samedi 15 août 2020

Relooking au Quéou

Vendredi 14 août 2020

Participants : Jean et Patrick

Après la découverte du nouveau réseau en amont du boyau des Sangsues, il était évident qu'il fallait faire une petite séance de relooking dans ce gouffre resté équipé depuis les premières explos en 2012 (voir article du 3 août dernier). Et puis, l'idée d'un bivouac vers -450 m s'est vite imposée à tous donc il fallait trouver un endroit digne de ce nom et commencer quelques aménagements.

Pour éviter de prendre une claque avec "un Jean" qui est au mieux de sa forme, je préfère monter tranquillement la veille d'autant plus qu'il faut commencer à acheminer duvets et hamacs. C'est volumineux mais ça pèse aussi. La première partie du sentier est étrangement sèche mais cela ne dure pas et les 400 derniers mètres se font dans une ambiance St Péenne, mélange de pluie et de brouillard à la nuit tombante. Au refuge je suis seul ce qui me garantira une bonne nuit.

Jean arrive le lendemain peu avant neuf heure, frais comme un gardon malgré sa sortie de la veille. Quelques timides rayons de soleil l'accompagnent, ils s'imposeront progressivement pendant notre montée au Quéou. 

  Vers 9 h 30, nous dépassons la mer de nuage qui s'étend à perte de vue

Nous sommes bien chargés et pour l'occasion nous avons remis en service deux sherpas utilisés lors de nos bivouacs en Cantabria. Jean récupère la corde de 90 qui équipait le puits d'entrée et nous voilà partis pour relooker les amarrages, compléter les équipements et remplacer la corde de 8 mm par une autre, un peu plus grassouillette, de 9 mm. Côté amarrage, l'inox remplacera les AS dont certains commencent à baver une corrosion blanche légèrement inquiétante. Malgré nos craintes, le méandre avec les gros kits se franchit sans trop de difficultés. 

 
Petit à petit, les équipements retrouvent une nouvelle jeunesse. Les petits frottements, qu'on se promettaient d'éliminer sans jamais avoir le courage de le faire, disparaissent les uns après les autres. C'est presque comme dans les livres techniques et en plus, avec l'inox, ça brille ! C'est beau et vous l'aurez compris, nous sommes très fiers de nous (j’exagère un peu mais il faut bien trouver un peu de plaisir dans un rééquipement...). Nous en profitons également pour équiper quelques ressauts un peu olé-olé. Trois bonnes heures plus tard nous sommes à la salle à manger (-450 m). Petit casse-croûte réparateur puis nous partons en chasse pour trouver un lieu de bivouac. 

J'avais en tête une galerie fossile qui me semblait convenir. Mais dans un premier temps, je ne parviens pas à la retrouver, puis finalement après quelques hésitations nous mettons la main dessus. Mais ce n'est vraiment pas le gîte idéal. Le sol est encombré de blocs et, du plafond coulent quelques gouttelettes qui doivent se transformer en pisserottes par temps moins sec. Il n'y a vraiment que la salle à manger où nous aimerions habiter. Seul petit problème, nous sommes en zone inondable et il faudra donc remonter les affaires au sec après chaque bivouac. Dernière mission, préparer les ancrages pour les hamacs. Nous n'avons pas trop le choix et il sera difficile d'avoir des chambres particulières. 

Vers 16 h nous commençons la remontée, peaufinons quelques équipements et ressortons au soleil vers 18 h 30. Reste le plus pénible, l'interminable descente du sentier de l'Aoulhet.

 

CR Patrick

4 commentaires:

  1. Que c'est beau d'avoir + de 20 ans 🧗 et moins de houuuuu 🐺🐺🦇🦇

    RépondreSupprimer
  2. Super CR, une entreprise sage et qui rendra efficace et sûres vos prochaines opérations. On attends la suite avec impatience!

    RépondreSupprimer
  3. Bravo et merci pour ces belles réparation et préparation ! Vivement le futur !

    RépondreSupprimer