mercredi 27 juillet 2016

Dahut ou Bouquetin ....

Sortie du Dimanche 24 juillet
Après une semaine en déplacement et quelques grammes supplémentaires sur la balance… Ce dimanche malgré les montagnes couvertes, je décide de me remuer un peu…
La veille sur les cartes cadastrales de 1825 à 28 de Salles / St Pé et d’Asson j’ai identifié la croix du Gerset (Yerse  sur la carte IGN). GERS = terrain gazonné, dans notre cas, la bande géologique des marnes de St Suzanne est une prairie…
Avec la croix des Artigous et de la Toue, celle du Gerset positionne la limite de ces 3 communes et des départements de Hautes Pyrénées et des Pyrénées Atlantiques…
Il n’en fallait pas plus pour me décider à tenter de la retrouver !
Grâce au GPS il me suffit de repérer la zone qui doit correspondre avec la limite départementale actuelle et les dalles calcaires qui ceinturent la bande herbeuse…
Histoire de souffler  un peu je pars depuis la barrière du Bergons et monte directement au Col de La Laco car au passage je ferai quelques clichées qu’il me manque pour illustrer mon catalogue de cabanes…

La flore est magnifique et certaines dressent fièrement leurs tiges constellées de fleurs jaunes !
J’atteins le col emmitouflé dans une écharpe cotonneuse et brumeuse. L’herbe (gispet) est gorgée d’eau, malgré mon pantalon long et des chaussures bien graissées, l’humidité pénètrera dans mes chaussettes… Après avoir dérangé un Isard, la descente vers le Gerset est simplifiée grâce aux rubalises encore en place positionnée par Mass et B Vigneau il y a 3 ans…

Sur zone c’est plus découvert, dans la pelouse il faut faire attention à ne pas piétiner les orchidées blanches… Puis je me mets à inspecter les bancs à la recherche d’un indice… Mon œil est attiré par un creux non naturel… L’humectant d’eau, il apparait soudain une date : 1826 !
Je regarde fébrilement mon GPS et enregistre la localisation : pile poil sur la limite administrative actuelle…
Tout proche, un carré (visible sur le côté de la photo)… Là c’est sûr c’est « la croix », du moins la borne et la date correspond à l’année du cadastre dit « Napoléonien » !
Grisé par cette découverte je prospecte et plus loin identifie une gravure à peine visible de 8cm de long… On dirait des cornes… Un bouquetin ?
Mais je laisserai la primeur de l’identification à un spécialiste…
J’en avais même oublié de manger… Donc pause casse-croute à la cabane

Il est 15h30 le temps de remonter par les Col d’Espades et d’Andorre (de LHEZ) pour retrouver la piste… 17h45 je retrouve mes nu-pieds et mes orteils reprennent leurs aises !
7h de crapahut et 2500 Calories cramées… Je vais pouvoir savourer un bon apéro, des pâtes au gratin et un bon steak sans avoir honte !

Alain Dole

1 commentaire:

  1. Quelles decouvertes marveleuses! J'aime bien rencontrer ces restes d'autrefois...

    RépondreSupprimer