samedi 17 octobre 2020

Géneres, c'est parti !

Vendredi 16 octobre

(Sandrine et Patrick)

Ce matin, il fait relativement frais lorsque nous entrons dans le trou. Celui-ci exhale un agréable courant d'air chaud qui nous conforte dans l'idée d'attaquer des travaux. En effet, au point bas, nos prédécesseurs du GRAS s'étaient arrêtés sur un passage impénétrable mais bien ventilé à -25 m. C'était en 1996 et, évidemment, ils ne disposaient pas des moyens actuels...



Pour faciliter les travaux qui risquent de prendre un peu de temps, nous commençons par équiper les petits ressauts et par aménager les quelques passages resserrés. Au fond, la première chose à faire consiste à élargir la diaclase qui est occupée par une grande lame. C'est efficace, mais depuis le matin la température extérieure s'est bien réchauffée et progressivement le courant d'air montre quelques signes d'affaiblissement. Cela devient compliqué de continuer sans se faire complètement gazer. Nous arrêtons là et ressortons au soleil. 


La prochaine fois il est impératif que le courant d'air soit plus franc, et si possible aspirant.

La diaclase terminale à -25 m


Patrick

3 commentaires:

  1. Cool que vous repreniez les travaux 🤞

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de regarder Karsteau, je devrai pouvoir retrouver le LP14. Je pars pour la semaine sur Bordeaux, je m'en occuperai à mon retour. Si quelqu'un à la synthèse de la pâle de l'époque avec le pointage des cavités ça peu aider. Je dois l'avoir mais ordi en panne pour quelques semaine...

    RépondreSupprimer
  3. Merci Miguel, effectivement cela permettrait de compléter la synthèse. Quant au Généres cela a du être plaisant de trouver ce petit gouffre même si l'ampleur n'était pas encore au rendez-vous. Mais ça viendra peut-être....

    RépondreSupprimer