jeudi 15 septembre 2016

Un été en cantabria....

Cette année encore, les explorations en Cantabria ont été agrémentées par de nombreux rebondissements dont certains étaient totalement inattendus. Avec plus d'une trentaine de sorties nous n'avons pas chômé, alternant prospections, désobstructions et explorations voire même visite de classique (au singulier !). 

Du côté de Ramales....

La sécheresse du début du mois de juillet, puis celle de septembre nous ont laissé deux fenêtres météo pour pouvoir aller sereinement dans la cueva del Carcabon qui, rappelons-le, s'ennoie très facilement. L'an passé, à l'extrémité de la cavité, un puits nous avait arrêtés dans un conduit de taille humaine fortement ventilé. Après un parcours un peu compliqué, nous avons eu la grande satisfaction de déboucher dans un gros canyon de 20 à 30 m de large que nous avons pu remonter sur plusieurs centaines de mètres jusqu'à une vire à équiper d'une part et une escalade facile d'autre part. Avec des terminus à plus de 4 h de l'entrée, il devient nécessaire désormais d'envisager des bivouacs avec cependant cette problématique liée aux risques de crue. Le développement dépasse les 7 kilomètres.

Dans la partie de Carcabon qui s'ennoie en période de hautes eaux.

 Galerie supérieures

Une nouvelle entrée au réseau de l'Alto de Tejuelo

En juillet, nous avons poursuivi l'exploration du gouffre du Plan B et après avoir dévalé près de 370 m de puits nous sommes arrivés en plein milieu de la rivière Eulogio que nous avions explorée il y a près de 20 ans via la torca de La Canal. Avec cet accès plus commode, les explos vont pouvoir reprendre vers l'aval, mais là aussi, gare aux crues...

Le rio Eulogio, principal collecteur du système de l'alto de Tejuelo.

Retour à la Gandara

C'est lors d'une sortie d'équipement dans l'une des cavités du système que l'un d'entre nous repère un petit trou souffleur, gros comme le poing, au sommet d'un remplissage. Après une désob besogneuse nous avons débouché dans un ensemble de galeries très variées que nous avons pu explorer sur plus d'1, 2 km. Parallèlement, motivés par un courant d'air aspirant hors norme, nous avons entamé la désobstruction de la cueva del Sirroco. Rien n'est joué, mais en fin de séjour nous avions gagné une vingtaine de mètres en profondeur.
En revanche, nous avons mis un terme à nos recherches dans la cueva d'Helguera et cela malgré une belle escalade réalisée par Jean.

La cueva d'Helguera

 Au total, plus de 4700 m de conduits ont été découverts cet été mais surtout, de nouvelles perspectives d'exploration s'offrent désormais à nous... 



Vous trouverez un compte rendu plus détaillé sur le blog de Karstexplo.

Patrick

3 commentaires:

  1. C'est sans fin ! Et c'est tant mieux. Continuez à nous faire rèver. De notre côté on fait de notre mieux du côté de la PSM mais... Cette année a été une année sans. Bravo à toute l'équipe.

    RépondreSupprimer
  2. Sur le plan spéléologique, la région de la Gandara de Soba est le Kentucky de l'Europe (immenses réseaux sur des superficies importantes. Le Kentucky abrite Mammoth Cave, 600 km, et de grands réseaux gravitent autour)

    RépondreSupprimer