lundi 17 février 2014

Caquet, Cabri, Jonquilles...


Ce dimanche, après la traversée de la veille au Moustayous, nous décidons, pour nous éclaircir les idées, de retourner brasser des cailloux au Caquet.
Nous sommes 8, Jean Claude, Joël, Étienne, Jean, Alain D, William, Alain M et Cathy des Aquas, c'est plus que parfait pour pouvoir faire la chaine et remonter les seaux dans des conditions optimum.
A l'entrée du trou, le courant est aspiré très fort et toute la journée il nous rafraichira plus qu'il ne faut, ce sera désagréable.
Nous commençons à remonter des seaux, toujours des seaux. Au cinquantième, c'est la pose casse croute, devant un bon feu allumé de main de maitre par notre ami Jean Claude, la pluie de la veille ayant humidifié le bois mort.
Nous reprenons le travail mais après une nouvelle cinquantaine de seaux, nous levons le chantier, cela devient un peu problématique au fond, avec tout ce cailloutis qui ne fait que redescendre à chaque fois que l'on retire une grosse pierre.
Et pourtant, le vent est là, très violemment  aspiré. La suite pour une prochaine fois mais cela devient de plus en plus compliqué.
Comme il n'est pas tard, Jean demande à voir le Cabri qui est à une vingtaine de mètres. Il s'y insinue la tête la première et lance des blocs. Du coté gauche c'est bien un puits qu'il sonde sur 10-15 mètres. 
Nous reprenons donc sa désobstruction mais la roche est dure et c'est toujours très difficile. Mais nous avancerons quand même un peu.

Au retour, nous cueillons quelques jonquilles, histoire de nous persuader que le printemps n'est plus vraiment loin. D'ailleurs la pluie s'est remise à tomber...

Alain M

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire