lundi 18 novembre 2019

Les "Bêtes" au Sousbet...


Samedi 16 novembre, le Sousbete.

Nous étions 5 ce samedi pour affronter les éléments afin d'essayer d'assouvir notre soif d'exploration. Jean Claude, Bubu, Philippe, Joël et Alain M.

On le savait, la météo était pour le moins risquée mais qui n'essaye rien ne fait pas grand-chose.

Et le matin pour en rajouter, les météos annonçaient une vigilance orange sur les PA, pour forte pluie. Mais St Pé c'est dans le 65 même si c'est limitrophe au 64, la pluie devrait s’arrêter à la frontière.

9 heures, il fait beau (il ne pleut pas), c'est OK, et nous voilà reparti pour continuer la désobstruction du Sousbete, cavité retrouvée et reprise il y a juste trois semaines.
Et d'ailleurs, vu le peu de marche (20 minutes), même s'il se mettait à pleuvoir, ce ne serait pas catastrophique.

Montée tranquilou, on connait le chemin. Au passage un bonjour aux chasseurs qui vont bientôt lâcher les chiens sur les traces des sangliers, il parait que dans la zone il y en a plein. On ne craint rien, on ne sera pas dans leur champ de tir.

Nous arrivons à la cavité et la première chose que l'on regarde, c'est bien sur le courant d'air.
La cavité était soufflante et aujourd'hui, pas le moindre souffle... mais en regardant de plus près, elle aspire, même violemment. C’est tout bon.

Nous reprenons la désobstruction et afin de faciliter le travail nous nous attaquons à agrandir l'entrée.
La roche se défend bien, nous sommes "à contre fil" et cela ne vas pas bien vite. Mais petit à petit ça prend forme.
A midi on fait la pause casse-croûte mais auparavant nous installons une bâche au-dessus de la cavité. S’il se met à pleuvoir, au moins on sera à l’abri.
Un joli feu est allumé et nous prenons un repos bien mérité, arrosé d'un bon « Cote du Rhône » apporté par Joël qui est de retour parmi nous.

On termine le casse-croûte et comme prévu par la météo, les premières gouttes commencent à tomber.
Le travail reprend, ponctué par des petites poses pour casser les blocs.
Il pleut de plus en plus.
La bâche coule sur le côté, on pourrait remplir un seau rapidement.
Le sol se détrempe, les déplacements sont de plus en plus délicats avec la pente et la boue qui se forme.
A 16 heures il fait presque noir et c'est un repli stratégique aux voitures, il faut savoir rester humble.
Mais la désobstruction a bien avancée et maintenant se dessine devant nous un joli départ de méandre, le vent y est avalé goulûment, encore un petit mètre et on devrait en savoir plus...
A suivre donc.

Photos Philippe J

Alain M

1 commentaire:

  1. Bravo à vous, vous gardez une belle motivation ! Pourvu que votre énergie donne une belle première !

    RépondreSupprimer