l'eau et vider à la main toute toute cette m... Malheureusement celle-ci n'est vraiment pas très grande et le méandre, si beau soit-il n’excède pas 15 à 20 cm de large. En plus, le seul petit mouvement d'air semble être provoqué par la petite chute d'eau qu'on distingue 2 m plus bas. 
La perte TO 522

Après avoir décrassé le matériel, nous allons voir le gouffre TO 523 découvert la semaine dernière. Un énorme talus de feuilles s'est déposé au bas du puits et la suite, si il y en a une, se situe sous nos pieds. Nous remontons ce que nous pouvons pour tenter d'ouvrir un passage mais à deux, nous sommes vite limités. Pourtant nous avons l'impression de sentir un courant d'air froid. Il faudra revenir.
Le gouffre TO 523 était passé inaperçu...
 
Avant de regagner la cabane nous fouillons encore les environs sans rien trouver de neuf. Durant la nuit un gros orage éclate sur le massif.
Samedi 28 mai 2016
Il ne pleut plus, mais il subsiste de belles bandes de brouillard au travers desquelles nous voyons fuir quelques isards. Vers 9 h nous sommes au CL 3. Nous filons au fond pour commencer les travaux. La roche, peu homogène ne facilite pas le travail et nous consommons presque 2 batteries avant de pouvoir passer. Étienne et Jean nous rejoignent et terminent le travail. 

 Cette année la mode est au PVC recyclable, idéal pour les douches intempestives

Nous dévalons, un peu à l'arrache, un petit ressaut de 6 m. Au bas, le conduit se prolonge par une fissure profonde et étroite d'où sort le courant d'air. Ce n'est pas très enthousiasmant... Cependant, tout au fond, en criant il nous semble entendre une belle résonance.  Alors nous reprenons les travaux et nous gagnons près de 2 m, mais la résonance nous semble moins évidente et finalement nous nous apercevons que c'est celle du puits précédent. Bref, un vrai piège à c....

 Le fond, étroit et sans grand espoir...

Inutile donc d'insister car la fissure se prolonge sur plusieurs mètres en n'excédant pas 10 cm de large. Nous bouclons la topo puis nous déséquipons ce joli gouffre qui nous avait fait rêver un peu....

C.R. Patrick

2 commentaires:

  1. Dommage pour le CL03. cela aurait pu donner très loin. Heureusement il y en aura d'autres.
    Patrick, sur la photo où tu fais la topo, tu es en short au fond du trou ?
    C'était sortie haute couture !!

    RépondreSupprimer
  2. Ben oui, bien obligé j'avais déchiré ma robe Chanel en PVC....

    RépondreSupprimer