dimanche 16 mars 2014

Clétet, la suite...

Samedi 15 mars
Pendant que d'autres désobstruent le Mailhoucost 7 tout proche, nous retournons à 3 au Cletet (Etienne, Sandrine et Patrick), regrettant l'absence de Serge, cloué chez lui par une mauvaise déchirure au mollet. Le courant d'air soufflant à l'entrée est très fort et ne faiblira pas de la journée. Nous reprenons les travaux à -70 m, mais la roche est difficile à forer en raison de veines d'argile. Avec une batterie nous ne faisons guère plus de 2 trous aussi notre stock d'accus fond à vue d’œil. Pourtant, le puits entrevu la dernière fois est tout proche mais la diaclase est étroite sur près de 2 m. Heureusement, nous pouvons désormais vider une partie des gravats dans le puits. L'heure tourne et vers 17 h il ne nous reste plus qu'une petite batterie soit une paille, voire 2 si la roche n'est pas trop récalcitrante. Finalement nous ne faisons qu'un trou, préférant garder quelques ampères pour l'équipement si nous parvenons à passer. Et ça marche, le paillage est efficace et même si le passage reste étroit, c'est franchissable.

 Équipement de l'étroiture de - 75 m.

L'étroiture, côté puits...

Derrière, nous rejoignons un puits très sombre, creusé sur la fracture que l'on suit depuis l'entrée. Au plafond, une pisserotte provient vraisemblablement du petit écoulement que l'on perd vers - 45 m. En crue, elle doit être beaucoup plus gênante. Un premier puits de 12 m nous amène sur un palier occupé par de gros blocs effondrés. 

Le départ du P.12

Le P.12

La suite est moins verticale et le puits de 15 m qui suit est entrecoupé de paliers surcreusés par le ruisselet. A -105 m, les parois se resserrent à nouveau. Derrière un passage qu'il faudrait agrandir, on devine la fracture, toujours étroite, mais dans laquelle les cailloux chutent de quelques mètres. Il y a encore de l'air, donc il faudra revenir.
 A -90 m, il faut se glisser le long de gros blocs pour accèder au P.15.

Le puits suivant est moins vertical et mais il suit toujours la fracture N150°.

A-105 m les parois se resserrent sur un nouveau passage étroit.

Après la topo, nous déséquipons le puits en prévision d'une petite séance d'agrandissement de l'étroiture de -75 m, car nous nous doutons qu'elle ne plaira pas à tout le monde. Retour à la surface vers 19 h 30.
  

Position des principales cavités des Picoulets

PI 01 = Cletet de las Tiabes (-105 m)
PI 03 = Mailhoucost 3 ( -183)
PI 06 = Mailhoucost 6
PI = 53 = Mailhoucost 7
En vert, le tracé des conduits souterrains et en rouge, la grande fracture du Cletet le long de laquelle s'ouvre également le Mailhoucost 7  et sans doute le début du Maihoucost 3.


CR Patrick

6 commentaires:

  1. Bravo, un nouveau -100 sur le massif et à priori ce n'est pas fini.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement car le Mailhoucost 7 pourrait bien profiter de cette même fracture pour descendre un peu et pourquoi pas rejoindre l'aval inconnu du n°6. On peut rêver....

      Supprimer
    2. Tu le sais très bien que souvent on est des rêveurs et que nos rêves arrivent à se concrétiser de temps à autre.
      Dans cette zone il y a la place à mettre un joli réseau.

      Supprimer
    3. Une traversée serait top .Très bonne idée la carte topo renseignée pour visualiser le cheminement des conduits et de la fracture, on se rend bien compte.

      Supprimer
    4. Quelle idée d'habiter dans le Haut Var. Ici du calcaire partout et aucun trou, même les taupes ne s'y risquent pas.

      Supprimer
  2. Une traversée serait possible mais faudra mettre les bouteilles sur le dos. La résurgence supposée est, d'après moi, le Trou du Solitaire...
    Voir http://gshp65.blogspot.fr/2009/05/la-desob-du-solitaire.html

    RépondreSupprimer