jeudi 5 janvier 2017

Test du Magic Tools au Couhy

Tout le monde se souvient de ce 6 octobre 2012 où, dans la plus grande discrétion, Serge avait sorti le premier prototype de sa cyber-binette. Depuis, la petite start-up de la Montô Valley ne cesse d'innover. Après le Filtre-sommier (Filter-bed) de la perte de la Gorge, notre créateur de génie nous présentait cette semaine sa dernière création : le Magic Tools ; un compromis entre un bras de Transformer, un décapsuleur à Jéroboam, et un peigne pour mèche revêche... Mais pour le tester, il fallait un objectif à la hauteur du formidable potentiel commercial de cette innovation. Sans hésiter, nous avons tous pensé au Couhy et sa rivière amont devenue mythique.
Ce matin, au château d'eau,  Anthony et moi battons le pavé pour se réchauffer en attendant que Serge sorte sont proto. L'instant est solennel et dans la froidure de ce début d'année, nous découvrons en avant première ce qui, sans aucun doute, devrait révolutionner la désobstruction souterraine. Impressionnant ! Nous en avions tous rêvé, Sergio l'a fait !  Jugez-en vous même :


Le Magic Tools, le fruit de plus de 3 ans de recherches et de développement.
Voilà enfin un objet qui inspire confiance ! (il pèse aussi le bougre...)

 La montée est rapide jusqu'à ce que nous trouvions le soleil un peu au-dessus de la ferme Moura. A l'entrée, un fort courant d'air chaud sort du gouffre. Celui-ci étant équipé, nous mettons moins d'une heure pour arriver au départ du laminoir amont. Ici, le courant d'air est aspirant et nettement moins fort qu'à l'entrée. La jonction avec le Larrau ne semble d'ailleurs pas influer beaucoup sur le volume d'air qui transite dans cette partie du réseau. La solution est peut-être à rechercher du côté de l'aval...


 Les escalades pour atteindre le laminoir amont.


Nous enfilons nos néoprènes, allégeons les kits et commençons le ramping. Les passages bas alternent avec quelques conduits plus amples où il est possible de progresser accroupis. Nous parvenons au terminus que Serge reconnaît sans difficulté. La suite est plus coriace et au bout d'une vingtaine de mètres, nous trouvons une première occasion de sortir le Magic Tools. La prise en main est bonne, le galbe, ergonomique et la denture, efficace. En plus, il semble avoir été spécialement conçu pour ne pas être emporté par le courant dans les travaux aquatiques. 

Le Magic Tools en pleine action.
 
Face à nos commentaires élogieux, Serge, toujours aussi modeste, ne dit rien. Ses pensées sont déjà tournées vers l'avenir, la version connectée, le marché asiatique, le Magic Tools de poche où je ne sais quel autre déclinaison de l'outil...

Nous n'étions pas les seuls....

Nous creusons un premier passage étroit derrière lequel on devine un léger (mais alors très léger) agrandissement. Quelques coups de Magic Tools sur une banquette de calcite permettent de baisser le niveau du bassin qui lui fait suite. Nouvelle désobstruction, nouvel élargissement mais plus loin, ce n'est guère réjouissant. A plat ventre dans l'eau, nous gagnons les décimètres mais notre optimisme du début commence sérieusement à s'émousser. Nous nous arrêterons à une trentaine de mètres du terminus topo dans un passage encore plus bas. Le courant d'air est toujours sensible mais la suite n'est pas pénétrable sans désobstruction.... Nous abandonnons sans regret et comme il nous reste du temps, nous ressortons en déséquipant. Cette fois-ci, c'en est bien fini de l'amont du Couhy....



Patrick

1 commentaire:

  1. Le rêve fut beau.
    Une page se tourne.
    Un grand bravo quand même.

    RépondreSupprimer