Samedi Saint au Yann-matéo

 

Vendredi 2 Avril, vendredi Saint donc. Par Jean Luc F

Coup de fil de Bubu pour gérer des petits soucis bureaucratiques pour le secours spéléo et pour m'inviter à rejoindre une équipe de désob au Yann-Matéo. Donc rdv à St Pé le lendemain.

Un petit débrief chez Jean Claude , histoire de prendre des nouvelles de tout le monde et on est parti direction le parking du monastère. Un lieu saint où nous nous répartissons les seaux. Il y a là, avec les seaux, Bubu, Joël,Jean Luc et moi plus Iko un sorte de canidé à particularité.

La marche d'approche fut rapide et riche en discussions variées.Et nous nous sommes rapidement mis en ordre de marche pour continuer le travail déjà très avancé lors des deux dernières visites.
Donc Joël est au fond à moins 5 m, je suis à moins 4 m, Bubu est à moins le quart et Jean Luc est en surface et surveille la météo. Tout va bien, on peut commencer. Sauf que je me rend vite compte que la situation n'est pas si facile.
En effet: Joël , après m'avoir montré ou il avait senti le courant d'air la dernière fois , se met à creuser à l'opposé. 

Bubu qui tire les seaux de 10 kg  au-dessus de moi se plaint que la corde glisse beaucoup.
Jean Luc se débat avec le chien Iko dont la particularité est de ramener tous les cailloux que son maître balance.
Je sens que la journée va être longue, et je décide donc, à dessein, d'inventer un impératif familial pour m'éclipser au plus vite.
Et c'est à ce moment là, qu'on entend, Joël s'égosiller à tue tête, il a retrouvé le courant d'air! Mais le pauvre il ne sait plus à quel saint se vouer, car, ça vient de partout.
Finalement, les seaux de paysans à grande contenance et les seaux Wurth irréprochables en solidité, ont  tourné pendant 3 bonnes heures.
C'est à 13h que la fine équipe décide de faire la pose bouffe qui sera aussi la fin de la désob du jour, faute de main d'œuvre.
La suite reste prometteuse,le courant d'air est là, nous avons l'impression d'être sur un bouchon de colmatage mais sur le haut d'un éboulis qui pourrait nous laisser passer avec un peu de travail et un peu de chance. En tout cas c'est pas la fin et j'y retournerais bien demain s'il était à moins de 10 kilomètres.
J'ai passé vraiment un moment très agréable et j'ai pris un grand plaisir à participer à cette désob.
Cela va m'aider à espérer la fin de cette incarcération en imaginant la suite
Merci à mes trois compagnons pour leur belle humeur, mais vous les connaissez, je ne vais pas vous faire un dessin.

Jean Luc (l'autre)

Commentaires

  1. Mais c'est quand la fin du confinement ?

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai qu'il est un peu con ce chien, à ramener tout le temps des cailloux...
    Bien content que ça continue, on continuera à creuser à la fin du confinement!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire