dimanche 14 décembre 2014

Les Fous du samedi 13.

Samedi 13 décembre, trou du Fou
Véro D, Jean N, William, Jean Claude, Joël, Bubu et Alain M.
C'est à 7 que nous nous retrouvons ce samedi matin à Omex. L'objectif est super simple, suite à l'arrêt sur rien d'il y a 15 jours, tout simplement continuer l'exploration et voir où la cavité va nous mener.
Suffisamment de matériel est préparé afin de ne pas se retrouver en bout de corde.
La montée se fait rapide, le temps est clément, pas de fortes pluies annoncée par la météo.
10 heures, nous descendons à la queue leu-leu. Les passages "étroits" sont vites franchis même avec un kit ou deux, la bonne humeur est de rigueur, nous sommes optimistes.
Arrivée au terminus, c'est Jean et Bruno qui s'attaquent à l'équipement. Il y a bien en bas du premier puits entrevu la fois précédentes, 2 autres départs. Le premiers puits d'une dizaine de mètres est hélas bouché.
Passage au second, il fait une vingtaine de mètres mais là aussi, ça queute, sauf peut être un petit départ avec du courant d'air et du choux fleur mais le travail est très important.
Remontée au palier pour les équipeurs.
Pendant ce temps, Véro a repéré une petite lucarne encombrée de blocs. C'est vite dégagé et ça donne sur un méandre.
Équipement, méandre, petit puits et arrivée dans une petite salle.
Ici au moins nous sommes à l'abri de l'eau car sur le palier précédent c'était la douche.
Regroupement stratégique, l'horloge interne de Joël annonce près de 13 heures, il est vraiment temps de se restaurer.
Mais la suite dans tout ça ? C'est pas terrible, un départ en paroi, fossile, sans CA et qui visiblement est bouché.
Un autre départ, sous des blocs. Certains sentent du vent, d'autres pas. Enfin, à force d'y roder, de relever quelques blocs, la tête en bas bien sur, Jean réussi à faire le bruit qui nous fait le plus plaisir : badaboum, badaboum. Ça continu.
On se remet au boulot, on a le perfo, ce sera peut être long mais faut essayer.
Le caillou est bon et après une heure ou deux, un joli puits de 7-8 mètres s’offre à nous. Vite descendu, il donne sur un palier avec une trémie. La trémie sera remuée à grand coup de pied et s'effondrera dans un nouveau puits. La rage est là et Jean, à l'aide de gros blocs en arrive à bout et met à jour un nouveau puits, encore 6-7 m.
Ensuite c'est un palier puis un nouveau puits d'une quinzaine mini.
Il équipe et se pose sur une mini galerie, mais qui fait 3 à 4 m de large. Nous le rejoignons. Au bout, une petite étroiture vite franchie par Véro. Toute petite salle mais elle donne, après un nouveau rétrécissement, sur un nouveau puits, cette fois sondé sur certainement 30 ou 40 mètres, soyons optimistes.
Il est l'heure de remonter, la pendule affiche déjà plus de 19 heures.
Mais que le temps passe vite sous terre !
Il sera 21 heures largement passés lorsque nous nous retrouverons tous à la surface. Dehors les lumières de Lourdes nous offrent un spectacle féérique.
Mais où ce Fou va t-il nous mener ?

Pour égayer l'article, une petite vidéo faite dans la salle des Gueux, cliquez ici.

Alain M

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire