dimanche 12 février 2017

Rencontres horizontales...... au SS01

Quand les cieux s’assombrissent
Et que la pluie s'immisce
Quand le vent du sud se lève 
Et fait fondre la neige
Les ruisseaux se réveillent 
Et les rivières s'égayent
Mais une partie de ces eaux
Se cache en descendant de là-haut
Emprunte des chemins dérobés
Creuse dans le rocher
Et ressort plus bas 
Dans un tas de gravas
En ce Samedi 11 Février 2017
Fête de Lourdes et de Bernadette
Des Tachous se sont rassemblés
Pour ensemble essayer de percer
Le secret de cette source éphémère
Qui alimente les chimères
Dans la joie et la bonne humeur
Ils ont creusé durant de longues heures
Les seaux remplis de cailloux
Les habits couverts de boue
Les coudes et les genoux meurtris
Le dos endolori
Mais le cœur heureux
Après un déjeuner copieux 
Arrosé de blanc sec
Dans le lit de l'Arriusec
D'amuse-gueules et de saucisses
De tarte aux pommes  et de malice
En fin de journée 
Les forces se sont envolées
Les flammes se sont essoufflées
Fut venu le temps d'arrêter
Plus la peine d’insister
Le secret est encore bien gardé
Jean Noyes


NDLR : ce samedi 11, ce sont 11 Tachous qui étaient à l'horizontal.
Une vue du travail souterrain en cliquant ici.



4 commentaires:

  1. Quand comptez vous faire un Barage de l'Arriu Sec avec les gravats ?
    Mais c'est dantesque.....
    Mais on reste sur sa faim, malgré les saucisses... Alors combien de metres gagnés ?
    Et la rivière, vous l'entendez ?
    Quelle ardeur !
    Alain

    RépondreSupprimer
  2. Sur la photo du haut, on voit très bien la montagne de Souste accoucher d'un grand poète... Super compte-rendu Jean.

    RépondreSupprimer
  3. Puisque c'est le quart d'heure nostalgie sur le blog, moi cette sortie ça m'a rappelé quand on avait une dizaine d'années avec mon frère, mon père nous amenait tous les week-ends faire de la spéléo avec le GSF (Foix). Ca se voulait résolument bon enfant et les copains n'hésitaient pas à sortir, sous terre, les saladiers remplis de riz et les bouteilles remplies de rouge pour patienter devant un siphon après avoir porté les bouteilles (remplies d'oxygène celles-là).
    Du haut de nos 10 ans, on ne percevait pas tout de l'ambiance, nous étions les seuls enfants et puis on ne pouvait pas goûter le vin ! Mais les fous rires et les chansons ça oui, on en profitait et on y participait !

    Alors, merci à tous pour cette belle journée qui m'a replongé au temps de la Calbonde et des Playmobils.
    Et à très vite pour percer le secret de l'Arriusec !
    Jean.

    RépondreSupprimer
  4. Jean je viens de lire le compte rendu de votre superbe sortie. Bravo pour cet écrit. C'est du grand art.
    Joël

    RépondreSupprimer