mercredi 10 octobre 2018

Madeleine

Depuis hier matin je pleure. Un vieux comme moi en larmes ça peut faire sourire mais mon cœur est triste. On a le droit d’être triste.
Madeleine nous a quitté… J’ai trop de mal à y croire. 
Le GSHP est en deuil et je pleure depuis 2 jours.


Madeleine je la connaissais depuis que le hasard ait fait que je me retrouve avec son fils Philippe au Lycée. La chimie n’était pas mon fort. A l’approche du Bac, Philippe me propose d’aller réviser avec sa mère qui est professeur de Chimie justement au collège de la Sède à Tarbes.
On se met à équilibrer les équations et en particulier la réaction de l’eau sur le carbure de calcium pour faire de l’acétylène. Pour les plus jeunes, je vous rappelle que l’acétylène c’est ce qui servait “jadis” aux spéléos à s’éclairer avant les éclairages à Led.
Je lui dis que je connais car je fais de la spéléo et c’est parti ! On s’est mis à parler de spéléo, qu’ils avaient créé un club avec son mari Michel, club qui porte le nom de GSHP, et une longue amitié allait  naître.

Création du GSHP, cravate de rigueur.

Dès le mois suivant j’adhérais au GSHP où je suis maintenant depuis 40 ans. Madeleine quant à elle y est resté 57 ans! Quel parcours spéléo magnifique. D’abord pour accompagner son mari entomologiste pour marquer les aphaenops de la salle de la Verna à la Pierre avec son rouge à ongle, puis spéléo à part entière avec des grands noms comme Lépineux, Bidegain, Cosyns, Ruiz de Arcaute, Josette Pucheu du gouffre Josétéko, Claude Lucas, éminent géologue, et bien d’autres....

Au fond de la Verna


Ma fille Marie dans un message très triste me disait ce matin être très peinée de cette disparition car Madeleine faisait partie de tous ses souvenirs spéléos de jeunesse. C’est vrai que sa maison à Sainte Engrace était souvent envahie d’une horde de joyeux Tachous et entre 2 expés, on se racontait des blagues, et on chantait des chansons paillardes. Madeleine et son complice Dominique n’étaient pas les derniers; Madeleine bouchant en rigolant les oreilles de ma fille...
C’était tout ça Madeleine, une personnalité si attachante  qu’on a tous des souvenirs avec Madeleine, qu’on ait 7 ans ou 77 ans. Elle faisait partie intégrante du monde spéléo et en particulier du GSHP dont elle suivait assidûment les sorties et les explorations sur le blog, insistant pour que nous retournions sur la Pierre qu’on avait un peu trop délaissée ces dernières années pour nous concentrer d’avantage sur le massif de Saint Pé. Et grâce aux blogs et Facebook qu’elle commençait à maîtriser parfaitement, elle se tenait aussi au courant des explos d’Amalgame et d'Avalon .
Avec Amalgame

Elle allait avoir 88 ans dont 57 passés au GSHP dont elle était un des membres fondateur. Depuis une dizaine d’année, elle était membre d’honneur du club.
On retiendra d’elle surtout, au delà de sa gentillesse,  sa lucidité et sa vivacité d'esprit, son regard vif et son sourire généreux

Elle a rejoint Michel, Yves Marie,  Dominique, Sœur Marie Casteret, Félix, Lépineux, Quef et tous les autres qui sont partis bien trop tôt.
Une page de l'histoire du GSHP vient de se terminer bien tristement. 
Pour moi c'est plus qu'une amie qui vient de disparaître et la spéléo vient de perdre une de ses plus fidèles militantes.
Une page vient de se tourner brutalement.

Qu’elle repose en paix au paradis des Tachous !

  

Bubu

9 commentaires:

  1. Très grande tristesse pour ma part.
    Le GSHP est en deuil.

    RépondreSupprimer
  2. Je vous accompagne au deuil. Elle m'a aussi beaucoup aidé a ma recherche historique.

    RépondreSupprimer
  3. Petit hommage des basques. http://euskalespeleo.com/madeleine-cabidoche/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oier, ça serait sympa d'envoyer les plus belles photos à JP Grancolas pour le prochain arsipinfo. Merci

      Supprimer
    2. Si vous precisez plus photos, j'ai beaucoup de photos de Madeleine que j'ai numerisé chez elle a Tarbes. Mon email txikillana@gmail.com

      Supprimer
  4. Enfoiré de Bubu tu m'a fait verser une larme ! Madeleine, c'est comme Dominique, ou JP Besson, (et tant d'autres) on ne les oubliera jamais.
    Bubu ça serait bien que tu envoies ces superbes clichés à JP Grancolas pour un futur hommage sur arsipinfo.

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai connue moins de temps, mais irrésistiblement attiré par son rayonnement lors des rencontres de la Pierre à Millau où je ne connaissais personne, restés très amis ensuite. Comme tu dis, de 7 à 77 ans, on ne pouvait que l'aimer.

    RépondreSupprimer
  6. Merci Bubu pour cet hommage. Elle ne laissait personne indifférent. Le club est en deuil avec sa disparition.
    Mais de là-haut elle saura trouver le truc pour toujours savoir ce qu'on fait tout en-bas !

    RépondreSupprimer