lundi 1 mai 2017

Le tour de la Héche avant la tempéte

Dimanche 30 avril, Bubu, Joël, Alain M et Bernard V

C'est à quatre que nous nous retrouvons ce dimanche matin au départ de la carrière d’Asson, pour une balade sur zone karstique et ce avant la "tempête" annoncée par la météo, pour 16 heure de l'après-midi.
Pour deux d'entre nous ce sentier n'est pas nouveau mais comme il est excellent, c'est toujours avec un grand plaisir que nous y revenons.
Pour les deux autres ce sera une découverte et même une première montée sur l'Isarce pour Joël. En effet, ces lieux reculés et en hauteur du massif ne nous ont pas vu très souvent depuis quelque temps, si ce n'est pour des balades ...

Montée par la carrière avec une vue imprenable sur la plaine . Petit à petit le mange pierre fait son travail et remodèle inéluctablement un nouveau paysage. Des rampes d’arrosage ont été installées en bordure de piste, limitant la poussière soulevée par les ballets des camions.
Nous arrivons au premier petit col, sur les marnes de Ste Suzanne et empruntons ce très joli sentier baptisé "Tour de l'Isarce".
Ces marnes sont hantées par les blaireaux et d'ailleurs nous passons à côté d'une dépouille, mort naturelle ou reste de chasse, nous ne le saurons pas.
Nous atteignons un belvédère et jouissons d'une vue magnifique avec à droite le Soum de Souste puis le Monbula, les crêtes de l'Estibette, le cirque du Granquet, la Bécole etc.. Quelle beauté. A noter que les chutes de neige récentes et le dernier coup de froid ont gelé les nouvelles feuilles des arbres.
Nous continuons la montée et trouvons une jeune belette, morte très récemment, peut-être de froid. Elle ne porte aucune trace de prédateur mais ses yeux vitreux laissent penser que sa mort remonte à un jour ou deux. C'est exceptionnel de pouvoir en observer une de si près.

Nous continuons la montée et arrivons au col de la Trencade. Les arbres n'ont pas encore fait les feuilles. Ils s'accrochent comme ils peuvent au sol calcaire mais visiblement ont une croissance difficile.
Nous continuons vers le plateau de l'Isarce en passant près de quelques cavités qui nous rappellent de nombreux souvenirs. A l'Isarce le vent est bien frais et nous devons remettre une petite laine.
Direction le TP19 afin de le "montrer" à notre ami Joël pour qui c'est la première montée sur cette zone. Comme toujours, le bruit de la chute d'une pierre dans le premier puits le laisse sans voix.   
Pour les trois autres, ce sont des souvenirs de plus de 35 ans qui resurgissent des mémoires...

Direction la cabane de l'Isarce et pause casse-croûte, il est 12h30.
Visiblement la cabane reçoit de nombreux passages mais est bien tenue.
Là aussi les souvenirs des années 80 refont surface, Bernard et Bubu semblent intarissables en paroles.
13h30, il est temps de redescendre si l'on veut respecter la météo.
Le sentier des Escalats est d'une propreté remarquable, signe de très nombreux passages.
Arrivés aux Boutils, nous passons par l'Abérouéde, le sol est sec, ce sera du gâteau.
Et c'est à 15 heures que nous rejoignons la voiture.
Il a fait beau mais c'est vrai qu'au fond, du côté de Pau, le ciel est noir, la tempête doit certainement y faire rage. Pensée pour notre ami Alain Dole qui a bien fait de rester à l’abri.

A noter que lorsque nous reprenons la voiture, il y fait 25 °, arrivés à St Pé, 21°, à Tarbes 12° et 9° à la maison.
Belle chute.


Alain M

6 commentaires:

  1. Le matin j'étais à la feminine de Pau suivre Brigitte...L'AM, je suis monté avec Mon fils au sommet du pic du Ger sous la saucée voir Loïc Bruni qui est un copain de classe de Corentin... Il n'a pas eu de chance parti avant dernier (second de la Manche de qualif) il a chopé la pluie comme les 10 meilleurs et donc n'a pas bénéficié d'un terrain sec et roulant... En tout cas quel spectacle les pilotes sont des virtuoses... La veille je suis allé au fond de là génie longue, mais Jean Claude n'avait pas laissé une seule morille ! Cela m'a fait une bonne sortie...

    RépondreSupprimer
  2. C'est qui le moins v... le plus jeune ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus jeune avait 25 ans lors de l'exploration du TP 19 !

      Supprimer
    2. le plus vieux était avec le plus jeune pour une expé express dans le TP19 jusqu'à la peau de Mérou. Dommage qu'à cette époque les blogs n'existaient pas, il y aurait eu tellement de choses à raconter !

      Supprimer