mercredi 2 mars 2016

Coucou saou !


Mardi 1er mars 2016
Bubu, Jean Claude et Alain M

La météo est vraiment pointilleuse avec 1 jour grand beau, 1 jour pluvieux et plusieurs jours médiocres.
Ce mardi, c'était le bon jour, grand soleil.
Nous retournons une nouvelle fois du côté du Coussaou.
Plusieurs objectifs de repérage et reprises sont au programme.
Tout d'abord le CO04. Nous retrouvons rapidement la cavité, dans une zone herbeuse, mise en sécurité par des fils barbelés tenus par des piquets métalliques et en bois.
Nous nous y attacherons pour la descente, avec de multiples points, sécurité oblige.
C'est un très joli puits se développant à la limite des marnes et du calcaire. Les parois en sont rendues très friables et il vaut mieux s'en éloigner. Un déviateur bien placé fera l'affaire.
Le fond est très vite atteint, sans suite possible. Un joli nid de chocard ainsi que des traces d'animaux indique une bonne fréquentation de ce trou.
Nous poursuivons notre marche à la recherche d'une cavité perdue.
Nous en découvrons une au milieu d'un tas de ronces. Elle développe environ 2 mètres et est habitée par un blaireau. L'odeur entêtante nous indique qu'il ne doit pas être bien loin.
Nous continuons notre marche prospection. Au passage nous pointons un petit départ sur le flanc nord-est du Taulemale puis poussons jusqu'au Mail Rouy.
Nous redescendons une cavité qui avait englouti un chien il y a quelques années, sauvé ensuite de justesse par les équipe du Grimp (merci les émetteurs GPS).
Cette cavité est de fait très dangereuse, située dans l'herbe où rien ne laisse présager ce vide de plus de 10 mètres de profondeur.
Petit équipement et nous découvrons un magnifique puits qui va en s'évasant, avec les parois toutes concrétionnées.
Au fond c'est un véritable ossuaire, signe de la dangerosité du puits.
Chevreuil, mouton, blaireau, sanglier etc. sont venus y finir accidentellement leur vie.
Par contre un départ est repéré, qui justifiera une autre visite.
Nous protégeons provisoirement l'entrée de la cavité avant d'y remonter une barrière plus conséquente.
Il est déjà 16h30, l'heure de redescendre, le soleil qui a brillé toute la journée commence à redescendre derrière les petits sommets.
Le film de la sortie par Jean Claude en cliquant ICI

Alain M

3 commentaires:

  1. Dire que certains croient qu'il n'y a qu'en Provence que le ciel est bleu ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jaloux. Aujourd'hui comme hier grand beau sur la Provence.
      Et sur les Pyrénées?????

      Supprimer
    2. Comme dit au début du texte, un jour beaux et ensuite plusieurs jours médiocres.
      Au moins nous ne souffrirons pas de la sécheresse, nous!

      Supprimer