dimanche 25 février 2018

Bénac et Garrapit

Samedi 24 février, Jean claude, Marc C et Alain M, nous ne sommes que trois au départ mais serons rejoints par Bubu sur les coups de midi.
Objectif, lever des points d'interrogations sur quelques départs en zone BE, coté Garrapit.

Le soleil est revenu et c'est un régal que de marcher dans ce joli bois, même si le sol est encore un peu détrempé des pluies des jours précédents.
Marc étant de la sortie et ayant bartassé dans la zone il y a près de 40 ans, nous en profiterons pour qu'il nous montre un puits découvert en 1977 et que l'on recherche désespérément depuis 3 ou 4 années.

Nous montons asses léger, les objectifs étant pour une fois de remuer surtout de la terre à l'entrée d'une grotte.
Nous partons donc de la ferme Mourichi et à la bifurcation du Bénac prenons à gauche vers le Garrapit.
Nous sommes dans une zone connue et directement Marc nous mène à une entrée dans la terre, un petit puits de 2 mètres. Nos GPS nous indiquent une cavité connue, que nous avons revue il y a 3 ou 4 ans maintenant et qui avait été jugée terminée.
Aujourd'hui le vent est aspiré violemment. Le départ semble être un méandre étroit.
N'étant pas le but de notre journée nous décidons de le revoir en détail au retour.
Nous continuons la montée, passons sous les lignes HT, montons encore un peu et arrivons à la grotte à désober.
Jean Claude, prévoyant, en a bouché l'entrée avec des blocs afin que les blaireaux ne l’envahissent pas.
Nous nous mettons au travail, retirons les blocs, la terre et pouvons très rapidement y pénétrer, allongé.
Il faut ensuite tailler une tranchée dans la terre ce qui permet de gagner quelques mètres.
Malheureusement, après 6 mètres de progression le travail devient trop important et comme le courant d'air est quasi inexistant, nous décidons d'abandonner.

Nous nous déplaçons vers un autre départ, la Tute de la Houn de Minique.
Petite désobstruction dans la terre pour constater là aussi que la cavité ne fait que 2 mètres de long et qu'une suite serait bien hypothétique. Terminé
Nous nous dirigeons ensuite au Trou du seau. Cette cavité a vu plusieurs équipes y travailler depuis une trentaine d'années. L'entrée est très jolie mais de l'eau s'écoule dans le puits et nous ne sommes pas décidés à nous mouiller aujourd'hui.

Nous décidons de rebrousser chemin tout en prospectant et retournons à la cavité retrouvée par Marc.
Casse-croûte, il en est l'heure bien passée.
Ensuite nous regardons de près la cavité et découvrons que des blocs sont tombés dans l'étroiture d'entrée et se sont recouvert de terre.
En nettoyant un peu, nous sondons un puits d'une bonne profondeur.
Dans l'optique d'une réexploration, nous aménageons un peu l'étroiture d'entrée. 
Ce sera un objectif tout trouvé pour une prochaine sortie


Alain M


 Les papillons de Saint Pé

2 commentaires:

  1. Alors Le Mass, le trou de Marc c'était bien celui dont je t'ai passé les coordonnées ?
    Pour le trou du seau c'est le BE 117, - 7 m exploré par les Cigognes en 1977... Est ce confirmé par Marc ?
    Repris par le GSHP en 88 et par le GRAS en 1997 Michel Bof?
    Je fais passer là topo du GRAS qui doit aussi être dans l'inventaire....

    RépondreSupprimer
  2. Merci Alain. Pour le trou du seau il y avait un bug, le croquis étant marqué BE 217, j'ai rectifié.
    Pour le P70, il subsiste encore un doute.

    RépondreSupprimer