mardi 23 octobre 2018

Iseye, ça vous tente ?

Mardi 23 octobre 2018

Cela fait un petit moment que nous voulions aller voir de plus près le massif d'Iseye sur lequel le GSHP et bien d'autres clubs avaient traîné leurs guêtres et usé leurs crolls il y a plus de 30 ans. Perché entre les vallées d'Aspe et d'Ossau, ce lapiaz fortement incliné a déjà livré 2 gouffres de 900 m de profondeur et 5 autres de 400 à 700 m. Les explorations menées dans les années 80 à 90 se sont essoufflées depuis (certaines ont été réalisées à l’échelle !). Il faut dire que l'approche est sévère (1000 à 1200 m de dénivelé), les trous sont froids et descendent bas. 


 Le pic de la Ténèbre, premier contact avec le massif et petite pause à la cabane de Cujalate.

Bon, ceci dit, le cadre est fabuleux et le lapiaz est superbe. Donc aujourd'hui, nous sommes allés voir tout ça de plus prés en montant par la vallée du Bitet. Petit arrêt à la cabane Laiterine, ensuite nous montons au col d'Iseye, survolons le lapiaz du Liard avant de redescendre en longeant le lapiaz du Permayou. Une bonne bambée...

Les arêtes de la montagne du Liard.
Au fond, les Orgues de Camplong et au loin le pic d'Anie.

C'est superbe, ça sent le trou à plein nez alors c'est certain, nous y remonterons ; ça vous tente ?


Patrick et Sandrine



5 commentaires:

  1. Un coin de paradis à en voir tes photos ! Vous allez vous régaler .

    RépondreSupprimer
  2. Le yogom, il continue à -500 !
    N'est ce pas Sergio, Bubu et le Mass... ?

    RépondreSupprimer
  3. Si cela tente des amateurs de belles explorations, je ne peux que les inviter à faire un tour dans le Yogom.
    Prés de 40 ans que j’espère que des "jeunes" reprendront l'exploration de cette cavité qui s'est arrêtée sur ???????Un peu de bonne volonté pour s'engager dans la suite au bas du puits (bien arrosé) d'environ 20 m si mes souvenirs sont bons.Le ressaut pour atteindre cette zone doit être encore équipé.
    Bien sur, il y fait froid, courant d'air permanent, température de l'eau basse, risque de crues assurés,.... bref tout ce qui fait le charme des explorations d'altitudes.
    En prime, avec les moyens de désobstruction d'aujourd'hui une possibilité de sortie dans la paroi de la Ténébre. A notre terminus, arrêt sur colmatage avec présence de feuilles, de brins d'herbe et surtout le bruit des cascades d'Isabe qui parvenait à nos oreilles.
    Les tentatives depuis la falaise dominant les cascades s'étant avérées un peu trop scabreuses pour les jeunes que nous étions. Belle ambiance assurée.
    Dans la cavité les vires, bien glissantes, après la grande salle doivent être encore équipées.
    Alors, si vous pouvez, profitez pleinement de beau massif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le P20 avait été franchi lors de notre ultime éxpé. Son actif rejoint l'actif principal de -480 et là c'était arrêt sur siphon, mais en crue. Il y a aussi le Délirium vers -350 où je m'étais arrêté sur un toboggan après 100 m de voûtes mouillantes.

      Supprimer
  4. Merci Bernard pour ces précisions, maintenant c'est certain, nous y retournerons....

    RépondreSupprimer