samedi 13 juin 2015

C'était la cabane des spéléos, notre cabane...


Espadre, vous connaissez ? Oui certainement si vous arpentez la montagne du massif de St Pé de Bigorre et encore plus si l’activité spéléologique vous intéresse.

Cette zone, haut lieu spéléologique des Hautes Pyrénées y accueille les spéléos depuis près de 50 ans.
Fin des années 90, l’ampleur des gouffres à découvrir pousse plusieurs clubs à y installer leurs quartiers d’été afin de pouvoir satisfaire aux besoins des explorations.
Ce sera tout d’abord le GRAS, club de Lourdes, relayé ensuite par le GSHP de Tarbes en interclub sous le surnom de "Mesclagne".
De nombreux camps y auront lieux.
Un vieil abri de chasseur sera retapé pour l’occasion et servira de camp de base.
Au fur et à mesure des années il sera amélioré pour se transformer en un douillet petit coin de repos, pouvant accueillir au meilleur moment une quinzaine de spéléos.
Malheureusement, la structure de la charpente a été faite en hêtre et une première fois, en 2002, celle-ci s’effondrera sous le poids de la neige.
Qu’à cela ne tienne, nous la reconstruirons, cette fois ci en solide, en sapin. Un arbre gigantesque, tombé juste à proximité lors de la grande tempête de fin 1999 nous donnera la matière première.
Une bonne équipe reconstruira, d’une manière plus solide, une toiture et trois murs. Le quatrième, coté, le sud, sera fermé par une bâche laissant passer la lumière. En 2009, à la faveur d’un héliportage, le quatrième mur sera édifié, ce qui fera de cette cabane un joli point de repos, unique dans le coin, la cabane la plus proche, celle du Yerse ayant été détruite en 1999 par la tempête.

Hélas, ce havre de paix ne durera que peu, car c’était sans compter sur les chutes de neige qui semblent de plus en plus importantes. En 2013, lors d’une sortie de prospection, elle est recouverte complètement et nous ne pouvons y pénétrer. Ce poids de neige sonnera son glas et au fur et à mesure que le temps passe, nous assistons, impuissants, à un glissement de la charpente vers le nord-est, pour se terminer, il y a deux mois, à un effondrement total.
La décision est rapidement prise de démonter l’ensemble, les explorations actuelles s’étant portées plus à l’ouest et la cabane du Yerse qui a été refaite depuis 3 ou 4 ans permettant de nous accueillir sans problème.

Ce samedi 13 juin, c’est à 9 que nous nous retrouvons là-haut pour effectuer le travail.
Bubu, Jean Luc, Anaïs, Véro, Joël, Jean Marc, Michel, Alain D et Alain M.
Le créneau météo est très petit et nous nous attendons à de fortes pluies en début d’après midi. Ce sera hélas vrai et nous terminerons le travail sous un véritable déluge.
Par contre l’objectif est atteint même si nous avions tous un peu de cafard à voir se terminer cette formidable aventure entre amis et copains. La roue tourne, le temps passe…

Ci-dessous quelques photos de la vie de notre cabane.

Alain M
 2003 L'effondrement 
Les dégâts internes
La reconstruction
Une nouvelle charpente
Les camps "Mesclagne"
Que de bouffe, Alain ce n'est pas bon pour ta ligne



 Montage du mur sud

Pose d'une isolation
2010 Nettoyage de la toiture

La neige en 2013
 Juin 2015

 Le démontage
 La charpente à nue
 La fin du démontage




Alain Massuyeau
Photos GSHP


3 commentaires:

  1. Belle histoire, bien racontée et bien illustrée. Bravo Alain. On peaufine l'article et on gagne le trophée Spélé'Oc en 2016 !

    RépondreSupprimer
  2. Merci Alain...
    Un page se tourne...
    Pour spéléoc j'espère que l'illustration montrera la démo d table dance de Bubu...
    Autre précision, cette cabane avait été construite dans les années 80 par les Commandos para (militaires) qui y avait fait un stage de survie... Le GRAS en 92 reprends la construction, eux aussi ont droit à une reconstruction en 94... Il neige dru en ces lieux !
    Maintenant il ne restera plus qu'à descendre les tôles et autre ferraille...

    RépondreSupprimer
  3. C'est aussi triste que la disparition de la cabane EDF dans le ravin d' Arphidia

    RépondreSupprimer