vendredi 28 octobre 2016

Cau du Gät


Jeudi 27 octobre
Nous sommes 7 ce jour pour une nouvelle aventure, dans le ravin du Cau de Gät, en vallée de l'Ouzom. Jean Claude, Joël, Bubu, Serge, Frederic, Volona et Alain M
Nous sommes même accompagnés par l'Ours, le chien de Frederic!

L'objectif est la poursuite de l'explo du puits découvert il y a peu de temps et la réalisation de quelques désobstructions prometteuses.
Le temps est au beau et sur les coups de 10 h nous attaquons la montée. Très facile au début, la fin sera bien plus raide mais à force de zig et de zag dans une pente bien prononcée, nous atteignons la bonne courbe de niveau et une petite traversée nous amène directement à la cavité. C'est vraiment un coin reculé du monde et sa découverte si elle ne tient pas de la chance est peut-être un miracle, mais si près de Lourdes, tout est possible.
L'entrée du puits n'est pas très large mais suffisante pour laisser le passage de l'homme.
Bubu réalise avec brio l'équipement de la tête du puits pendant que Serge s'équipe et moi-même.
Serge part en premier (place aux jeunes!) et réalise l'équipement.
Ça commence par un très beau puits d'une trentaine de mètres plein gaz. Au fond, sur la gauche, une "porte" donne accès, après un joli pendule, à un second puits.
Serge en réalise l'équipement malgré une couche de calcite qui recouvre toutes les parois et rend la pose d'amarrage bien difficile. De la porte je suis son évolution, le second puits est majestueux et prend des proportions remarquables. Il faudra 3 relais pour en atteindre le fond et éviter tout frottement à  la corde.
Hélas, toutes cette calcite n'est pas bon signe et le fond est irrémédiablement colmaté. Pas de suite possible, il faut remonter en déséquipant. Le petit film de la remonté est ici.
Il est 13 heures passées lorsque nous ressortons, le reste de l'équipe a déjà casse-crouté, midi oblige.
C'est à notre tour et vers 14 heures nous repartons voir les autres cavités découvertes par Jean Claude.

Il nous faut redescendre et repartir en flanc plus ouest de massif.
Avec le GPS les cavités sont vite retrouvées.
Le "Jacob 3", désobstruction d'une fissure qui après 2 heures de travail donne accès à une petite cavité de 4 mètres de profondeur, sans suite hélas.
Le Jacob 1, progression sur un plan incliné sur environ 7 mètres et arrêt sur passage étroit qu'il n'est pas possible de réaliser ce jour.

Il commence déjà à faire plus sombre sous les bois et il nous faut rentrer, heureux de cette journée.

Alain M


Une piscine à araignée !
Photos Alain M, Film JCM

1 commentaire:

  1. Ce trou pourrait être un super trou pour l'apprentissage de la progression sur corde. La marche d'approche, bien que pas très longue, risque cependant d'en freiner plus d'un !

    RépondreSupprimer