lundi 14 avril 2014

OH Put... , Retour au Mariléa

OH Put... ,
Retour au Mariléa dimanche 13 avril pour William et découverte pour moi. 
William a une affection particulière pour cette cavité, il avait donc envie d'y retourner pour fouiner un peu plus et courir un peu les courants d'air. Je l'ai donc accompagné: une occasion pour moi de découvir "ce trou". 
Après quelques passages d'étroitures diverses et variées nous décidons de rejoindre le point le plus bas. 
Je pose une corde vers le fond , début d'une grande faille puis William me rejoint, il me dit "c'est ici qu'on c'est arrêté la dernière fois" . Je jette un caillou et pof une 20 éne de mètres plus bas surement .; puis un autre mais sur la partie gauche de la faille et là.......bim... toc ...tic.........tic.....pof : On se regarde : et on s'exclame en même temps "oh put'ain" (désolé pour le gros mot ) On lance un autre caillou puis un 3 éme et on fini par chronométrer la chute jusqu'au pof lointain que l'on perçoit à peine en tendant l'oreille. 11 secondes...........oup's . On fini par lancer tous les petits et moyens cailloux que l'on trouve jusqu'au dernier , pour nous, ce bruit de caillou qui chute c'est comme  une symphonie de Mozart dans la plus belle des cathédrale . 
Nous sommes aux anges . Un superbe moment . Nous décidons de remonter, pas assez de matériel pour continuer, le sourire par dessus les oreilles. Ainsi se termine notre sortie au Mariléa ....jusqu’à la prochaine fois. 

Véro 

15 commentaires:

  1. Allez, restons lucide ! je dis entre 80 mètres et 90 mètres ....

    RépondreSupprimer
  2. Pas mieux... Au C214, + de 10 secondes de chute = P90 à l'arrivée.
    Belle découverte bravo !

    RépondreSupprimer
  3. Une fois enlevé les bim.. toc.. tic........ tic....le pof à 50m environ. Il ne reste plus qu'a vérifier.

    RépondreSupprimer
  4. Pour avoir été présent lors de ce grand moment spéléologique, je peux dire que l'écho et les ricochets résonnent encore dans mes oreilles ! Jamais un vulgaire cailloux jeté dans un trou, n'avait créé autant d'émotions et de phantasmes sur une suite potentielle, pouvant se trouver loin sous nos pieds. Je vous laisse imaginer notre excitation Véro et moi ce dimanche. Il va falloir refaire la topo !
    Perso, je suis dispo ce week-end pour y retourner et approfondir le mystère. J'espère que les collègues ont prévu d'arriver en renfort, avec du matos et surtout avec pleins de cordes !
    Ce sera également pour certains l'occasion de visiter cette jolie cavité prometteuse...

    RépondreSupprimer
  5. Je lance les paris, et j'estime la suite avec au moins 150 mètres en supp !

    RépondreSupprimer
  6. Dans ce cas là, il faudrait questionner notre ami Jean Claude. Je me souviens, c'était il y a quelques année (mais pas trop), dans une cavité (peut être le Chourrepich ?) ça tombait, loin, loin, loin, très loin.
    Il avait fallu prendre une C150 m pour un puits qui une fois descendu n'en faisait que 30.
    Mais c'est là toute la magie de la spéléo, le rêve à chaque fois renouvelé.
    Même s'il n'y a que 30 à 50 mètres, ce sera une découverte magnifique.
    Continuons à rêver jusqu'au prochain weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tant que grand spécialiste du sondage au caillou, je pencherai plutôt pour les 47 mètres pour... 11 secondes de chute... comme dit Bernard, du tac au toc puis au tic et le clac etc..
      William, j'espère me tromper.

      Supprimer
  7. Quel sourire!
    J'ai reconnue William trop tard dimanche! Bravo, j'y crois depuis le début à ce trou.
    Pourquoi? car découvert par un rêveur plein d’espérance en duo avec Véro en parfaite osmose avec Dame nature. Continuer à y croire et fabriquer nous un jolie trou...Avec un nom pareil ça peu que donner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Miguel, je crois effectivement que cette cavité nous réserve encore de belles surprises ! Même si finalement, la suite ne demande pas autant de mètres de cordes que l'on pourrait espérer, peu m'importe, ce sera tout de même l'occasion pour ceux qui se joindront à nous, de découvrir cette très belle cavité qui propose de nombreuses variantes de progression...

      Supprimer
    2. On s'en fout de la profondeur même si ce n'est qu'un P40...Le principal c'est que la cavité est située sur le compartiment Jurassique au contact des marnes de Ste Suzanne... Là pour certains c'est nébuleux, caverneux, obscur... Mais quand vous serez que le long de ce contact coule un collecteur qui part du Bénac vers Mourichi pour sortir dans la Génie, là cela aiguise le tamponnoir. Et si je vous confirme que vers -200 vous avez toutes les chances de croiser un affluent venant du Larrau -366 là je sens les fourmis dans votre descendeur...
      Quant au passage il faut lui trouver un nom, les Burgondes avinés avaient-ils de la boue sur le topofil ?... Et pourquoi pas "Le puits des débutants"? ou des innocents... innocents aux mains pleines de première...
      le Dol's

      Supprimer
    3. Puits des innocents compulsifs ? ;-))

      Supprimer
    4. Moi, j'aime bien le "Puits des innocents compulsifs", ça résume bien notre forte émotion Véro et moi, lors de cette découverte, dimanche dernier !

      Supprimer
  8. "Le puits des débutants": Déjà utilisé par le Z106 (PSM, 1986)

    Pour ceux qui utilisent encore un topofil, on pourra appeler les puits topotés avec ce matériel: "Puits Rustiques" ... Ben non, aussi utilisé par le Z106.

    RépondreSupprimer
  9. Miguel et Alain D vous y avez cru et ce sera le bon choix, je vous remercie de ne pas avoir mis en doute notre "croyance" certes rêveuse mais comme le dit bien Miguel pleine d’espérance et de respect envers cette nature merveilleuse . Parfois il faut croire aux conte de fées sinon elles disparaissent à jamais!
    Pour le nom du puits : oubliez "les innocents compulsifs" .....no comment.
    On se concertera avec William pour trouver un joli nom.

    RépondreSupprimer