mercredi 2 mars 2016

Sous le Soum de Las Escures



Sortie du 29 février, Jean Esquerre et son fils

Petite ballade prospection dans la neige avec mon fils. On laisse la voiture au départ du col d'Andorre et on tire droit dans la pente, je dis à mon fils: "on ne prend pas les raquettes, on dirait qu'il n'y a pas trop de neige là-haut, une vingtaine de centimètres tout au plus".
On tire tout droit dans le bois vers le Soum de Conque, j'espère retrouver là-haut un trou aux bords clôturés que j'avais vu il a pas mal de temps sur une cassure de la pente. Déception il semble plus à l'Est, tant pis on trouvera peut-être des trous souffleurs. Nous repartons à flanc vers le soum de las Escures.
Depuis la sortie du bois, nous commençons à penser à nos raquettes qui sont dans le coffre de la voiture, la neige nous arrive aux genoux. Tant pis le temps et la vue sont magnifiques et nous font oublier que nous ne trouvons pas grand-chose. Avant de redescendre, nous découvrons quand même la cavité clôturée, des piquets en fer et du barbelé dépassent de la neige.
Difficile de s'approcher du bord enneigé, tels des sangliers retournant la terre nous cherchons sous la neige quelques cailloux pour sonder ce puits. Après plusieurs minutes de recherches, nous trouvons deux "gravillons" qui nous laisserons supposer une profondeur d'une dizaine de mètres.
Nous finissons l'après-midi par une descente tout droit dans la pente qui nous mènera dans des petites combes ou je m’enfoncerais dans la neige amenée par le vent jusqu'à la taille... que ça doit être sympa de marcher avec des raquettes.

Jean



3 commentaires:

  1. Quand tu penses que nos joueurs de tennis les ont emmenées en Guadeloupe... ...toi tu les laisse dans la voiture !

    RépondreSupprimer
  2. L'avantage, c'est qu'au moins elles ne nous ont pas mouillé le coffre (Il faut voir le bon coté des choses :) )

    RépondreSupprimer
  3. Parait qu'il y en a aussi aux abords des lycées ....

    RépondreSupprimer