vendredi 10 janvier 2014

Gouffre de l’Aphanicé


Date : le 30 décembre 2013
Equipe : Isadora, Raph, Jonathan et Tot
Massif : les Arbailles (64)
Objectifs : Toucher le fond du P328
Clubs représentés : GSHP (65) et les Goulus (16)

               Ça fait combien de temps qu’on en parle de faire cette cavité mythique avec ce grand puits de 328m et sa tirée de 240m plein vide !? Peut être 2 ans au moins… Après notre échec au Chat Sauvage de la veille, je passe un après midi entier à me faire rabâcher par Raph d’aller se faire cette sauterie. En début de soirée, je craque… On prépare rapidement les kits d’équipement !

               Le lendemain, nous nous levons à 5h30 pour rejoindre Jonathan à Lourdes pour 6h30… ça pique sévère ! A 9h nous sommes à l’entrée de la doline de l’Aphanicé, le lever de soleil est superbe, la journée s’annonce ensoleillée.
               L’entrée schisteuse paraît un peu instable mais finalement pas pire. J’équipe les 2 premiers puits qui ne sont pas très bien fractionnés mais par contre bien arrosés, la suite s’annonce plus qu’humide et le courant d’air est violent ! En bas du P43, il ne faut pas aller au puits le plus évident mais bifurquer dans un méandre argileux pour descendre 5m d’un P20 équipé d’ailleurs en fixe (le matos en place commence à être limite !).
               Nous enquillons dans un laminoir qui débouche après un virage à 90° sur un petit méandre qui mène à la tête étroite du P25 que Jo équipe. Nous observons pas mal d’espèces de chauve-souris… en bas du P25, le méandre pas très large et glissant donne sur le P328 : le puits des Pirates ! Le traditionnel test du caillou que tout le monde doit faire à cet endroit nous donne pas grand-chose : on entend le caillou fendre l’air et … ben rien, on a l’impression qu’il n’arrive jamais en bas car pas de splatch !
Jo attaque l’équipement très ARROSE sur les premiers 60m du P328… on se demande même s’il n’y a pas une ligne un peu plus hors crue, Jo remonte pour voir mais non, c’est là qu’il faut passer ! Fait chier de reprendre un but mais Jo gère ça comme un chef en nous équipant un fractio sous la douche puis au prochain nous nous décalons suffisamment pour être à peu près à l’abri.
Je rejoins Jo à la niche de la tirée de 240m… c’est d’ailleurs vraiment une niche car le stockage y est primaire et humide !

          Raph dans la 1ère longueur du P328




Isadora dans le P328 au départ de la tirée  de 240m… sans les mains ! 
Nous nous rejoignons tous à la fameuse niche… Raph part le premier pour la grande tirée, au départ, tout le monde à un pincement au cœur. Nous mettons chacun environ 15min à descendre, 240 m plus bas  les lumières « scurionesques » ne ressemblent à rien ! La descente est interminable et il faut gérer correctement ses propres freinages pour ne pas se faire peur surtout avec de la corde de 8,5mm neuve !
A environ 140m plus bas, le passage de nœud permet de passer sur de la corde de 9mm un peu usée et forcément ça va tout de suite mieux.
Arrivés tous en bas, nous échangeons sur les limites de notre descendeur de spéléo avec des très grands rappels… heureusement qu’il y a 2/3 bidouilles pour rajouter du freinage en cour de descente. Les émotions sont là… la remontée va être interminable !!
Nous mangeons et c’est parti pour 240m de remontée d’un coup. Finalement, la remontée est assez fluide sauf pour ceux qui disent libre un peu trop tôt, se retrouvant avec un comique au cul : bloqueur de pied qui déclipse, qui se dérègle, perte d’efficacité, broyage de couilles…
Nous réenkitons dans la niche… pas mal l’organisation !!! Ensuite, ben rapidement nous sommes mouillés jusqu’au slip. Heureusement, Isadora avance bien au déséquipement et les attentes sont courtes.
Tout le monde est sorti dehors à 18h… transi de froid mais content de cette expérience unique. Putain, qu’est-ce que ça devait être pour les inventeurs de descendre ce puits monstrueux avec les techniques de l’époque.
Sur le retour en voiture, nous échangeons encore beaucoup sur ce que nous venons de vivre, notre expérience en est enrichie… et ce CA perturbé dans le P328 nous reverra peut être dans l’Aphanicé !

Tot,


Et une photo de ce fameux puits des Pirates pour ceux qui ne connaissent pas (Cliché Paul de Bie)



10 commentaires:

  1. On pourrait questionner les "inventeurs" sur la première descente de ce puits des "Pirates"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en connais au moins un mais je le dénoncerais pas !

      Supprimer
    2. La photo plus grande ici:
      http://www.scavalon.be/webalbums/Underground%20Landscapes/Old%20Slides/slides/Aphanice.jpg


      Il faut lire le bouquin de Paul Courbon, un des inventeurs (pas tout à fait, plutot un des pirates mais ça c'est autre chose) pour savoir comment il a fait la première descente. En fait, avec les mêmes techniques que nous: c'était le premier gouffre à être exploré aux jumars. Il a au moment même aussi inventé la manière de faire un passage de noeud!

      Supprimer
    3. Merci pour ces commentaires... c'était un grand moment et on se met tout à fait à la place des inventeurs devant se monstre qu'est ce P328 ! Est ce toujours le plus grand puits Européens souterrain ?
      Avec Jonathan, nous avons senti un chamboulement de CA à environ -40 de la grande tirée de 240... Qu'en pensez vous ?
      Merci pour vos lumières...

      Supprimer
    4. Il existe depuis peu un puits de 330m (le puits du vautour) à la grotte de l'Ours sur le massif de la PSM (non loin du domicile de l'un des "pirates" mais je suis comme Bruno : CHUTTTT pas de noms...)
      Par contre les explorateurs du puits du vautour l'ont fractionné 24 fois (!) pour en faciliter la remontée.

      Supprimer
    5. De mémoire, il existe en Europe pas mal de puits plus profonds dont 2 ou 3 de plus de 500 m en Croatie et en Slovénie. Parmi eux je crois qu'il y en a au moins un qui est souterrain.

      Supprimer
  2. Merci Paul pour la superbe photo de ce puits des Pirates. Je viens de la mettre en meilleure définition.
    Pour en revenir aux Pirates, ils étaient 3 mais celui à qui on pense avec Alain B était resté en haut du puits.

    RépondreSupprimer
  3. La photo est superbe, il est magnifique ce puits des Pirates !

    RépondreSupprimer
  4. "il y a 2/3 bidouilles pour rajouter du freinage en cour de descente"
    On peut avoir des précisions ?
    On y va bientôt non , si vous avez des conseils ;)

    RépondreSupprimer