mardi 9 mai 2017

Grise mine au Pan

8 mai 2017
Nous n'aurons pas attendu trop longtemps avant de retourner au Pan de la Mine. A trois (Jean, Sandrine et Patrick), nous emportons près de 100 m de corde, optimisme oblige...
Le courant d'air à l'entrée du gouffre est assez faible malgré le beau temps, mais cela s'explique probablement par la fraîcheur matinale. Nous parvenons rapidement à notre terminus (-50 m). Jean commence l'équipement et descend une verticale de 32 m. 

 Le P.32 à -50 m

Le fond n'est pas très enthousiasmant car rempli de blocs et de cailloutis provenant de la brèche d'une faille qui borde le puits. Nous retrouvons le courant d'air dans une petit passage en partie comblé. La désobstruction est assez facile et en une bonne heure le passage est ouvert mais il reste très instable. Après un petit ressaut entre des blocs qui tiennent comme par magie, nous recoupons une fracture étroite mais longue d'une bonne dizaine de mètres. 

Le soupirail de -83 m humide et instable....

En utilisant quelques rares élargissements nous parvenons à nous glisser dans cette fissure qui ne semble pas avoir une origine karstique. Celle-ci se pince une dizaine de mètres plus bas (environ -95 m), pourtant les cailloux chutent encore plus loin mais il faudrait entamer de gros travaux. Ce n'est guère réjouissant car plus nous nous enfonçons dans le massif, plus nous avons l'impression d'évoluer dans un ensemble de fractures dues à des contraintes mécaniques et où les traces de creusement par l'eau sont quasi inexistantes. Face à ce constat et malgré le courant d'air, nous décidons d'abandonner là notre exploration du Pan de la Mine. Nous remontons en déséquipant. Il va falloir repartir en chasse pour trouver autre chose...
Patrick

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire