lundi 14 novembre 2016

Et ça continue encore au 147 !

Samedi 12 Novembre:

Aujourd’huii nous partons à trois, Pierre, Jean et moi, en direction du SC 147. Nous avons décidé de profiter de cette fenêtre météo, mais nous avons quelques doutes liés à la quantité d' eau pouvant être présente dans la seconde partie du gouffre.

La marche d'approche est très agréable avec les sommets enneigés et le soleil qui pointe son nez. Quarante-cinq minutes plus tard nous voilà au col, on marque une pose afin de remplir nos bouteilles et d'observer le débit qui s'engouffre dans la perte. Le débit est important et nos craintes en sont décuplés. Tant pis, on y va quand même, au pire on fera demi-tour!

On attaque la descente, les premiers puits sont un peu humides, la première partie du méandre, elle, est plutôt sèche. Nous arrivons au niveau du puits arrosé, l'eau coule fort, ça promet pour la suite! On enchaîne et on arrive vite au terminus des anciens ou l'actif se fait clairement entendre. La progression se poursuit jusqu'à notre terminus actuel. Le bruit de l' eau en grande quantité donne une ambiance très spéciale qui ne nous laisse pas indifférents. Pierre reprend l' équipement du gros puits et se fait bien doucher dans la première partie. Trois fractionnements plus bas nous voilà au pied du puits. Le départ aperçu la dernière fois est bien là, et l'eau s'engouffre par ici. Nous observons aussi un second départ dans lequel on distingue un franc courant d'air. On verra celui ci plus tard. On continu, nous descendons un puits d'une vingtaine de mètres, et nous nous engageons vers la suite, un second puits d'environ vingt mètres aussi. Mais ce dernier est bien arrosé. Jean s'y colle et après une bonne douche il arrive en bout de corde. On rebrousse chemin. Il nous faudra presque deux heures et demie pour rejoindre la surface.

Nous sortons une fois de plus avec la seule envie d'y retourner et de découvrir la suite.


Antho.


5 commentaires:

  1. Que d'eau, que d'eau. Nous avions eu le même problème une fois au début de l'explo mais c'était un orage et cela était passé très vite dans le trou.
    Est-ce vous qui avez mis les pierres à la perte pour détourner l'eau ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean avais effectivement posé des pierres pour détourner l'eau de la perte, mais nous l'avons finalement démonter pour laisser partir l'eau dans le trou afin de se rendre compte de l'ampleur dessous!

      Supprimer
    2. Vous prenez des risques humides!
      Mais je pense qu'il y a suffisamment de zones pour se mettre à l'abri. Lors de l'orage que nous avions eu, c'était venu très vite et passé aussi vite.

      Supprimer
  2. Belle explo ! Fabuleux massif. Bravo à vous trois.

    RépondreSupprimer
  3. Excellent Anthony continué comme ça :)

    RépondreSupprimer