Bassia : le 2° siphon

Mardi 12 octobre 2021

Participants : Gus, Patrick, Damien, Adrien (SCM) et Tot

Avec Patrick nous nous rejoignons la veille à la fameuse « barrière du Bassia ». Adrien, habitant à côté, passe nous voir 5 minutes… Finalement, il restera à tchatcher une bonne heure ! C’est d’ailleurs grâce à lui, que je me rends compte que j’ai zappé mes 2 mèches de 12 mm prévues pour le rééquipement du fond… Aïe, ça va mal, branle bas de combat pour trouver une mèche et c’est au final Gus et Adrien qui me sauveront la mise.

Après un bon repas (merci Sandrine et Patrick) et une bonne nuit, tout le monde est à l’heure pour attaquer cette journée avec comme objectifs de :

Nous rentrons sous la terre vers 9 h (avec une marche d’approche de 17 m ça va bien !) et environ 1 h 30 après nous prenons pied dans la belle salle déclive de « Pâques » à -340m. 

La salle de Pâques (vers -300 m)

Nous enchaînons dans la partie moins agréable de la cavité où une diaclase étroite et ébouleuse nous attend. En bas de celle-ci, « le carrefour »… nous descendons vers la branche qui nous intéresse ; Damien et Patrick attaquent la topo. Gus, Adrien et moi passons devant pour vérifier les équipements ! Finalement, à part une corde ou deux à changer, c’est plutôt en bon état.

Le puits de 41 m, étroit et ébouleux, ouvert par le SCB.
Un sacré boulot !!!


Le début est un peu rabasse, puis une escalade de 6 m et un ressaut composé de 2 étroitures verticales un peu sévères nous attendent (certains s’en souviendront à la remontée !!) ! Nous arrivons sur un P 35 cylindrique de toute beauté ! Nous entendons au loin le bruit d’un nouvel actif. Puis un P 20 nous mène dans une salle boueuse, l’actif coule en contrebas mais nous restons en hauteur pour ne descendre qu’au dernier moment par un P5, rejoindre ce joli siphon. 

Tri du matos au carrefour de -388 m

Nous remarquons que la poudre de perçage des ancrages posés il y a plus de 10 ans est encore là, de ce fait, il n’y a pas eu d’énormes mises en charge ! Le reefnet nous en dira plus...

 

Le P.35 à -400 m : superbe.

Le P 18 qui lui fait suite. A ce niveau, les strates,
quasi verticales jusqu'ici, fléchissent nettement.

Au loin, nous entendons les topographes… ils ne tardent pas à arriver et Patrick installe dans la foulée le Reefnet mis à disposition par le CDSC 65. La topo révèlera que ce fond est finalement à -473 m c'est à dire exactement la même altitude que le siphon de l'autre branche. C'est une indication précieuse tout comme cet infléchissement du pendage dans le P.20. Il faudra, une prochaine fois, prendre un peu plus de temps pour observer en détail ce qui se passe à ce niveau.

 

Pose du reefnet à -473 m

Nous remontons au pied du P20 pour manger, il est 14 h (fait faim !). 

Cet après-midi, au menu : Patrick et Damien font la topo de l’amont de l’affluent et Gus, Adrien et moi remontons tranquillement pour récupérer le matos vieillissant et entretenir l’équipement si besoin (plaquettes vérolées, doubler un fractio ou deux) ! Du côté de l'affluent, Damien et Patrick ont progressé d'une bonne centaine de mètres jusqu'à la base d'une escalade d'une dizaine de mètres, apparemment facile. Au sommet, le méandre semble continuer.

 

P.5 juste au-dessus du siphon


A la remontée, je prends la mesure des nombreux passages aménagés par les anciens pour rendre plus praticable cette cavité majeure ! Au milieu de la zone des puits, je prends l’initiative de doubler un fractio et là je me rends compte que mes « fameuses » mèches de 12 sont à leur place dans la trousse à spit, quel boulet !

Nous sortons à l’air libre vers 19 h 30 (avec le brame du cerf), nous avons passé 10 h 30 dans ce gouffre historique et les objectifs ont été atteints dans une ambiance sympathique !


Tot

Commentaires

  1. Bravo l'équipe de djeuns... et de moins djeuns . Hâte de voir la topo

    RépondreSupprimer
  2. Bravo, c'est super. Equipe très efficace. Que du boheur de lire le CR et de voir les photos . Encore bravo.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire