dimanche 5 janvier 2020

Reprise à la Coume de Mengelle



Samedi 4 janvier 2020, Jean Claude, Joël, Bubu, PMA et Isabelle, Philippe, Pascal et Alain M.

C'est à 8 que nous nous retrouvons ce samedi matin pour une reprise de nos activités.
 
Nous sommes en pleine période de chasse et difficile de trouver des secteurs où il n'y aura pas de chasse en cours.

Nous nous retrouvons en vallée de Batsurguere, du côté de Ségus.
Las, là aussi la chasse bat son plein mais heureusement, nous serons du bon côté et éviterons de déranger les chasseurs, nous les voyons, alignés à leur poste, orange fluo oblige.
 
Après avoir galéré pour garer les véhicules, nous prenons le matériel et suivons Jean Claude. Objectif, 2 cavités repérées il y a quelques années, sur la Coume de Mengelle.
Et oui, Jean Claude est du pays et à même son nom sur la carte. Célèbre !

La montée est facile, plutôt jolie, et nous arrivons là où devrait se trouver le départ.
Pour l'atteindre, nous devons redescendre un peu, le talweg est trop escarpé et il y aurait risque de chute.
Nous voici dans le ruisseau, aujourd'hui il est à sec.
Nous remontons d'une centaine de mètre et à côté d'une pseudo cascade nous découvrons le départ.
Hélas, il faut se rendre à l'évidence, le fond est bouché très rapidement, ce n'est même pas nécessaire d'entamer une désobstruction. Le rêve d'une cavité qui nous mènerait directement sur un actif s'évanouit promptement.

Photos, le coin est joli et il y a même des petites fleurs et nous revoilà parti pour la seconde cavité.

Elle est vite atteinte, cette fois ci en rive gauche du talweg. 
Il s'agit d'un petit départ entre paroi et humus.
Nous commençons à gratter, la belle américaine s'ébroue et .. on se rend à l'évidence, au fond, un mètre plus bas, cela est bouché.
L'absence de courant d'air se rajoute pour nous démotiver un peu plus.

Il est presque midi, nous continuons le sentier pour trouver un coin pour pique niquer. Ce sera un peu plus loin, sur l’arrête, à côté de la cabane de Héchète.

Un joli pique-nique comme à l'accoutumé, avec en prime une galette des rois et des truffes au chocolat. Un régal. Le soleil est là et les flammes d'un petit feu nous réchauffent, on est bien.

Dans ce coin, peu d'autres cavités connues, vers 15 heures nous serons de retour aux voitures.

Ensuite nous allons voir le fond du poljié d'Omex avec sa perte qui hante les rêves de certains ! Que d'eau, que d'eau lors des crues et quel réseau doit-il y avoir au-dessous ?

A suivre...
Alain M


2 commentaires:

  1. Voir les chasseurs en tenue de camouflage avec leur gilet orange fluo me fait toujours rigoler...

    RépondreSupprimer
  2. Il paraît que le gros gibier ne distingue pas les couleurs.

    RépondreSupprimer