jeudi 17 janvier 2019

Les égoutiers du Nistos...



Jeudi 17 janvier, Jean, José, Maël et David.

Il y a quelques années on m'avait montré un trou à Nistos qui avait été descendu par des "spéléos de Paris" dans les années 80. Nous y étions repassés bien plus tard avec José mais en raison de mauvaises conditions météo et d'un léger manque de motivation nous avions remis ça à un autre jour.


Les mois passant, nous y sommes quand même retournés. A notre surprise une vielle maison qui se trouvait à coté avait été aménagée, le petit bois où se trouvait le trou n'existait plus et le tout était clôturé, impossible de situer l'entrée.  Nous revoilà parti bredouille avec l'idée de prendre contact avec le propriétaire des lieux pour avoir l'autorisation d'accéder à sa propriété et surtout de savoir si l'entrée du gouffre n'avait pas été condamnée.

J'ai donc pris contact quelques semaines après avec ce dernier. David, le propriétaire, très accueillant, m'explique que le trou existe toujours et qu'il l'a protégé avec une belle plaque d'égout. Nous échangeons nos numéros de téléphone et nous voilà reparti pour plusieurs semaines avant d'arriver à trouver un moment où nous sommes tous libres.
Ce matin David étant dispo, nous montons chez lui avec José et Maël du SCM11. Nous amenons de quoi équiper David qui nous avait expliqué qu'il aimerait descendre voir ce qui se passe dans les sous-sols de son jardin et ainsi pouvoir rassurer son épouse qui craignait que le dessous de la maison soit vide. Pour nous c'était plutôt l'image d'une belle cave où laisser vieillir quelques bonnes bouteilles qui était notre pensée première.

Après avoir ouvert le regard, bien fermé par une plaque d'égout. Maël se lance dans l'équipement et descend ce puits de 13m pour atterrir dans une jolie petite salle. Nous envoyons David pour cette descente plein gaz en initiation, puis avec José nous les rejoignons.


Avec José nous allons voir une partie descendante en bas du puits, avant de rejoindre Maël et David qui étaient partis dans une grande galerie qui s'ouvre de l'autre côté. Une centaine de mètres plus loin nous sommes stoppés par un puits d'une dizaine de mètres.

Quatre vieux spits sont visible à son sommet. N'ayant pas descendu de corde nous rebroussons chemin, et nous nous arrêtons en cour de route pour laisser Maël s'engager dans un boyau plus qu'étroit. Il parcourt une dizaine de mètres pour constater qu'il continu mais toujours sans s'élargir. Nous regarderons un peu mieux lors de la prochaine sortie pour le relevé topo.
Avant de remonter nous décidons de jeter un coup d’œil à la partie située en bas du puits. Je remonte donc chercher une corde restée dans le 4x4 de José puis Maël descend ce second puits pas trop large pour constater que sept ou huit mètres plus bas ça queute sur trop étroit.
Nous expliquons à David le principe des jumards et nous ressortons tous.
Affaire à suivre….

Les photos du fond en cliquant ici.
Jean

5 commentaires:

  1. C'est un bien vieux terme, ça jumard, ça existe encore!!? C'était une belle visite, j'ai pas l'impression qu'il ait de topo, on la fera s'il n'y en a pas.

    RépondreSupprimer
  2. Des photos du fond sur le blog du Speleo Corbieres Minervois http://exploscm.canalblog.com/archives/2019/01/19/37028573.html

    RépondreSupprimer
  3. http://exploscm.canalblog.com/archives/2019/01/19/37028573.html

    RépondreSupprimer
  4. Ça l'air très sympa et gros... Pour le coin😜
    À quand la topo ?

    RépondreSupprimer