vendredi 22 janvier 2016

Les “anciens” de la Pierre et du 65 se souviennent...

Les “anciens” de la Pierre et du 65 se souviennent...

Philippe Virrolaud nous a quitté le 5 janvier 2016. Je ne l’ai appris que tard hier soir.
Il a été membre du GSHP de 1981 à 1988.
Il faisait partie des 4 de la Galerie des 4 dans Arphidia 3 au début des années 80

Il est aussi à l’origine du nom de la Salle des 29 ans toujours dans le même coin où nous avons débouché le jour de ses 29 ans avant de galoper dans la galerie des Tarbais, très près de la jonction avec la Salle de la Verna.

Il était bien sur présent pour les 50 ans du GSHP de Tarbes en 2011 et il ne manquait pas de venir nous faire un petit coucou chaque année pour la “Fête du sport en famille” à Soues.

Bon vent Philippe.

12 commentaires:

  1. Grosse émotion !
    Encore un de moins dans l'équipe des 4 dont je faisais partie
    Bonne route Philippe... Vas y ,va la faire notre jonction !
    Tu le peux maintenant...
    Jean Marc Tilhac

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi , je faisais partie des 4 ...On n'est plus que 2 ... Put...ça fait peur !

      Supprimer
  2. Si jonction entre Arphidia et Verna se fait un jour, le nom est tout trouvé... Salut Philippe

    RépondreSupprimer
  3. J'avais revu avec joie Philippe et sa femme au 50e anniversaire du GSHP. Nous avions parlé d'Yves-Marie. Tous deux nous ont quitté, tous deux avaient changé physiquement mais gardaient intacte leur passion que le GSHP et l'ARSIP prolongent à la Pierre et autres lieux. Comme tous ceux qui ont connu Philippe, je suis triste et partage la peine de ses proches.
    Madeleine Cabidoche

    RépondreSupprimer
  4. Franchement désolé de cette information.
    Je ne l’avais plus vu depuis fort longtemps, mais son image revient... Il n’avait pas de lunettes quand je l’ai connu et, comme moi, il devait s’habiller en 40 (peut-être même 38 pour lui).
    P’tain.... “Elle” n’en loupe aucun !!! et “Elle” n’en n’oubliera aucun...
    Moralité : CARPE DIEM et même, plutôt au pluriel...
    Michel Lauga

    RépondreSupprimer
  5. Triste nouvelle. Mes premiers souvenirs avec Philippe remontent aux années 74-75...explo fond du TQF (charente), I19 et M2 aux Picos avec l'ASC le club de nos débuts. C'était aussi l'époque de Ph. Ravail (Minus). Le Virollaud avec sa clope au bec et ses mains de mécano (un spécialiste de la SM Citroën moteur Maserati pour ceux qui s'en souviennent), c'est un de ceux qui a accompagné mes premiers pas sous terre!
    Encore un bout de notre jeunesse qui... Adieu l'ami.
    Pierre-Michel Abadie

    RépondreSupprimer
  6. Philippe, pote de St Pé, d’Arphidia /Robinet, du M3 avec Mickey et Sifu les seuls à avoir vu un « zombi ramper au raz de leurs bottes » (il y a un dossier)…
    C’est difficile de constater que des copains nous nous quittent si tôt…
    On a passé de bons moments, c’est de cela qu’il faut se souvenir…
    De là-haut ou d’en dessous… Nous pensons à lui…
    Alain Dole

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai appris le décès de Philippe qu'aujourd'hui 25 janvier au retour d'un séjour chez des copains spéléo du Vaucluse. Ça fait mal.

    J'avais rencontré Philippe en mars 1975 à Angoulême lors d'un rassemblement de la disparue Entente Spéléo Pyrénées Charentes. A l'époque il était à l'AS Charentes. Quelques jours plus tard on faisait nos premières explos ensemble dans la Pierre et Arphidia. Il était avec Alain Radeuil dans l'escalade qui a permis la découverte de la Petite Vérole dans la Verna. Quelques mois plus tard il était avec nous à Iseye pour l'explo du Touya puis du Yogom. Il nous a accompagné ensuite dans la Pierre et dans Arphidia. Comme il descendait de plus en plus souvent dans les Pyrénées, il s'installe à Pau fin 1979 où il travaille au garage Citroën. Après, il est des toutes les aventures d'Arphidia III et des Toupiettes.

    Il avait l'air d'un gringalet fragile, mais sa résistance et sa volonté étaient celles d'un grand spéléo et en plus il équipait très bien les puits à une époque où ce n'était pas la préoccupation de tous !

    Après quelques ennuis de santé et des déboires sentimentaux il commence à se faire rare dans nos expés puis décroche à partir de 1986 au moment de la découverte d'Arphidia IV. On ne s'est plus retrouvés que rarement ensuite ...

    Mickey Douat

    RépondreSupprimer
  8. Aujourd'hui 6 février,je viens d'apprendre que Philippe était parti pour sa dernière exploration, la flamme que nous lui avons tous connue, sur son casque et dans ses yeux, continuera de nous éclairer, il est simplement parti devant , comme il l'a si souvent fait .
    Jacques Bourganel

    RépondreSupprimer
  9. Philippe , un homme passionné et entier, qui tout jeune nous entrainait déjà dans les dédales du Trou qui Fume en Charente. Infatigable découvreur, il nous ramenait vers la sortie qu'après avoir atteint son quota de vierge. "Ptain les gars" Puis, ce fut les cavités des PICOS, et là encore de grandes découvertes. Salut Philippe.

    RépondreSupprimer
  10. Attristés par ce départ trop précoce,c'est avec émotion que nous nous remémorons tous les bons moments partagés avec toi en Charente,dans le Lot,les Picos,les Pyrénées...Nous gardons de toi l'image du spéléologue ( et pas que...) passionné et généreux. Salut Philippe.
    Philippe, Michele Berthier.

    RépondreSupprimer
  11. Il y a bien longtemps en Charente, Philippe m'à aidé à faire mes premiers pas "boueux".
    Il était redoutable d'endurance sous un gabarit qui n'en laissait pourtant rien paraitre.
    Je me rappelle un certain petit déjeuner à la carrière de Gratte chèvre dans la forêt domaniale de La Braconne ou il avait excellé dans l'art du dégout culinaire en trempant un sandwich à la sardine à l'huile dans son café!!!
    Sacré Philippe j'aurais aimé de redire mon amitié avant l'extinction des flammes.

    Gérard Truffandier

    RépondreSupprimer