La tournée des popotes

Vendredi 5 février 2021

La météo n'est pas terrible mais la prévision d'un week-end pluvieux nous pousse à trouver un petit objectif histoire de prendre l'air et échapper à un confinement climatique (Sandrine et Patrick). 

Le massif de St Pé est un peu en mode éponge et la température est idéale pour favoriser une apnée prolongée de tous les orifices censés respirer. Tant pis, à défaut nous allons entamer une tournée des popotes, perfo en main. 

Notre première gamelle s'appelle génères 1. Elle ne fume pas beaucoup, c'est même le calme plat. Au fond ça dégouline pas mal. Quelqu'un doit presser l'éponge doucement mais sans jamais relâcher la pression. Au point le plus bas, l’œil de bœuf qui termine la cavité souffle nettement mais pas suffisamment pour que cela se sente dans les passages plus amples. Cela n'est pas mauvais signe, mais pour "cuisiner" le méandre terminal c'est un peu juste. Nous nous contenterons d'une simple charge avant de remonter à la surface, talonnés de près par un brouillard malodorant... 

La seconde popote s'ouvre un peu plus à l'ouest au-dessus des terminus du Sousbet. Drôlement bien placée, mais la aussi, c'est un peu Enzo dans le Grand Bleu quand il veut battre des records d'apnée. En clair, il n'y a pas un pet d'air. Pas bon signe. 

Au bas du ressaut d'entrée, un crapaud dodu nous dévisage avec ses gros yeux globuleux. Aussi, avant de faire parler la poudre nous procédons à une évacuation en règle ; un petit geste pour la préservation de la biodiversité. Après le premier assaut, Enzo est toujours en apnée et le nuage malodorant flotte sans mouvement sur le chantier. Nous en profitons alors pour aller voir le trou situé un peu plus haut et désobstrué par les copains la semaine précédente. Il y a bien un bruit d'eau mais là encore la cavité retient son souffle. Pas très motivant tout ça !

Nous redescendons à la deuxième vague, le nuage  n'est plus là. Enzo a du profiter qu'on avait le dos tourné pour reprendre une bouffée d'air. Un petit malin.... Comme il nous reste un peu de temps avant le couvre feu, nous en profitons pour produire un second petit nuage dans la deuxième vague...

Drôle de journée, nous avons passé notre temps à prendre l'air sur un massif qui n'a pas cessé de retenir son souffle. Bizarre non ?

Patrick

Commentaires

  1. Le crapaud était déjà là il y à 3 semaines, comme quoi la place ne doit pas être trop mauvaise.

    RépondreSupprimer
  2. 1- Le réseau actif Bet inf. bute sur une fracture nord sud au niveau de la ravine de Cacha, cela devrait confirmer une liaison avec les émergences aux sources de Cacha et un écoulement vers la nappe phréatique
    2- 2me vague vers ancienne l émergence fossile de Pataroc
    Bravo pour lq trouvaille du Sousbet
    Bon plan : recherches au fond du Surcacha pour ; ouverture amont du Sousbet

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire