lundi 13 janvier 2020

Désob du SE08, c'est reparti.


Après l’incroyable fin d’année 2019 au niveau du temps pourri, on retrouve enfin des weekends normaux, de quoi donner l’envie de reprendre des objectifs où il y a besoin de monde. Le boulot est certes ingrat mais à la clé il y aura une jonction dont certains d’entre nous rêvent depuis 40 ans, depuis qu’à leurs débuts de spéléo ils crapahutaient dans les boyaux très ventilés de la grotte se situant 300 mètres plus bas.
Ce matin nous sommes 7 à nous retrouver sur la petite place d’Omex. Heureusement, les nouveaux, Philippe, Damien et Pascal, sont venus grossir l’effectif car à 7 nous serons juste assez pour travailler dans des conditions raisonnables. Et encore, celui qui sera à l’entrée de la cavité  n’aura pas une tâche facile pour aller vider les seaux toujours de plus en plus loin.
Sont présents aussi Véro, Domi, Jean Claude et moi.
On monte tranquillou par ce petit chemin qui nous a vu passer tellement de fois pour monter au trou du Fou. Il fait beau, le temps est dégagé, pas d’écobuage en vue pour obscurcir le ciel. Le point de vue est toujours aussi époustouflant, le Pic du Montaigu est magnifique dans son manteau blanc.
Bonne surprise pour moi en arrivant au trou. Il souffle très très nettement. La toile d’araignée au dessus du trou est bien agitée. Bon signe. Les abords du trou ressemblent maintenant à un château en ruine. Au niveau de notre belvédère, nous décidons de construire une tour avec les gravats qui remontent du fond. Après la Reine, le Roy et le Fou, voici le trou de la Tour.
Et c’est parti. Chacun prend sa place. 2 personnes au fond, 2 personnes au sommet du puits et 3 autres étagés dans le méandre, le dernier en surface ira vider les seaux.
En fin de matinée, des renforts arrivent : Alain D et Jean Luc. Puis surgi de nulle part, PMA vient à la rescousse. Les seaux s’enchainent, les conneries fusent, les chansons paillardes montent du fond, l’ambiance est excellente. Jean Claude décroche pour aller allumer le feu. Il est 13 heures, on a raté l’heure ! Jean Claude relayé par Damien nous font griller saucisses, merguez, ventrèche, ...tout cela arrosé de rouge, de blanc, de cidre et de 4 galettes !
Alors que certains parlent de sieste, Dom remotive les troupes et nous voici repartis à la mine. Cette fois, on envoie 2 jeunes au fond. La remontée des gravats tombés cet hiver continu à une cadence qu’il est parfois difficile de suivre. En cette période trouble, certains parlent de monter un syndicat et faire valoir la pénibilité.
Vers 16h30, le soleil est passé derrière le Soum d’Ech. Ca caille de plus en plus, il est temps de tout plier et de se dire à la semaine prochaine ! Car on y retourne bien sur ! Ca va passer !

Les ruines du château ....et les restes de la Tour sur la droite.

1 commentaire: