samedi 12 décembre 2015

Exploration au gouffre de la Libellule (massif de St Pé de Bigorre)

Equipe : Anthony, Sandrine, Patrick et Thomas
« Y’avait du soleil, mais bon, pas vu aujourd’hui ! »
Notre journée commence au départ de la carrière d’Asson où la montée « dru » nous même au col des Boutils… ce matin il fait beau et froid, notre ascension est rythmée par Patrick, c’est-à-dire régulière mais soutenue ! Nous arrivons quand même à tchatcher comme des pipelettes et nous faisons connaissance d’un nouvel arrivant au club du GSHP, j’ai nommé Anthony. Jeune et motivé, il habite à Lourdes, prêt à en découdre avec les cavités du département.

 L'entrée du gouffre de la Libellule (TP-37)

Au bout d’une heure de marche, nous sommes au milieu d’une doline. Après une petite escalade de 3m, nous voici à l’entrée du gouffre de la Libellule. Patrick nous équipe 3 petits puits qui mènent à un méandre pour l’instant impénétrable.
Nous installons notre atelier pour élargir le passage. Nous sommes dans une toute petite salle et nous sommes obligés de remonter le premier P5, histoire d’être tranquille ! Sur le palier, nous explorons un autre passage avec une désescalade de 5m qui donne sur une petite étroiture allant dans la même direction que notre fameux méandre où la première séance de l’opération a commencée.
Histoire de faire les choses dans l’ordre nous élargissons cette petite étroiture. « Bizarrement, je laisse ma place à Anthony qui passe pour confirmer que ça ne mène nul part (sauf à l’aplomb d’un puits donnant probablement sur l’extérieur !).

 Le petit ressaut parallèle à -11 m

Nous réattaquons le chantier d’élargissement sur notre premier méandre sous l’œil avisé de Patrick « le Docteur », nous essayons d’être le plus efficace possible… Au bout de quelques soupes, café, discussions diverses et variées, ça à l’air de passer ! C’est là que nous abattons notre dernière carte, j’ai nommé Sandrine qui passe trop facilement l’étroiture ! Le verdict est sans appel : ça queute ! Après un petit élargissement de confort, nous passons tous de l’autre côté : petite salle de 3m sur 1 de large avec un puits remontant au-dessus de notre tête.

Le Tot en plein action.
Poussez, respirez, poussez respirez.....

Patrick finit la topo tout comme l’exploration de la Libellule se termine… nous plions nos clics et nos clacs et rentrons tranquillement chez nous ma fois contents d’avoir enlevé un point d’ ? et d’avoir passé une belle journée.
Les deux extrémités de la "grande salle terminale"

Tot

7 commentaires:

  1. Puisque vous êtes dans le secteur, allez revoir le TP 32. Il y a encore un point d'interrogation au sommet su P72 vers -20 juste après l'étroiture (Bubu se souvient de l'étroiture). Il suffit de traverser le sommet du P72 et de virer une trémie. On y avait remarqué un fort courant d'air aspiré.

    Mickey

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ! mais il faut repasser l'étroiture de la calbote libératrice ...

      Supprimer
    2. Tu peux le faire Bubu. Il suffit d'un jeûne sévère d'à peine un mois !

      Supprimer
    3. Et c'est quand même 1200 mètres plus à l'est. Mais c'st toujours un objectif de reprise du club.

      Supprimer
  2. De l'autre côté de la crête il y a le TP 38 qu'on avait sondé sur une trentaine de mètres. Il peut arriver derrière la trémie du TP 32. Je ne me souviens pas s'il y avait du CA et s'il allait dans le même sens que celui du 32

    RépondreSupprimer