jeudi 19 novembre 2015

On a trouvé le TDLCSLPHDMDSP….



Lundi 9 novembre
Par Le Dol's
Le CDMDMDSP (Champion Du Monde Des Montagnes De St Pé, alias JC Mengelle) ne dédaignerai pas avoir découvert le TDLCSLPHDMDSP… Mais celui-ci ne sera pas à son actif…
Le TDLCSLPHDMDSP ? Quès acco ?! !!!
Le Trou De La Chauve Souris La Plus Haute Des Montagnes De St Pé…
Cette grotte se situe en paroi Nord du Soun des Escures Ouest (cote 1874). Des traces de peinture sur la vire herbeuse attestent la venue d’explo de spéléos, certainement du GRAS (nous demanderons à Xavier De Muyser s’il est l’auteur dans les années 90…). Repérée l’an passé avec Brigitte depuis le cirque à 1580m en pointant des cabanes, un coup le lumignon laissait entrevoir une suite …
Il me faudra attendre le mardi 10 nov ensoleillé pour lever le doute…
On s’est donné RV au Col d’Ansan (1330m) pour l’occasion je suis épaulé par Véro (« The mouffette »), Anthony (le Nobio) et de Jean Luc (Président) pour prendre la direction des Escures…
L’émotion surement… J’ai le souffle très court et me traine comme jamais, progression du style tortue avec un frein à main !… En tout cas cela ramone et curre si bien les bronches que le lendemain je retrouverai le pas montagne momentanément absent…
Après une bonne heure on atteint la cote 1874, le temps de récupérer la vire (une sente d’Isard) qui descend au pied d’une barre rocheuse… Comme l’herbe est sèche la descente est moins craignos mais un faux pas et c’est le « saut de l’ange »… A 1805 m un œil de bœuf en forme de trou de serrure désigne l’objectif de notre rando…
Au loin un Isard (male) déguerpit dans les pentes des Escures Est… On atteint la grotte… Véro et Antho ont déjà enfilé la combarde, ils ont escaladé un ressaut de 3m comme je franchi un simple trottoir… Attentionnés pour le « vieux » une corde est installée… Véro ramone dans une fissure étroite guidée par le courant d’air descendant… Je lève la topo et note un nid de Courbacines (corneilles / Choucas) à mi hauteur (1810m une chauve souris isolée est agrippée contre la paroi… Elle ne ressemble pas à un grand rhinolophe drapé dans ses ailes mais plutôt à un murin, enfin un truc plus poilu !...
C’est à notre connaissance la plus haute du massif (il culmine à 1881m), mais nous ne sommes pas ni en zone Natura ni sur la RNR du Pibeste… Cela n’empêchera pas les naturalistes de s’y intéresser car cela nous a semblé assez singulier pour le signaler…
On reprendra la descente vers l’Est pour repasser près de la doline ES 09. Une série de piquets abandonnés seront fichés dans le sol, les bergers n’auront plus qu’à dérouler du fil de clôture… Deux piquets fichés par le Président qui veille au grain, serviront d’ancrage pour accrocher la corde et déterminer la fin de ce trou à -7m !
Grace à Véro, le trou existe (topo faite)

Nous redescendrons tranquillement pour profiter des derniers rayons rasants qui nous réchauffent encore avant d’être subtilisés par les proches montagnes Béarnaises…

1 commentaire:

  1. Alain n'a pas voulu me laisser sortir du trou tant que je ne lui
    avait pas dessiné le croquis... j'ai pas eu le choix!
    En tout cas ses topos sur papier millimétrés elles sont drôlement bien faite
    ...il a même représenté le nid des choucas!

    RépondreSupprimer